Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette

  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Histoire

Le duc d'Argyll (marquis de Lorne) 1878-1883

Crédit photo: © Collection de la Couronne, Division des résidences officielles, Commission de la capitale nationaleLorsque la nomination de lord Lorne est annoncée, tout le Canada s'en réjouit vivement. Pour la première fois, Rideau Hall allait avoir un résident de la famille royale -- la quatrième fille de la reine Victoria, la princesse Louise, avait épousé lord Lorne le 21 mars 1871. Le premier ministre canadien se libère quelque peu de l'horaire surchargé de sa campagne pour préparer l'arrivée de la princesse et pour organiser un carrosse spécial et des gardes du corps pour protéger cette dernière.

Durant le mandat de lord Lorne, la récession économique dont souffrait le Canada prend fin et sir John A. Macdonald est réélu premier ministre du Canada. Un vent d'optimisme souffle alors sur le pays et l'orgueuil nationaliste émerge de nouveau.

À l'âge de 33 ans, lord Lorne est le plus jeune gouverneur général du Canada, mais il est à la hauteur des nombreuses responsabilités liées à son poste. La princesse Louise et lui apporteront de nombreuses contributions durables à la société canadienne, particulièrement dans les domaines artistique et scientifique. Ils encouragent l'établissement de la Société royale du Canada, de l'Académie royale des arts du Canada et de la Galerie nationale du Canada (aujourd'hui appelée Musée des beaux-arts du Canada), choisissant même certains des premiers tableaux qui y seront accrochés. Non seulement lord Lorne agit-il comme protecteur des arts et des lettres au Canada, mais il est l'auteur de plusieurs ouvrages de prose et de poésie. Ses écrits reflètent à quel point il apprécie la beauté naturelle du Canada.

Tout au long de son mandat, lord Lorne s'intéresse vivement au Canada et aux Canadiens. Il voyage d'un bout à l'autre du pays, prêtant leur appui à la création de nombreuses institutions et rencontre des membres des Premières nations du Canada et des Canadiens de toutes les couches sociales. À Rideau Hall, ils organisent de nombreuses réceptions, y compris plusieurs parties de patinage et de luge ainsi que des bals, des dîners et des cérémonies d'État.

La princesse Louise est une écrivaine, sculpteure et peintre accomplie -- elle est aussi douée pour la peinture à l'huile que pour l'aquarelle. On peut voir jusqu'à nos jours une porte qu'elle a décorée de branches de pommier en fleurs peintes à la main, dans le corridor de l'aile Monck à Rideau Hall. Elle donne le nom de Regina (qui signifie Reine en latin) à la capitale de la Saskatchewan, et le Lac Louise en Alberta porte son nom. D'une santé fragile, elle est malgré tout une femme compatissante, soignant elle-même des malades durant une épidémie de fièvre scarlatine.

La vie avant et après Rideau Hall

Étant fils aîné de la lignée Argyll du clan Campbell, lord Lorne porte le titre de courtoisie de marquis de Lorne et est l'héritier du titre de duc d'Argyll, de l'âge de 21 mois jusqu'à l'âge de 54 ans. Il reçoit une excellente éducation dans des établissements comme la Edinburgh Academy, Eton, St. Andrews et Cambridge. Pendant les dix années précédant son arrivée au Canada, le duc représente le comté d'Argyll en tant que député libéral au parlement britannique.

Lord Lorne et son épouse retournent en Angleterre en 1883. Il est gouverneur et connétable du château de Windsor, de 1892 à 1914 et siège à la Chambre des Communes de 1895 jusqu'à la mort de son père, le 24 avril 1900, où il devient alors le 9e duc d'Argyll. Avec la princesse Louise, il résidera au palais Kensington jusqu'à sa mort, survenue en 1914.

La princesse Louise s'éteint le 3 décembre 1939, à l'âge de 91 ans.