Le léopard vice-royal
  1. Le gouverneur général du Canada
  2. Son Excellence le très honorable David Johnston
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Cérémonie d'investiture de l'Ordre du Canada

Le 10 septembre 2014

Le gouverneur général investit 49 récipiendaires de l’Ordre du Canada

OTTAWA — Son Excellence le très honorable David Johnston, gouverneur général du Canada, présidera une cérémonie d’investiture de l’Ordre du Canada à Rideau Hall, le vendredi 12 septembre 2014 à 10 h 30.Le gouverneur général, qui est chancelier et Compagnon principal de l’Ordre, remettra cette distinction à 4 Compagnons, 14 Officiers et 31 Membres.

L’Ordre du Canada a été créé en 1967, année du centenaire du Canada, pour reconnaître des réalisations exceptionnelles, le dévouement remarquable d’une personne envers la communauté ou une contribution extraordinaire à la nation. Depuis sa création, plus de 6 000 personnes de tous les milieux ont été investies de l’Ordre.

L’horaire de la cérémonie, la liste des récipiendaires, les citations ainsi qu’une fiche d’information sur l’Ordre du Canada sont joints au présent avis aux médias.

-30-

Les membres des médias qui désirent couvrir cet événement ou obtenir une entrevue avec les récipiendaires sont priés de communiquer avec le Bureau de presse de Rideau Hall et de se présenter à l’entrée Princesse Anne avant 10 h 15, le jour de la cérémonie.

Renseignements aux médias

Marie-Pierre Bélanger
Bureau de presse de Rideau Hall
613-998-9166
marie-pierre.belanger@gg.ca 

Suivez GGDavidJohnston et RideauHall sur Facebook et Twitter.

 

HORAIRE DE LA CÉRÉMONIE

Les membres des médias sont priés d’observer l’horaire suivant :

9 h 45 :

Arrivée des médias à Rideau Hall

10 h 30 :

Début de la cérémonie d’investiture

 

Allocution du gouverneur général

 

Remise des insignes par le gouverneur général

(aux Compagnons d’abord, ensuite aux Officiers et enfin aux Membres)

11 h 45 :

Entrevues avec les récipiendaires

 

LISTE DES RÉCIPIENDAIRES

COMPAGNONS DE L’ORDRE DU CANADA

Richard L. Cruess, C.C., O.Q.

Il s’agit d’une promotion au sein de l’Ordre.

Montréal (Qc)

L’honorable Marie Deschamps, C.C.

Montréal (Qc)

Yannick Nézet-Séguin, C.C.

Montréal (Qc)

R. Murray Schafer, C.C.

Indian River (Ont.)

 

OFFICIERS DE L’ORDRE DU CANADA

Anthony Belcourt, O.C.

Ottawa (Ont.)

Dempsey Bob, O.C.

Terrace (C.-B.)

Robert Bringhurst, O.C.

Heriot Bay (C.-B.)

L’honorable Alexander B. Campbell, c.p., O.C., O.P.E.I.

Stanley Bridge (Î.-P.-É.)

J. Edward Chamberlin, O.C.

Halfmoon Bay (C.-B.)

John Daniel, O.C.

Vancouver (C.-B.)

Nigel Fisher, O.C., O.Ont., C.S.M.

Salt Spring Island (C.-B.)

Paul-André Fortier, O.C.

Montréal (Qc)

Margie Gillis, O.C., C.Q.

Il s’agit d’une promotion au sein de l’Ordre.

Montréal (Qc)

John H. McArthur, O.C.

Boston (Massassuchetts, É.-U.) et Burnaby (C.-B.)

David Edward Smith, O.C.

Regina (Sask.) et
Niagara-on-the-Lake (Ont.)

Peter Tugwell, O.C.

Ottawa (Ont.)

Monseigneur V. James Weisgerber, O.C., S.O.M.

Winnipeg (Man.)

Salim Yusuf, O.C.

Hamilton (Ont.)

 

MEMBRES DE L’ORDRE DU CANADA

Murray Angus, C.M.

Ottawa (Ont.)

Rina Arseneault, C.M.

Fredericton (N.-B.)

Gaston Bellemare, C.M., O.Q.

Trois-Rivières (Qc)

Shirley Blumberg, C.M.

Toronto (Ont.)

James W. Borcoman, C.M.

Ottawa (Ont.)

Michael J. Brown, C.M.

Vancouver (C.-B.)

Carmen Campagne, C.M.

Sainte-Anne (Man.) et Willow Bunch (Sask.)

Paul G. S. Cantor, C.M.

Toronto (Ont.)

Stephen Carpenter, C.M.

Conestogo (Ont.)

Paul J. J. Cavalluzzo, C.M., O.Ont.

Toronto (Ont.)

Denise Clarke, C.M.

Calgary (Alb.)

L’honorable W. Yvon Dumont, C.M., O.M.

Winnipeg (Man.)

Paul Gobeil, C.M.

Montréal (Qc)

Morley Hanson, C.M.

Chelsea (Qc)

Robert J. Harding, C.M.

Toronto (Ont.)

Mary E. Hofstetter, C.M.

Stratford (Ont.) et Banff (Alb.)

Antony Holland, C.M.

Gabriola Island (C.-B.)

L’honorable James Knatchbull Hugessen, C.M.

Almonte (Ont.)

Danielle Juteau, C.M.

Montréal (Qc)

Jack Long, C.M.

