Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Dîner d’État en l’honneur de Son Excellence Shimon Peres, président de l’État d’Israël

Rideau Hall, le lundi 7 mai  2012

 

C’est un plaisir de vous compter parmi nous à Rideau Hall. Ce soir, nous avons l’occasion de renouveler les liens qui unissent nos deux pays.

Depuis la création de l’État d’Israël, il y a 64 ans, le Canada a toujours été un ami et un partenaire de confiance. Toutefois, nos nations ont encore d’innombrables occasions de collaborer; de prendre les devants; de favoriser la paix et la prospérité à long terme; de donner à nos enfants tout ce dont ils ont besoin pour réussir. Ensemble, nous pouvons y arriver.

Nos deux pays reconnaissent l’importance de l’innovation. Au cours des dernières années, nous avons intensifié notre collaboration grâce à des initiatives comme la Fondation Canada-Israël pour la recherche et le développement industriels et les sommets de l’innovation technologique Canada‑Israël.

Ce qui m’étonne le plus, cependant — et ce que beaucoup ignorent — c’est la vitesse à laquelle Israël est devenu une nation axée sur l’innovation. Dès le début, vous avez relevé le défi que suppose la vie dans un véritable désert. En peu de temps, vous avez mis au point des techniques agricoles pour transformer le sol aride en terres cultivables. Dix ans après son indépendance, Israël a commencé à aider des pays africains à répondre à leurs propres besoins agricoles.

Aujourd’hui, on parle d’Israël comme de la nation où les rêves prennent forme, d’un endroit où les entrepreneurs qui voient grand trouvent le soutien nécessaire pour lancer leur entreprise. C’est pourquoi Israël est un chef de file en innovation, et c’est pourquoi le Canada souhaite établir des partenariats dans des secteurs inexploités comme l’eau, l’énergie renouvelable et la neuroscience.

Mais Israël n’innove pas seulement dans les domaines de la science et de la technologie.

Depuis des années, Israël s’efforce d’offrir aux jeunes une éducation de qualité, leur donnant ainsi la chance de grandir et de contribuer à l’avenir de leur nation. Les étudiants israéliens comprennent l’importance de l’éducation internationale, puisqu’ils sont des centaines à étudier au Canada chaque année. Je suis heureux de constater que nos partenariats s’étendent au domaine de l’éducation, puisque nos établissements d’enseignement ont conclu quelque 30 accords différents qui favorisent l’échange de connaissances.

J’espère que votre visite ici, Monsieur le Président, conduira à d’autres échanges entre nos collèges et nos universités, et entre nos étudiants.

J’ai souvent parlé de l’innovation et de l’éducation comme d’un pilier qui contribue à une société plus avertie et bienveillante. Mais le bénévolat et la philanthropie — des concepts ancrés dans la communauté juive — sont tout aussi importants.

J’ai appris récemment que le mot צדקה (tzedakah) en hébreu est communément associé à la charité. Donner aux autres, aider les autres à s’aider eux-mêmes, et donner gracieusement sont des préceptes que l’on enseigne aux enfants juifs du monde entier, et non seulement en Israël. Nous observons ces valeurs tous les jours dans les communautés du Canada, où les idéaux sont transmis d’une génération à une autre. Pour certains, il s’agit d’un devoir religieux; pour d’autres, c’est une obligation morale.

Tzedakah, c’est de faire la bonne chose en tout temps, pas seulement lorsque cela nous convient.

Sarah Herskowitz, directrice des relations internationales pour ALEH — une organisation israélienne qui dispense des soins médicaux et de réadaptation aux enfants — a récemment écrit au sujet de l’innovation dans la prestation de soins. J’y vois là une façon pour les Israéliens de prendre soin des leurs, de soutenir ceux qui en ont le plus besoin, et de trouver des moyens novateurs pour offrir cette aide.

C’est une autre façon de donner, une façon qui fait partie intégrante de notre culture, notre seconde nature.

Voilà la signification de tzedakah, la vraie nature d’Israël.

Depuis plus de 60 ans, l’étroite relation d’amitié entre nos deux nations donne lieu à un échange réciproque de connaissances.

Ce soir, alors que nous célébrons ces liens qui nous unissent, permettez-moi de porter un toast à notre histoire commune et à la perspective d’échanges futurs fondés sur notre engagement à édifier un monde plus averti et bienveillant.