Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Déjeuner d’affaires avec la Chambre de commerce Canada-Pologne

Varsovie, Pologne, le vendredi 24 octobre 2014

 

Je tiens d’abord à vous remercier de m’avoir invité à venir vous parler des formidables possibilités qui s’offrent à la Pologne et au Canada.

Vous savez déjà tous ce que nos deux pays réalisent ensemble. Certains d’entre vous représentent en effet des sociétés canadiennes qui font déjà des affaires en Pologne. D’autres sont des partenaires et des investisseurs dans des entreprises canadiennes œuvrant à l’étranger.

Vous connaissez donc bien l’étendue de notre collaboration, particulièrement sur le plan du commerce et des investissements. Permettez‑moi tout de même d’illustrer de quelle manière impressionnante notre relation s’épanouit :

  • En 2013, les échanges commerciaux entre le Canada et la Pologne ont atteint 1,7 milliard de dollars. Au cours des neuf premiers mois de 2014, nos échanges bilatéraux ont déjà augmenté de 127 %.
  • On peut trouver des produits canadiens partout en Pologne, notamment les tramways utilisés à Cracovie, qui sont fabriqués par Bombardier, une entreprise située à Montréal.
  • Le Cirque du Soleil, un des grands symboles culturels du Canada, a récemment présenté un spectacle ici en Pologne.
  • Nos deux pays ont forgé des partenariats dans le domaine de l’aérospatiale, du transport, de l’exploitation des mines, du pétrole et du gaz, des technologies durables, et des technologies de l’information et des communications, pour ne nommer que ceux‑là.
  • De 2012 à 2014, KGHM et Orlen Upstream ont effectué d’importants investissements au Canada dans les secteurs de l’exploitation minière, pétrolière et gazière.
  • Au même moment, la Pologne désignait le Canada comme l’un des sept marchés où il valait la peine de prendre de l’expansion.
  • Et n’oublions pas que les frites que McCain’s produit ici en Pologne sont dégustées au Canada, tandis que les Polonais savourent des canneberges, du sirop d’érable et du homard canadiens.

Il existe, bien entendu, de multiples autres exemples de partenariats qui ont permis à des organismes comme la Chambre de commerce canado-polonaise de prospérer.

Les Canadiens et les Polonais ont constaté les avantages qu’ils ont à investir dans le pays de l’autre.

Pour sa part, le Canada est diversifié au plan économique et riche en ressources, et ses systèmes bancaire et fiscal sont respectés dans le monde entier. Nous avons une économie novatrice ainsi qu’une main-d’œuvre compétitive et hautement scolarisée. La croissance des investissements de nos entreprises a dépassé de loin celle des autres pays du G-7, et le Canada est systématiquement qualifié le meilleur pays du G-20 où faire des affaires.

L’économie de la Pologne a connu une croissance remarquable pendant la récession de 2008 et continue à prendre de l’expansion. Le fait que vous ayez réussi à éviter les écueils et continué de développer votre économie — car votre PIB dépasse maintenant de 25 pour cent le niveau de 2008! — témoigne de la formidable capacité d’adaptation de la Pologne.

Vous avez tiré parti de votre situation géographique en Europe pour offrir des services essentiels aux nations voisines et vous avez diversifié votre production. Vous avez beaucoup impressionné par votre sens aigu des affaires et votre aptitude à prévoir les besoins de vos partenaires et de vos citoyens.

Il n’est donc pas surprenant que nos liens se soient développés aussi rapidement.

Il y a de nombreux avantages à entretenir des partenariats avec des nations prospères qui ont des intérêts semblables aux nôtres, notamment parce que cela permet aux deux parties de faire avancer leur société par l’échange de biens, de connaissances, des constats de leurs recherches et de solutions novatrices.

Étant donné que nous avons déjà tissé d’étroites relations commerciales, nous devons maintenant nous demander ce que nous pouvons faire d’autre.

Je crois que nous devons agir dès maintenant pour renforcer nos relations commerciales dans l’intérêt de la prochaine génération de Canadiens et de Polonais.

L’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne, dont la négociation vient de prendre fin, est l’un des moyens qui nous permettra de solidifier notre avenir financier respectif.