Toronto (Ont.)

W. R. McPhee, C.M.

Calgary (Alb.)

Djavad Mowafaghian, C.M., O.B.C.

Vancouver (C.-B.)

James Armstrong Munro, C.M.

Victoria (C.-B.)

Kari Polanyi Levitt, C.M.

Outremont (Qc)

Léa Pool, C.M.

Montréal (Qc)

Mamdouh Shoukri, C.M., O.Ont.

Toronto (Ont.)

Eric S. Sprott, C.M.

Toronto (Ont.)

Jacques Tanguay, C.M.

Breakeyville (Qc)

Tom Traves, C.M.

Halifax (N.-É.)

Laure Waridel, C.M.

Frelishburg (Qc)

William Robert Waters, C.M.

Toronto (Ont.)

 

CITATIONS DES RÉCIPIENDAIRES

COMPAGNONS DE L’ORDRE DU CANADA

Richard L. Cruess, C.C., O.Q.
Montréal (Québec) 

Richard Cruess a transformé la profession médicale, son enseignement et sa pratique. Membre essentiel du Centre d’éducation médicale de l’Université McGill et chef de file en professionnalisme médical à l’échelle mondiale, il enseigne et mesure les valeurs que sont la responsabilisation, le service et la compétence dans la prestation de soins aux patients. Il est co-auteur d’un ouvrage de référence sur ce sujet, dont il a inlassablement fait la promotion et qui est aujourd’hui enseigné pratiquement partout dans le monde. Sa contribution exceptionnelle et l’ensemble de son œuvre lui ont valu le respect de la communauté médicale internationale et ont transformé les soins de santé au pays et à l’étranger.

Il s’agit d’une promotion au sein de l’Ordre.

L’honorable Marie Deschamps, C.C.
Montréal (Québec) 

Marie Deschamps a joué un rôle important dans le développement du droit au Canada. S’élevant rapidement dans les rangs de la magistrature, elle a servi à la Cour supérieure et à la Cour d’appel du Québec, se distinguant par ses vastes connaissances, sa compassion et sa volonté d’aller au fond des dossiers. Elle a également fait sa marque à la Cour suprême du Canada, où elle a rendu des arrêts qui ont marqué l’évolution du droit de la faillite et de l’insolvabilité ainsi que du droit corporatif. En outre, elle a toujours eu à cœur la formation des jeunes avocats, notamment à l’Université de Sherbrooke et à l’Université de Montréal, en plus d’encourager les femmes à s’approprier une plus grande place au sein de la profession.

Yannick Nézet-Séguin, C.C.
Montréal (Québec) 

Yannick Nézet-Séguin est l’un des chefs d’orchestre les plus en demande à travers le monde. Il est à la fois directeur artistique et chef principal de l’Orchestre Métropolitain de Montréal, directeur musical de l’Orchestre philharmonique de Rotterdam, directeur musical désigné de l’Orchestre de Philadelphie et chef invité principal de l’Orchestre philharmonique de Londres. Son talent l’a mené à diriger de nombreux autres orchestres symphoniques du plus haut niveau un peu partout sur la planète. Il a de plus été acclamé à l’opéra; entre autres la prestigieuse Scala de Milan et le Metropolitan Opera de New York lui ont ouvert leurs portes. Admiré pour sa direction claire et forte, il est aussi reconnu pour son charisme, son audace et sa simplicité.

R. Murray Schafer, C.C.
Indian River (Ontario) 

Murray Schafer est largement considéré comme l’un des plus grands compositeurs canadiens du 20e siècle. Grâce à sa voix distinctive et à sa splendide créativité, il est réputé pour avoir donné à ses pièces de chorale, d’orchestre, de musique de chambre et d’opéra une saveur typiquement canadienne. Son incidence globale se répercute également dans ses écrits novateurs sur l’écologie acoustique, qui étudie les relations entre les gens, le son et l’environnement. En tant que fondateur du World Soundscape Project à l’Université Simon Fraser, il a encouragé des universitaires et des musiciens à enregistrer et à préserver l’environnement sonique de la planète. Il est l’un des rares compositeurs canadiens qui continuent de faire carrière à l’échelle internationale.
 

OFFICIERS DE L’ORDRE DU CANADA

Anthony Belcourt, O.C.
Ottawa (Ontario) 

Tony Belcourt a contribué à donner une voix à la communauté métisse du Canada. Un chef et porte-parole respecté, il a travaillé sans relâche à l’élimination des obstacles rencontrés par les peuples autochtones. Cofondateur et premier président du Congrès des Peuples Autochtones, il a contribué à faire des Métis un peuple autochtone officiellement reconnu au Canada. Il est le président fondateur de la Métis Nation of Ontario, et il a favorisé l’éducation des Métis ontariens en établissant un fonds de dotation pour les étudiants métis dans plus de 30 collèges et universités de l’Ontario.

Dempsey Bob, O.C.
Terrace (Colombie-Britannique) 

Dempsey Bob est l’un des plus grands artistes tahltan et tlingit de sa génération. Un maître sculpteur de renommée internationale, il a produit un ensemble d’œuvres inspirées de son riche patrimoine qui ont été exposées à grande échelle. Il a établi des partenariats artistiques interculturels avec d’autres peuples autochtones, en particulier les Maoris de la Nouvelle-Zélande. Il a aussi transmis son savoir-faire culturel et artistique en tant que membre fondateur de la Freda Diesing School of Northwest Coast Art, où il continue d’enseigner à la nouvelle génération de maîtres sculpteurs.

