Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette

  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Histoire

Le vicomte Alexander 1946-1952

Crédit photo: © Collection de la Couronne, Division des résidences officielles, Commission de la capitale nationaleLa nouvelle de la nomination par le roi George VI de celui qui était alors vicomte Alexander comme gouverneur général est accueillie avec grand enthousiasme partout au pays. Héros de la Deuxième guerre mondiale, il est considéré comme le plus grand commandant militaire de la Grande-Bretagne depuis le duc de Wellington.

Outre sa réputation de génie militaire, lord Alexander possède un charisme rare lui permettant de se lier d'amitié facilement et de communiquer avec les gens. Cette qualité fera de lui un gouverneur général populaire et accompli. Il prend son rôle au sérieux – ainsi, lorsqu'on lui demande de donner le coup d'envoi au match de football final de la Coupe Grey en 1946, il passera quelques matinées à se pratiquer. Cette fois, il ne se contentera pas d'un coup d'envoi cérémonial!

Voyant son rôle comme étant un lien essentiel entre les Canadiens et leur chef d'État, c'est avec empressement qu'il transmet ce message là où il va. L'intérêt qu'il porte à communiquer personnellement avec les Canadiens ne s'est jamais démenti, que ce soit à l'occasion d'une rencontre avec des résidents du Territoire du Yukon, d'une allocution lors d'un déjeuner au Canadian Club à Ottawa ou d'un entretien avec des membres de diverses premières nations ou avec un villageois de la campagne ontarienne. Il effectue de nombreux voyages à travers le pays, parcourant au total plus de 184 000 milles durant ses cinq années comme gouverneur général.

Au cours de sa première visite importante dans l'Ouest, il se voit offrir le 13 juillet 1946 un mât totémique fabriqué par le sculpteur kwakiutl Mungo Martin, pour souligner son installation comme chef honoraire des Kwakiutl, un honneur décerné pour la première fois à un homme blanc. Ce mât totémique demeure une attraction populaire dans le parc de Rideau Hall. Lors d'une visite ultérieure en 1950, le vicomte Alexander sera décoré du titre de Chef tête d'aigle des indiens Pieds-Noirs.

Les années de mandat de lord Alexander – l'après-guerre – sont une période de changement pour le Canada. L'économie connaît une rapide croissance, et c'est le début d'une nouvelle ère de prospérité. Dans des lettres patentes de 1947, le roi George VI confère au gouverneur général tous les pouvoirs de Sa Majesté en ce qui a trait au Canada. Ce document demeure la source des pouvoirs que détient le gouverneur général aujourd'hui. En 1949, à la Conférence des premiers ministres du Commonwealth, il est décidé d'utiliser l'expression « membre du Commonwealth » au lieu de « dominion ».

La même année, Terre-Neuve entre dans la Confédération, et lord Alexander visite la nouvelle province cet été-là. Mais en 1950, le Canada se retrouve de nouveau mêlé à une guerre, où les Forces canadiennes combattent en Corée du sud contre la Corée du nord communiste et la République populaire de Chine. Lord Alexander visite les troupes qui partent au front pour les encourager en personne.

Lord Alexander reçoit divers dignitaires, y compris la princesse Élisabeth et le prince Philip qui viendront au Canada pour une visite royale en octobre 1951, moins de deux ans avant que la princesse ne devienne la reine Élizabeth II, reine du Canada. Les Alexander organisent une soirée de danses carrées à laquelle assistent la princesse et le prince. Lord Alexander voyage également à l'étranger pour des visites officielles, visitant le président Truman aux États-Unis en 1947 et effectuant une visite d'État au Brésil en juin 1948.

