Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Dîner d’État donné par Son Excellence Reuven Rivlin, président de l’État d’Israël, et la première dame Nechama Rivlin

Jérusalem, le mercredi 2 novembre 2016

 

Merci de nous recevoir aussi cordialement en Israël.

Sharon et moi avions très hâte à cette visite d’État en Israël, surtout après avoir rencontré le très respecté Shimon Peres durant sa propre visite au Canada, en 2012.

M. Peres était un ami de notre pays. Durant son séjour au Canada, il a mentionné combien il se réjouissait d’être dans un pays qui apporte un espoir frais et sain à Israël et au reste du monde.

Plus tôt aujourd’hui, j’ai déposé une couronne sur la tombe de Shimon Peres au mont Hertzl. J’ai réfléchi à qui il était, à son dévouement pour l’avenir de ce pays et à sa croyance dans le pouvoir de la paix et de l’innovation. 

Le Canada partage cette croyance.

Je sais, Monsieur le Président Rivlin, que vous partagez cette croyance vous aussi. Je vous remercie de nous accueillir si chaleureusement. 

En tant que président, vous avez été la conscience d’Israël à plusieurs reprises. Vous avez incité les Israéliens et le monde à travailler ensemble, à la fois pour renforcer nos liens et pour favoriser la paix dans la région. Je tiens à vous dire que le Canada est à vos côtés.

Aujourd’hui, Sharon, moi et toute la délégation canadienne sommes heureux d’être avec nos amis israéliens. Nous sommes ici pour réaffirmer nos liens multidimensionnels, qui touchent tous les aspects de la société, et pour étendre notre capacité à travailler ensemble.

J’aimerais vous donner un exemple de la contribution des Canadiens à Israël, et de la contribution des Israéliens au Canada.

Moishe Safdie est né à Haïfa, et il s’est installé au Canada en 1953. Il a lancé sa carrière en architecture à l’Université McGill, à Montréal, dont j’ai été le président.

Il est devenu l’un des plus grands architectes du monde, concevant des immeubles dans le monde entier, y compris au Canada et en Israël. On lui doit notamment la création de Yad Vashem, à Jérusalem, que nous avons visité plus tôt aujourd’hui.

Après notre expérience poignante à Yad Vashem, j’ai planté un olivier dans le bosquet des nations. J’étais le premier Canadien à le faire. Situé à proximité de Yad Vashem, le bosquet est un symbole d’espoir pour le futur. Il nous rappelle que la tragédie ne peut pas durer et que la paix est un but digne de notre ambition.

Le bosquet serein, situé à proximité de l’architecture remarquable et solennelle de Yad Vashem, offre un contraste saisissant et représentatif d’Israël — un pays qui, tourné vers l’avenir, continue de commémorer son histoire.

Moishe Safdie a dit : « L’architecture devrait être ancrée dans le passé, mais respecter son époque et tenir compte de l’avenir. » [traduction]

Je crois que cela s’applique aussi aux pays.

Peu importe où l’on se trouve en Israël, un sentiment d’humilité nous envahit devant l’histoire qui nous entoure.

Maintes gens viennent en Israël pour assouvir leur besoin de réconfort et de contemplation.

Beaucoup viennent ici pour se rapprocher de leur passé, de leur peuple, de leur foi.

Bien que je sois le premier gouverneur général du Canada à mener une visite en Israël, les Canadiens ne sont pas ici en terrain inconnu.

Des Canadiens de tous les niveaux et secteurs viennent ici pour apprendre de vous et pour travailler avec vous.

Près de 20 000 Canadiens ont élu domicile en Israël. Et il y a quelque 350 000 Juifs au Canada, dont beaucoup ont conservé des liens avec ce pays.

Un des liens que je connais bien, c’est celui qui a été établi entre nos établissements d’enseignement. La dernière fois que je suis venu ici, c’était en tant que président de l’Université de Waterloo. Et plusieurs fois auparavant, c’était en ma qualité de président de l’Université McGill.  

Je me souviens d’avoir été franchement impressionné par vos universités et par votre engagement à l’égard de l’éducation.

Après que j’ai quitté Waterloo, l’université a créé une bourse en mon nom pour aider des étudiants israéliens à venir étudier au Canada. Je suis heureux de vous dire que des Israéliens étudient en ce moment même à Waterloo grâce à cette bourse.

Le Canada continue de se tourner vers Israël pour forger de nouveaux partenariats, formuler de nouvelles idées et trouver des solutions novatrices.

Et cela n’a rien d’étonnant.

Dans plusieurs secteurs, les Canadiens sont eux aussi poussés par l’innovation.

Nos partenariats déjà solides pourraient être élargis dans de nombreux domaines. Durant ma visite, j’ai l’intention de discuter de l’intensification de notre collaboration avec les Israéliens.

Ensemble, nous pouvons planifier une relation nouvelle et plus forte qui s’appuie sur nos liens de peuple à peuple et notre amitié vieille de 70 ans.

Israël offre au monde l’espoir de nouvelles idées et innovations. Et le Canada a le privilège d’en faire partie.

Une fois de plus, je vous remercie de m’avoir accueilli si chaleureusement à l’occasion de cette première visite d’État historique.  

J’aimerais maintenant lever un verre à notre amitié durable et à nos relations croissantes.