Robert Bringhurst, O.C.
Heriot Bay (Colombie-Britannique) 

Robert Bringhurst est un poète révéré et un homme de la Renaissance réputé pour son travail de linguiste, d’historien culturel et de typographe. Il a enrichi notre canon littéraire avec une poésie dite lyrique et raffinée qui lui est propre. Ses traductions d’œuvres dictées par Skaay, Ghandl et Kilxhawgins, des poètes oraux de la nation haïda, ont contribué à la préservation de la culture et de la langue de cette Première Nation. Il a également influencé la mise en page d’ouvrages dans le monde entier avec son livre The Elements of Typographic Style, un classique dans son domaine.

L’honorable Alexander B. Campbell, c.p., O.C., O.P.E.I.
Stanley Bridge (Île-du-Prince-Édouard) 

Alexander Campbell est l’un des dirigeants ayant le plus contribué à la transformation de l’Île-du-Prince-Édouard. Détenant le record de longévité comme premier ministre de la province, il a introduit de nombreuses initiatives de modernisation, y compris la création de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard; la présentation d’un plan de développement économique visant à moderniser les institutions et les services; et la prise de mesures visant à promouvoir les sources d’énergie renouvelables. Après avoir quitté la vie politique, il a été nommé juge de la Cour suprême de la province. Plus tard, il s’est investi bénévolement dans les secteurs du patrimoine et de la culture.

J. Edward Chamberlin, O.C.
Halfmoon Bay (Colombie-Britannique) 

La passion d’Edward Chamberlin pour les chansons et les histoires des peuples autochtones lui a valu sa renommée internationale en tant que champion de leurs langues et cultures. Un professeur émérite d’anglais et de littérature comparée à l’Université de Toronto, il a œuvré pour donner de la crédibilité à l’histoire orale dans le règlement des revendications territoriales au Canada et ailleurs dans le monde. Déterminé à protéger l’identité des groupes culturels, il a également joué un rôle essentiel dans l’ouverture de nouvelles sphères d’études, y compris le programme d’études autochtones et les cours de littérature caraïbe de l’université.

John Daniel, O.C.
Vancouver (Colombie-Britannique) 

John Daniel est un champion de l’éducation ouverte et de l’éducation à distance, au Canada et à l’étranger. Déterminé à améliorer l’accès à l’éducation, il a mis sa vision et son leadership au profit de plusieurs institutions, notamment à titre de président de l’Université Laurentienne et de l’Open University du Royaume-Uni, et par l’entremise de l’UNESCO et du Commonwealth of Learning. Il a encouragé l’utilisation de la technologie et le recours aux partenariats pour élargir les possibilités d’apprentissage, donnant ainsi aux étudiants du monde entier la chance d’obtenir une éducation postsecondaire de qualité.

Nigel Fisher, O.C., O.Ont., C.S.M.
Salt Spring Island (Colombie-Britannique) 

Nigel Fisher incarne la bienveillance. Pendant plus de trois décennies, durant lesquelles le monde a connu certains de ses conflits et désastres les plus graves, il a œuvré pour protéger et améliorer la vie des civils -- en particulier celle des enfants. Il a dirigé des opérations humanitaires en Iraq et en Afghanistan; au Rwanda, après le génocide; et en Haïti, à la suite du séisme de 2010. Tout aussi déterminé à assurer le bien-être des enfants canadiens, il a été président et chef de la direction d’UNICEF Canada. Il a par la suite dirigé la Mission de stabilisation des Nations Unies en Haïti et il continue de jouer un rôle considérable dans les efforts humanitaires. 

Paul-André Fortier, O.C.
Montréal (Québec) 

Paul-André Fortier est un artiste incontournable en danse contemporaine. Il est renommé comme chorégraphe pour ses œuvres empreintes d’innovation, pour son entêtement à briser les conventions et pour ses qualités de danseur. Le directeur artistique de sa propre compagnie depuis trois décennies, il croit à la poésie du corps vieillissant, et continue toujours de créer et de donner des spectacles à travers le monde. Très engagé dans son milieu, il participe depuis longtemps à la formation de jeunes artistes ici et à l’étranger. Ils sont nombreux parmi la relève à le considérer comme un modèle et un mentor.

Margie Gillis, O.C., C.Q.
Montréal (Québec) 

Margie Gillis, l’une des danseuses et des chorégraphes modernes les plus réputées du Canada, continue d’émouvoir les spectateurs du monde entier avec ses prestations captivantes. L’ensemble de son œuvre impressionne, regroupant des chorégraphies de groupe et plus de 150 solos distinctifs. On fait également appel à elle pour sa capacité à appliquer des éléments de danse dans toute une gamme de disciplines, y compris l’éducation et la justice. Elle offre aussi un atelier unique, qu’elle a elle-même conçu et qui incorpore l’art du mouvement au processus de résolution de conflit.

Il s’agit d’une promotion au sein de l’Ordre.

