Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Cérémonie pour souligner le 70e anniversaire du jour J et du débarquement en Normandie

Ottawa (Ontario), le vendredi 6 juin 2014

 

Le jour J — le 6 juin 1944 — est nul doute l’un des moments capitaux de la Deuxième Guerre mondiale.

Ce fut une bataille cardinale dans la libération de l’Europe de l’Ouest. Au bout du compte, elle a joué un rôle déterminant dans le dénouement de la guerre.

Les forces alliées comptaient ce jour-là environ 150 000 soldats, dont quelque 14 000 Canadiens qui ont participé aux opérations terrestres, maritimes et aériennes.

Aux vétérans qui sont ici aujourd’hui, j’aimerais dire à quel point je suis touché par votre bravoure et vos sacrifices.

Il y a soixante-dix ans, vous ignoriez ce que cette bataille vous réservait. Aujourd’hui, nous voyons le jour J comme le début de la fin de la guerre, mais, à l’époque, vous n’aviez aucune certitude. Vous avez ouvert les yeux ce matin-là, ne sachant pas si vous verriez le jour suivant.

Malheureusement, bon nombre de vos camarades n’ont pas survécu à la résistance farouche rencontrée sur les plages de Normandie.

Le contingent canadien a déploré un nombre important de blessés et de morts. Aujourd’hui, nous avons l’occasion de penser à eux et à leurs proches.

Imaginons tout ce qu’ils ont manqué à cause des sacrifices qu’ils ont offerts. Tous ces moments de bonheur, d’amour et de beauté que nous tenons facilement pour acquis.

La plupart des soldats qui ont été blessés ou sont tombés au combat étaient jeunes, dans la fleur de l’âge. Je suis certain que lorsqu’ils rêvaient à leur avenir, ils ne pensaient pas être tués ou mutilés sur une plage du nord-ouest de la France en défendant notre liberté.

Ceux qui ont combattu lors du jour J n’ont pas choisi d’atteindre la maturité à une époque marquée par de terribles conflits.

Il y a dix ans, mon épouse, Sharon, et moi avons visité la Normandie et vu de près les plages et les champs de bataille qui ont été le théâtre du jour J.

Pendant six jours, nous avons visité la région, ses monuments de guerre et ses cimetières, et nous avons été profondément bouleversés en songeant à la lutte intense qui y a été livrée en 1944.

En tant que commandant en chef du Canada, j’ai eu le privilège de rencontrer maints anciens combattants qui ont connu le jour J et la bataille de Normandie. Je revois souvent ces paysages lorsqu’ils me racontent leurs histoires remarquables.

Je suis extrêmement touché par les histoires de ces vétérans, qui ont répondu à l’appel du devoir alors que nous avions grandement besoin d’eux.

Une vague de fierté m’envahit lorsque je pense à ce que les Canadiens et les alliés ont accompli le jour J. Ils ont mené une opération complexe et de très large envergure, une qui a exigé énormément de planification, de collaboration et de détermination.

Les soldats canadiens qui ont débarqué sur la plage Juno se sont butés à une résistance plus grande que celle rencontrée par tous les autres soldats alliés. La nation tout entière a été inspirée par la contribution des Canadiens ce jour-là — et notre fierté demeure encore aujourd’hui.

Les douloureuses leçons apprises plus tôt durant la guerre ont été mises à profit lors du jour J. Par exemple, l’assaut sur Dieppe tenté deux ans plus tôt a aidé les Alliés à comprendre les difficultés que suppose une invasion amphibie.

En tant que vétérans de la Deuxième Guerre mondiale, vous appréciez le sacrifice énorme consenti par le Canada comme peu d’entre nous peuvent le faire, sinon aucun.

Pour les vétérans et les survivants, le jour J n’est pas une bataille qui a été livrée loin d’ici, dans un passé lointain.

Au contraire, elle est encore vive dans vos cœurs et vos souvenirs.

Vous repensez tantôt aux actes de bravoure et d’héroïsme extraordinaires, tantôt aux pertes et aux souffrances terribles.

Aujourd’hui, les gens sont rassemblés dans des communautés à l’échelle du Canada, en Normandie et ailleurs au monde pour souligner cet anniversaire important par des cérémonies solennelles comme celle-ci.

En tant que citoyens d’une société libre et démocratique, nous ne devons jamais oublier ceux qui ont combattu lors du jour J et tout au long de la Deuxième Guerre mondiale, pas plus que leur courage ni leur détermination incroyables.

Nous vous serons à jamais redevables.

C’est un honneur de reconnaître nos vétérans et de se remémorer ceux qui sont tombés en Normandie.

En tant que gouverneur général et commandant en chef du Canada, et en tant que père et grand-père, je vous remercie.