Cet accord commercial d’envergure marque une importante étape dans l’histoire des relations entre le Canada et l’UE, et dans nos efforts pour promouvoir la prospérité mondiale grâce au libre-échange et à l’ouverture des marchés. Pour le Canada, il s’agit de l’initiative commerciale la plus ambitieuse jamais entreprise, d’une portée encore plus vaste que celle de l’Accord de libre‑échange nord-américain.

La réussite de ces négociations témoigne de notre détermination commune à resserrer nos liens commerciaux et économiques et à favoriser la viabilité économique et la croissance des pays de l’UE et du Canada.

Comme cet accord n’a pas encore été ratifié, je laisse aux experts le soin d’en commenter les détails.

J’aimerais toutefois parler de l’esprit de cet accord et des possibilités de partenariat qu’il amène.

Le Canada a tout à gagner du succès de la Pologne, puisque la robustesse de l’économie polonaise entraîne un impact positif sur le Canada. Il est également bénéfique pour la Pologne d’avoir un partenaire commercial fort et solide.

C’est cette réciprocité qui permettra de resserrer notre collaboration dans tous les secteurs, notamment le commerce et l’investissement.

Examinons rapidement les attentes : on prévoit que l’AECG gonflera de 20 pour cent les échanges commerciaux bilatéraux entre le Canada et l’UE, qu’il fera augmenter le PIB de l’Europe de 12 milliards d’euros, qu’il élargira l’accès aux marchés, qu’il éliminera les obstacles au commerce et à l’investissement, et qu’il créera des emplois.

Ce sont là de grandes aspirations, mais nous ne pourrons pas les atteindre à moins de nous engager à travailler ensemble dans l’intérêt de nos citoyens.

Cet accord peut aussi multiplier les possibilités de commerce et d’investissement entre nos deux pays, mais d’autres occasions accompagneront les avantages économiques, à commencer par la mobilité.

Près d’un Canadien sur 35 se dit d’origine polonaise et on en trouve dans toutes les sphères d’activité au Canada. C’est pourquoi nous nous intéressons beaucoup à la Pologne et nous bénéficions d’une communauté importante qui est prédisposée à collaborer. Ce sont ces liens interpersonnels étroits qui constituent la clé de notre relation et une des raisons pour lesquelles cet accord peut et doit réussir.

À cause de cette importante communauté, la Pologne fait partie du Canada et nous devons profiter de chaque occasion de travailler côte à côte.

Et cela s’applique aussi à nos jeunes, qui seront les leaders et les ambassadeurs de demain. Le Canada accueille chaque année des étudiants polonais, et des centaines de Canadiens étudient dans certaines des plus anciennes et prestigieuses universités de la Pologne.

Grâce à ces étudiants et aux nombreux échanges entre nos deux peuples, nous construisons des ponts qui nous permettront de continuer à trouver des manières nouvelles et stimulantes de travailler ensemble.

En affaires, nous devons faciliter la mobilité entre les gens qui cherchent à élargir leur marché, ou encore à trouver de nouveaux clients ou même des partenaires aux vues similaires.

Cela dit, en plus de faciliter la mobilité des entreprises, nous devons aussi penser à un autre genre de mobilité et l’encourager : la mobilité des connaissances.

En élargissant nos liens commerciaux, nous aurons plus facilement accès aux connaissances et à l’expertise de nos populations respectives. Nous avons encore beaucoup de choses à apprendre les uns des autres.

Tout au long de mon mandat, j’ai souligné l’importance de ce que j’aime appeler la diplomatie du savoir, c’est-à-dire l’échange entre les pays et les disciplines. En pratiquant la diplomatie du savoir, nous donnons à nos peuples la chance de réussir, tout en les aidant à prospérer sur la scène mondiale.

Lorsque deux peuples accomplissent ensemble de grandes choses, tous les pays en profitent. Existe-t-il une meilleure façon d’encourager l’équité et la réussite dans le monde?

Vous tous qui êtes ici aujourd’hui avez un rôle important à jouer dans les années à venir. À titre de dirigeants d’entreprises et d’amis de la Pologne et du Canada, ce rôle est primordial pour assurer notre réussite commune.

Je sais que vous chercherez à renforcer les liens entre nos deux pays, afin de pouvoir circuler aisément de l’un à l’autre. Et je vous encourage à chercher de nouvelles formes de collaboration. Je suis impatient de discuter avec vous de vos idées et de votre expérience ainsi que des défis que pose ce lien Canada‑Pologne que nous entretenons.

Merci.