John H. McArthur, O.C.
Boston (Massachusetts, États-Unis d’Amérique) et Burnaby (Colombie-Britannique) 

John McArthur a contribué à la création de l’école d’études commerciales moderne. En tant que doyen de la Harvard Business School pendant 15 ans, il a élargi la recherche théorique, conçu des approches multidisciplinaires et ouvert de nouvelles sphères d’études dans le programme d’études commerciales. Réputé pour son expertise et sa capacité à établir des consensus, il a gagné la confiance du gouvernement du Canada comme conseiller dans le secteur bancaire, en télécommunications et en énergie. Ses qualités de consultant sont également recherchées par les secteurs public et privé, et il est président de la Fondation Asie Pacifique du Canada.

David Edward Smith, O.C.
Regina (Saskatchewan) et Niagara-on-the-Lake (Ontario) 

David Smith a contribué à améliorer la compréhension générale de notre système politique. Professeur émérite de l’Université de la Saskatchewan, chargé principal de recherche sur la politique à l’Université de Regina, et professeur distingué invité à l’Université Ryerson, M. Smith est l’une des grandes sommités du Canada dans le domaine de la gouvernance constitutionnelle et un auteur prolifique sur le système parlementaire canadien. Ses premiers travaux portant sur la gouvernance de la Saskatchewan et la démagogie des Prairies, qui traduisent un fort sentiment d’appartenance, sont devenus des classiques dans le domaine.

Peter Tugwell, O.C.
Ottawa (Ontario) 

Peter Tugwell est un contributeur inlassable à la santé mondiale. Professeur à l’Université d’Ottawa, il a dirigé des initiatives internationales afin de s’assurer que les traitements prescrits en rhumatologie, sa spécialité, se fondent sur les données les plus récentes. Il a chapeauté la conception d’une base de données d’essais cliniques et de résultats concernant les maladies arthritiques et rhumatismales, améliorant ainsi les soins aux patients dans le monde entier. Il détient maintenant une chaire de recherche du Canada et assure la direction du Centre for Global Health de l’Université d’Ottawa, où il travaille à faciliter l’accès de groupes désavantagés aux avancées médicales.

Monseigneur V. James Weisgerber, O.C., S.O.M.
Winnipeg (Manitoba) 

James Weisgerber est un champion du changement social et de la justice. Depuis son ordination, il y a 50 ans, il a servi de nombreuses collectivités et paroisses des Prairies, plus récemment à titre d’archevêque de Winnipeg. Il est surtout connu pour avoir été l’instrument de la réconciliation entre les survivants des pensionnats indiens et l’Église. En effet, il a organisé une rencontre historique entre ces survivants et le pape Benoît XVI, en 2009. Ses efforts constants en vue d’assurer un meilleur avenir aux communautés autochtones lui ont valu d’être adopté symboliquement à titre de frère par les Anciens de la Première Nation anishinabe.

Salim Yusuf, O.C.
Hamilton (Ontario) 

Salim Yusuf a permis de réduire les taux de mortalité des personnes souffrant d’affections cardiaques partout dans le monde. Cardiologue, il est aussi vice-président de la recherche au Hamilton Health Sciences, où il a fondé le Population Health Research Institute à l’Université McMaster. Ses études scientifiques ont démontré l’efficacité de différents traitements pour des problèmes cardiovasculaires et ont contribué à établir la norme de soins dans ce domaine. Notamment, sa recherche ayant dégagé neuf facteurs de risque évitables pour les infarctus et les accidents vasculaires cérébraux est reconnue mondialement comme fondement pour la réduction substantielle de ces conditions à l’échelle internationale.
 

MEMBRES DE L’ORDRE DU CANADA

Murray Angus, C.M.
Ottawa (Ontario) 

Murray Angus a consacré sa carrière à l’amélioration des relations entre les Canadiens autochtones et non-autochtones. À titre de consultant et d’activiste communautaire, il a cherché à mieux faire connaître les Autochtones du Canada et à faire comprendre et respecter leurs traditions. Fondateur du Nunavut Sivuniksavut, il a joué un rôle crucial en aidant de jeunes Inuits à se prendre en main. Ce programme collégial unique permet à des étudiants du Nord de vivre l’expérience du Sud du Canada en venant à Ottawa pour y étudier l’histoire des Inuits et des revendications territoriales. Cela leur permet en outre d’améliorer leur maîtrise de l’inuktitut et leurs compétences sur le plan culturel, qui sont en déclin depuis quelques générations. M. Angus, qui continue d’occuper un rôle important dans tous les aspects du programme, est un mentor très apprécié des étudiants.

Rina Arseneault, C.M.
Fredericton (Nouveau-Brunswick) 

Rina Arseneault est une porte-parole passionnée de la lutte contre la violence familiale. En tant que directrice associée du Centre Muriel McQueen Fergusson pour la recherche sur la violence familiale à l’Université du Nouveau-Brunswick, elle a pris part à des activités de recherche, d’activisme et d’éducation. Depuis des décennies, elle collabore avec des travailleurs de première ligne, des organisations communautaires, des gouvernements et des universitaires pour promouvoir une approche communautaire visant à réduire l’incidence et l’impact de la violence familiale et de la violence faite aux femmes. Elle a aussi offert son leadership et son expertise à des organisations comme Femmes Équité Atlantique, SIDA Nouveau-Brunswick et l’Association des travailleurs sociaux du Nouveau-Brunswick.