En général, toutefois, les Alexander mènent une vie simple. Lord Alexander est un fervent sportif qui aime la pêche, le golf, le hockey et le rugby. Adepte du plein air, il participe avec plaisir à la cueillette du sirop d'érable en Ontario et au Québec, supervisant personnellement l'entaillage des érables du domaine de Rideau Hall. Il se passionne également pour la peinture et, en plus d'installer un studio pour lui-même à Rideau Hall, dans le bâtiment de l'ancienne laiterie qui existe toujours, il organise des cours d'art à la Galerie nationale du Canada. Lady Alexander profite de son séjour au Canada pour devenir experte du tissage et fait installer deux métiers dans son cabinet de travail.

Lord Alexander encourage le secteur de l'éducation au Canada. Il se voit décerner de nombreux diplômes honoraires de diverses universités canadiennes et reçoit également des diplômes honoraires en droit des universités Harvard et Princeton aux États-Unis. Il sera également décoré de l'Ordre du Mérite par le roi George VI en 1959.

En 1951, lord Alexander reçoit le chandelier qui sera installé dans la Salle de bal de Rideau Hall. Ce chandelier est un cadeau du gouvernement britannique pour remercier le Canada de sa contribution durant la Deuxième Guerre mondiale.

Au début de 1952, après que son mandat eut été prolongé deux fois, lord Alexander quitte son poste de gouverneur général quand le premier ministre Churchill de Grande-Bretagne lui demande de retourner à Londres pour y occuper le poste de ministre de la Défense. Le retour en Angleterre de lord Alexander se fait dans la discrétion, compte tenu du décès subit du roi George VI, le 6 février 1952. Il est remplacé temporairement par un administrateur, jusqu'à la nomination du très honorable Vincent Massey.

La vie avant et après Rideau Hall

Lord Alexander fait ses études à Harrow, en Grande-Bretagne et poursuit ensuite une carrière militaire après avoir reçu sa formation au collège militaire de Sandhurst. Il sert comme officier dans les rangs des Irish Guards en 1911. Il commandera un bataillon de son régiment sur le front ouest, durant la Première Guerre mondiale, et sera blessé à deux reprises. Pour son service méritoire au front, il sera décoré de la Croix militaire en 1915, de l'Ordre du service distingué en 1916 et de la Légion d'honneur.

Le 14 octobre 1931, il épouse lady Margaret Diana Bingham, deuxième fille du comte de Lucan. Ils auront quatre enfants, y compris une fille adoptée durant leur séjour au Canada.

Au moment où la guerre éclate en 1939, lord Alexander est un major-général en charge de la Première division. Il avait été promu en 1937, à l'âge de 45 ans, faisant de lui le plus jeune général de l'armée britannique. En 1942, il commande les forces en Birmanie et devient ensuite commandant en chef du théâtre d'opération au Moyen-Orient. Il est promu Field Marshall en 1944 après la prise de Tunis en 1943, et il s'emparera de Rome en 1944. En mai 1945, il imposera les conditions de leur capitulation aux armées allemandes dans le sud-ouest de l'Europe.

Le 1er mars 1946, il est élevé à la pairie en tant que vicomte Alexander de Tunis et, en décembre 1946, est fait Chevalier de la Jarretière.

Après son mandat comme gouverneur général, il retourne en Angleterre en 1952 pour siéger à la Chambre des Communes britannique. Il reçoit le titre de 1er comte d'Alexander de Tunis et baron Rideau d'Ottawa, et de Castle Derg, comté Tyrone, le 14 mars 1952. La même année, il est assermenté comme membre du Conseil privé britannique, étant également conseiller privé canadien.

Le Canada demeure cher au coeur des Alexander, et ils y reviendront souvent pour visiter famille et amis et aussi parce que lord Alexander siège au conseil d'administration de l'Aluminium Company of Canada. Lord Alexander meurt en 1969. Ses funérailles ont lieu le 24 juin 1969, à la chapelle St. George du château Windsor, et sa dépouille gît dans l'enclos paroissial de Ridge, près de Tyttenhanger, sa propriété familiale d'Hertfordshire. Lady Alexander mourra en 1977.