Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Célébration de la vie de l’ancien chef d’état-major de la défense, le général Ramsey Withers

Ottawa,  le samedi 10 janvier 2015

 

En tant que commandant en chef, j’ai l’immense privilège de rencontrer régulièrement les membres des Forces armées canadiennes et de reconnaître les services qu’ils rendent à notre pays.

Je considère qu’il s’agit en effet d’un privilège parce que ce sont des femmes et des hommes du plus haut calibre — et c’est tout particulièrement le cas du général Ramsey Withers, qui est conduit à son dernier repos aujourd’hui.

Au cours de ses 35 années de service au sein de la Force régulière et de ses six années au sein du régiment des Governor General’s Foot Guards de la Force de réserve, le général Withers a accompli de grandes choses pour le Canada.

Il a servi durant la guerre de Corée et a été Commandeur de l’Ordre du mérite militaire; et à la fin de sa carrière, il a aussi apporté de grandes contributions en tant que fonctionnaire et bénévole.

Son travail a été marqué du sceau de l’excellence et de l’intégrité. Il était un organisateur efficace et cohérent qui a fait preuve d’un grand sens du leadership, de vision  et d’humanité tout au long de ses nombreuses années de service.

Après l’obtention de son diplôme du Collège militaire royal en 1952, le général Withers a constamment grimpé les échelons.

Il a fait d’importantes contributions au développement du Nord en tant que commandant fondateur du Secteur du Nord des Forces canadiennes.

Il a aussi servi à titre de commandant des Forces canadiennes en Europe et, par la suite, à titre de chef d’état-major de la défense.

Tout au long de sa carrière, le général Withers a incarné le principe consistant à servir avec honneur, qui anime les Forces armées canadiennes.

Il comprenait que le service militaire repose essentiellement sur la capacité à servir et à travailler avec les autres. Il avait un grand sens de l’humour, aimait raconter des histoires et avait de la facilité à entretenir des liens avec ses collègues de tous les rangs et de tous les horizons. Il croyait fermement en la valeur du travail en équipe et prenait toujours soin de reconnaître le travail bien fait. 

Les parents du général Withers sont nés en Écosse et que trois de ses oncles ont été tués au cours de la Deuxième Guerre mondiale.

Son père, le seul fils survivant, est venu au Canada pour prendre un nouveau départ.

Ce cheminement particulier du général Withers explique en bonne partie son attachement au Canada, ainsi que l’importance qu’il accorde au devoir du souvenir. Il n’était pas de ceux qui glorifiaient la guerre — en fait, son travail de bénévole au Musée canadien de la guerre consistait plutôt à rappeler aux visiteurs le lourd tribut de la guerre.

Pour reprendre ses propres mots, il disait qu’il souhaitait ainsi « transmettre la flamme » du souvenir; et il revient maintenant à chacun de nous de poursuivre son travail.

Le général Withers a été remarquable en tant que soldat, leader, mentor, ami et homme dévoué à sa famille. Il manquera grandement à beaucoup d’entre nous.

Au nom de tous les Canadiens, Sharon et moi offrons nos plus sincères condoléances à ses enfants, à ses petits‑enfants et à tous ceux et celles qu’ils laissent aussi dans le deuil.