Gaston Bellemare, C.M., O.Q.
Trois-Rivières (Québec) 

Depuis plus de quatre décennies, Gaston Bellemare se dévoue passionnément à l’essor et au rayonnement de la poésie. Cofondateur et ancien président de la maison d’édition Les Écrits des Forges, il a contribué à en faire le plus important éditeur de poésie de langue française au Canada. Il a aussi établi et préside le Festival International de la Poésie de Trois-Rivières en plus d’avoir fondé la Fédération des festivals internationaux de poésie. En outre, par son engagement bénévole et son leadership au sein de plusieurs organismes, il fait évoluer le milieu littéraire et culturel du Québec.

Shirley Blumberg, C.M.
Toronto (Ontario) 

Shirley Blumberg a créé des espaces architecturaux qui entretiennent un fort sentiment d’appartenance communautaire. En tant que cofondatrice de KPMB Architects, elle a concrétisé un large éventail de projets culturels, patrimoniaux, universitaires et de logements sociaux. Sa créativité, enrichie par son expérience, lui a valu des éloges pour des projets comme le Gardiner Museum et le Centre for International Governance Innovation (CIGI). Elle a soutenu et encadré la prochaine génération d’architectes et représente une source d’inspiration pour les femmes de sa profession qui souhaitent atteindre les rangs de direction.

James W. Borcoman, C.M.
Ottawa (Ontario) 

James Borcoman est un pionnier de la photographie au Canada. Conservateur des photographies au Musée des beaux-arts du Canada pendant plus de 25 ans, il a fait preuve d’un esprit visionnaire dans la constitution de la collection de photographies contemporaines et historiques de l’institution. Par son intendance du programme d’exposition et ses nombreuses publications, il a beaucoup apporté au domaine de la photographie et l’a fait avancer en tant que forme d’art. Il a également aidé plusieurs photographes canadiens de talent à lancer leur carrière.

Michael J. Brown, C.M.
Vancouver (Colombie-Britannique) 

Fondateur de Ventures West Capital et Chrysalix Energy, Michael Brown est un moteur du développement technologique dans l’Ouest du Canada. En 40 ans, il s’est taillé une réputation comme bâtisseur d’entreprises canadiennes. Il a stimulé l’investissement de démarrage dans des entreprises novatrices spécialisées dans le génie aérospatial et les données numériques sans fil, en passant par les piles à combustible. Plus récemment, il a mis son leadership au profit de l’énergie de remplacement, soutenant des industries à l’avant-garde des technologies respectueuses de l’environnement.

Carmen Campagne, C.M.
Sainte-Anne (Manitoba) et Willow Bunch (Saskatchewan) 

Auteure, compositrice et interprète, Carmen Campagne est adorée par les tout-petits dans toute la francophonie canadienne. Par l’entremise de ses chansons et de chansons traditionnelles, elle encourage notamment les jeunes francophones à découvrir leur héritage en plus d’aider les jeunes anglophones à apprendre le français. Elle est reconnue pour son énergie et son dynamisme, et autant les jeunes que leurs parents sont attirés par ses albums, ses DVD et ses spectacles, où les enfants sont invités à se joindre à elle pour chanter et danser. Elle est aussi grandement respectée par ses pairs et les éducateurs pour sa contribution à l’épanouissement de la culture francophone au Canada.

Paul G. S. Cantor, C.M.
Toronto (Ontario) 

Paul Cantor a travaillé comme avocat dans les secteurs privé, public et à but non lucratif, et a transformé d’innombrables institutions canadiennes. Sous sa présidence, l’Office d’investissement des régimes de pensions du secteur public est devenu un chef de file mondial dans la gestion de l’investissement. De la même façon, depuis les années 1960, il travaille avec ardeur pour façonner plusieurs de nos institutions postsecondaires. Premier directeur exécutif du Toronto International Leadership Centre, il a également contribué à renforcer le secteur financier des pays en développement. Un leader organisationnel respecté, il a établi une culture d’engagement civique et d’intégrité.

Stephen Carpenter, C.M.
Conestogo (Ontario) 

Stephen Carpenter pilote le mouvement de la construction écologique au Canada depuis ses débuts ou presque. Avant la venue d’Enermodal Engineering, la société d’experts-conseils qu’il a fondée en 1980, les sociétés mandatées de créer des immeubles durables sur le plan de l’environnement étaient quasiment inexistantes. Il est depuis devenu l’un des membres les plus engagés du Conseil du bâtiment durable du Canada et a dessiné certains des immeubles les plus écoénergétiques du pays. Son leadership exemplaire dans l’industrie de la construction du Canada a permis d’implanter de nombreuses pratiques écologiques.

Paul J. J. Cavalluzzo, C.M., O.Ont.
Toronto (Ontario) 

Paul Cavalluzzo s’est employé sans relâche à protéger les libertés et les droits fondamentaux des Canadiens. En tant qu’avocat principal dans les enquêtes sur l’affaire Arar et l’incident de Walkerton, il a aidé à formuler des recommandations sur la sécurité nationale et la salubrité de notre eau potable dans l’avenir. Avocat de renom spécialisé en droit du travail, il a aussi plaidé en faveur des droits des travailleurs agricoles en Ontario, de sorte que ceux-ci ont pu bénéficier pour la première fois d’une protection en vertu de la Loi sur la santé et la sécurité au travail de cette province. Faisant figure d’exemple dans sa profession, il communique son savoir aux étudiants en droit et aux juristes de tout le Canada à titre de conférencier.

Denise Clarke, C.M.
Calgary (Alberta) 

Grâce à l’imagination et à l’innovation de Denise Clarke, la danse contemporaine et le théâtre ont prospéré en Alberta. Chorégraphe, actrice et directrice de la One Yellow Rabbit Theatre Company, elle est réputée pour ses prestations énergiques et ses chorégraphies athlétiques. Avec ses productions originales qui combinent souvent la danse, le théâtre et le drame, elle provoque les spectateurs depuis des décennies. Vouée au développement de la prochaine génération d’artistes, elle donne des ateliers de maître et des cours universitaires, en plus de diriger le One Yellow Rabbit Summer Lab Intensive.

L’honorable W. Yvon Dumont, C.M., O.M.
Winnipeg (Manitoba) 

Yvon Dumont contribue depuis longtemps à l’avancement des droits des peuples autochtones et des Métis en particulier. Ancien président de la Fédération des Métis du Manitoba ainsi que du Ralliement national des Métis, il a notamment œuvré à la reconnaissance des Métis comme peuple autochtone distinct et s’est assuré que Louis Riel soit reconnu officiellement comme le père fondateur du Manitoba. Premier Métis nommé lieutenant-gouverneur, il a particulièrement encouragé un rapprochement entre non-Autochtones et les siens.

Paul Gobeil, C.M.
Montréal (Québec) 

Le sage qu’on consulte, Paul Gobeil est respecté pour ses talents d’administrateur et pour son engagement communautaire. Il a occupé des postes de direction au sein de différentes entreprises, notamment dans le secteur de l’industrie alimentaire, et est souvent sollicité pour faire partie de conseils d’administration d’organismes de grande envergure, dont la Banque nationale du Canada. En plus d’être un mentor et un « ange financier » pour de jeunes entrepreneurs dans sa région natale, l’Estrie, il y fait preuve, depuis longtemps, de dévouement et de générosité envers de nombreuses institutions, dont l’Université de Sherbrooke. 

Morley Hanson, C.M.
Chelsea (Québec) 

Morley Hanson est déterminé à habiliter les jeunes. En tant qu’éducateur axé sur l’innovation, il a conçu des programmes pour Katimavik, une initiative jeunesse de renforcement communautaire, ainsi que pour les jeunes contrevenants des régions rurales de la Saskatchewan. Un ancien enseignant dans des communautés autochtones, il est devenu le coordonnateur de Nunavut Sivuniksavut, un programme collégial unique qui amène de jeunes Inuits à Ottawa pour découvrir leur histoire et la politique, tout en acquérant des compétences essentielles sur le plan personnel et professionnel. Ses efforts ont contribué à former les futurs dirigeants du Nunavut.

Robert J. Harding, C.M.
Toronto (Ontario) 

Robert Harding a généreusement mis son savoir-faire financier au service de sa communauté. Homme d’affaires, philanthrope et bénévole, il a été à la tête de l’une des plus importantes sociétés financières du Canada pendant plus de 20 ans, en plus d’être la force motrice derrière différentes initiatives communautaires. Il a présidé plusieurs conseils de gouverneurs pour des institutions publiques, notamment l’Hospital for Sick Children, United Way Toronto et l’Université de Waterloo, qui ont toutes profité de son leadership et de sa générosité.

Mary E. Hofstetter, C.M.
Stratford (Ontario) et Banff (Alberta) 

Mary Hofstetter est une administratrice artistique visionnaire admirée pour son leadership au Banff Centre. Sous sa direction, les installations du centre ont pris de l’expansion et ses programmes se sont diversifiés pour inclure notamment des programmes sur le leadership autochtone, les mathématiques et la culture des montagnes. Elle a aussi établi des partenariats avec des organisations culturelles partout au Canada afin d’élargir la portée du centre. De plus, elle a mis son temps et ses talents à la disposition du Sommet canadien des arts, du festival de Stratford, du festival de Shaw et du Collège Sheridan, pour ne nommer que ceux-là.

Antony Holland, C.M.
Gabriola Island (Colombie-Britannique) 

Antony Holland a consacré sa vie au théâtre. Il a fait ses débuts sur scène à Londres, en 1939. Il a ensuite servi dans l’armée britannique en Égypte, durant la Deuxième Guerre mondiale, et a rapidement été appelé à divertir les troupes au Moyen-Orient. Une fois établi au Canada, il a instauré des programmes de théâtre novateurs pour faciliter la réhabilitation des détenus dans les prisons de la Colombie-Britannique, tout en faisant carrière au théâtre, au cinéma et à la télévision. Directeur artistique émérite du Studio 58 à Vancouver, il en a façonné le programme et assuré la croissance, et en a fait l’une des écoles de théâtre les plus réputées du Canada.

L’honorable James Knatchbull Hugessen, C.M.
Almonte (Ontario) 

L’intégrité, la perspicacité et le dévouement de James Hugessen ont fait de lui un membre exemplaire de la magistrature canadienne. Juge à la Cour supérieure du Québec et à la Cour d’appel fédérale, il a aussi été le premier Canadien à devenir vice-président du plus haut tribunal administratif de l’Organisation Internationale du Travail. Vers la fin des années 1990, il a perdu la vue des suites d’une dégénérescence maculaire. Il a toutefois continué de siéger à la Cour fédérale en tant que juge de première instance et juge responsable de la gestion de l’instance jusqu’à la fin de sa carrière de 36 ans, inspirant de nombreux Canadiens vivant avec une perte de vision. Il a depuis créé une bourse pour le droit des personnes handicapées à l’Université McGill.

Danielle Juteau, C.M.
Montréal (Québec) 

Danielle Juteau est l’une de nos grandes sociologues. Professeure émérite à l’Université de Montréal, elle a été à l’origine d’enseignements et de recherches sur les rapports de sexe et a joué un rôle clé dans la constitution du champ d’études ethniques au Québec. Elle est notamment cofondatrice du Centre d’études ethniques des universités montréalaises, qu’elle a également dirigé, et a été titulaire de la Chaire en relations ethniques. Travaillant à développer des liens théoriques et pratiques, elle a contribué à la compréhension d’enjeux contemporains comme la citoyenneté pluraliste, le nationalisme et l’inclusion des immigrants, et les liens entre racisme et sexisme. Elle est aussi considérée comme une pédagogue et une mentore exceptionnelle.

Jack Long, C.M.
Toronto (Ontario) 

Jack Long a transformé l’industrie canadienne de la musique lorsqu’il a ouvert Long & McQuade, en 1956. De son magasin de détail original de deux pièces naquirent plus de 60 succursales ailleurs au pays, et ses plans novateurs de financement maison, de même que ses services de location d’instruments, ont façonné la manière dont les Canadiens se procurent aujourd’hui des instruments de musique. En tant que musicien professionnel et homme d’affaires, il tient compte des intérêts de ses clients et de ses compétiteurs. Il fournit également du soutien en argent et en nature à plus de 100 organisations éducatives, caritatives et musicales du Canada.

W. R. McPhee, C.M.
Calgary (Alberta) 

Bob McPhee est l’une des forces motrices de la scène artistique albertaine. Reconnu pour son leadership en administration, il a été président et chef de la direction de l’Edmonton Symphony Orchestra et de l’Edmonton Concert Hall Foundation, et il a présidé la création du Winspear Centre for Music. Au cours des 16 dernières années, en sa qualité de directeur général et chef de direction du Calgary Opera, il a guidé l’organisation vers la stabilité financière et lui a permis d’atteindre des sommets artistiques sans précédent. Il est aussi très réputé pour son engagement en matière d’éducation et de rayonnement et pour avoir contribué au développement d’artistes émergents, notamment en présentant de nouvelles œuvres lyriques canadiennes.

Djavad Mowafaghian, C.M., O.B.C.
Vancouver (Colombie-Britannique)

Djavad Mowafaghian a bâti une culture de bonté et de générosité. Élevé dans une famille modeste en Iran, il a fondé une entreprise générale prospère avant d’immigrer au Canada. Près de trois décennies après son arrivée dans son pays d’adoption, il est à présent l’un des bienfaiteurs de longue date de la Colombie-Britannique. Grâce à sa générosité discrète, il a aidé à stimuler la recherche, à établir une nouvelle infrastructure médicale et à soutenir des groupes locaux voués à l’éducation et au bien-être des enfants.

James Armstrong Munro, C.M.
Victoria (Colombie-Britannique) 

Jim Munro est devenu une icône de la scène littéraire du Canada en parrainant nos auteurs et poètes. Il a ouvert sa librairie, Munro’s Books, en 1963, à une époque où les principaux détaillants négligeaient les auteurs canadiens, et a soutenu la carrière de certaines des plus grandes figures littéraires du pays. Il a ainsi contribué à promouvoir les legs de la littérature canadienne, et il continue d’appuyer les auteurs canadiens émergents. Dans le milieu des affaires de Victoria, il est bien connu pour son engagement à l’égard de la restauration des édifices patrimoniaux et de la promotion de la musique classique, ainsi que pour son dévouement envers ses employés et la communauté élargie.

Kari Polanyi Levitt, C.M.
Outremont (Québec) 

Kari Polanyi Levitt a contribué à faire du développement international un champ d’études universitaires au Canada. Professeure d’économie à l’Université McGill depuis le début des années 1960, elle fait aussi partie des membres fondateurs de l’Association canadienne d’études du développement international. Son analyse de l’essor des multinationales au Canada a déclenché un important débat public entre les experts en économie, et sa connaissance approfondie des systèmes économiques des pays des Caraïbes a fait d’elle une conseillère recherchée par les gouvernements nationaux et les organisations vouées au développement.

Léa Pool, C.M.
Montréal (Québec) 

Léa Pool est reconnue autant pour son habilité en scénarisation et en réalisation qu’en direction d’acteurs. Son cinéma engagé met souvent en évidence des personnages féminins forts dans des univers variés et singuliers. On lui doit, notamment, le long métrage de fiction La Femme de l’hôtel considéré comme un film-phare par le public féminin et féministe. Elle s’est aussi imposée dans la réalisation de documentaires, dont L’industrie du ruban rose. En outre, elle a contribué à l’évolution du milieu cinématographique en transmettant ses connaissances et sa passion pour la mise en scène aux étudiants de l’Université du Québec à Montréal.

Mamdouh Shoukri, C.M., O.Ont.
Toronto (Ontario) 

Mamdouh Shoukri a contribué à placer les établissements postsecondaires de l’Ontario au premier plan de l’innovation. Un ingénieur en mécanique et un universitaire, il a contribué à la croissance et au développement de l’infrastructure de recherche de l’Université McMaster en tant que doyen de la Faculté de génie et vice-président de la recherche et des affaires internationales. Dans ses fonctions actuelles de président de l’Université York, il a rehaussé le profil de l’école et stimulé l’innovation sur le campus, notamment par la création d’une école de génie à la fine pointe de la technologie. Son leadership a également servi aux Centres d’excellence de l’Ontario et à Action Cancer Ontario. 

Eric S. Sprott, C.M.
Toronto (Ontario) 

La remarquable générosité d’Eric Sprott ne connaît pas de limites. Après avoir connu beaucoup de succès en tant que l’un des principaux gestionnaires d’actifs au Canada, il a créé une fondation familiale qui soutient de multiples causes à l’échelle locale, nationale et internationale. De nombreuses organisations importantes ont prospéré grâce à ses contributions, notamment le Département de chirurgie du Réseau universitaire de santé et le Centre de recherche sur les cellules souches de l’Institut de recherche en santé d’Ottawa. Il a également financé l’octroi de bourses à des milliers d’étudiants de l’Université Carleton, où il a participé à la fondation de l’École des affaires qui porte son nom.

Jacques Tanguay, C.M.
Breakeyville (Québec) 

Jacques Tanguay est un homme d’affaires qui a mis ses talents au service de sa communauté. Vice-président et directeur général d’Ameublements Tanguay, il pose depuis longtemps d’innombrables gestes philanthropiques. Il a également mis sur pied des équipes et des événements sportifs qui sont devenus des modèles de réussite et qui font rayonner la ville de Québec. On lui doit la création et l’ascension de la fameuse équipe de football universitaire le Rouge et Or. Il a aussi contribué à relancer l’équipe de hockey junior majeur des Remparts de Québec, et cela, tout en encourageant les joueurs à poursuivre leurs études et à s’engager dans la communauté. 

Tom Traves, C.M.
Halifax (Nouvelle-Écosse) 

Tom Traves a beaucoup apporté à l’éducation postsecondaire dans le Canada atlantique. En tant que recteur de l’Université Dalhousie, il a contribué à transformer cette institution et à orienter son développement pour en faire un acteur clé dans les secteurs universitaire et communautaire de la Nouvelle-Écosse. Sous sa direction, le corps étudiant et professoral a connu une croissance record, le financement pour la recherche a augmenté de façon importante et on a créé un bureau consacré à la commercialisation de la propriété intellectuelle. Il est aussi reconnu pour avoir consolidé les réseaux entre l’Université Dalhousie, ses étudiants et les résidants d’Halifax, ainsi que pour le soutien qu’il accorde aux organisations artistiques et commerciales locales.

Laure Waridel, C.M.
Frelishburg (Québec) 

Une écosociologue, activiste et auteure, Laure Waridel est un formidable agent de changement et un modèle pour les jeunes. Elle a cofondé et présidé Équiterre, un organisme sans but lucratif qui prône des choix économiques socialement et écologiquement responsables, et a contribué à sa notoriété. Une pionnière, elle a éveillé les gens à la cause du commerce équitable et à l’alimentation écologique au Québec et a publié plusieurs ouvrages sur le sujet, dont Une cause café et L’Envers de l’assiette. Elle est aussi reconnue pour ses talents de vulgarisatrice et a utilisé différentes tribunes, ici et à l’étranger, pour sensibiliser la société à la consommation responsable.

William Robert Waters, C.M.
Toronto (Ontario) 

La vie de William Waters témoigne véritablement des pouvoirs de transformation de l’éducation. D’abord recueilli par la Société d’aide à l’enfance, puis adopté par une mère monoparentale, il a surmonté les obstacles économiques pour finalement connaître la réussite comme homme d’affaires et aussi comme professeur émérite en économie et en finances à l’Université de Toronto. Depuis maintenant plusieurs années, ses généreuses contributions aux programmes d’accès à l’éducation dans les universités et les collèges de Toronto ont ouvert la porte de l’éducation supérieure aux étudiants éprouvant des difficultés financières. Ardent mécène, il finance également des festivals de musique ainsi que des artistes.

 

FICHE D’INFORMATION SUR L’ORDRE DU CANADA

Créé en 1967 par Sa Majesté la reine Elizabeth II, l’Ordre du Canada est la pierre angulaire du Régime canadien de distinctions honorifiques. Il reconnaît des réalisations exceptionnelles, le dévouement remarquable d’une personne envers la communauté ou une contribution extraordinaire à la nation. Des Canadiens de tous les milieux de la société ont reçu l’Ordre du Canada. La nature de leurs réalisations est extrêmement variée, mais la façon dont ils ont changé nos vies et le visage de notre pays les unit.

Devise et grades

La devise de l’Ordre, DESIDERANTES MELIOREM PATRIAM, signifie « Ils veulent une patrie meilleure ». Sa Majesté la Reine est la souveraine de l’Ordre et le gouverneur général est chancelier et Compagnon principal de l’Ordre.

Compagnon – Initiales honorifiques : C.C.
souligne la prééminence sur la scène nationale, ou les réalisations, ou les services rendus à l’échelle internationale

Officier – Initiales honorifiques : O.C.
souligne les services ou les réalisations au niveau national

Membre – Initiales honorifiques : C.M.
souligne les contributions remarquables au niveau local ou régional, ou dans un domaine particulier

Description de l’insigne

L’insigne de l’Ordre du Canada a la forme d’un flocon de neige à six pointes et arbore en son centre une feuille d’érable entourée d’un anneau rouge sur lequel est circonscrite la devise de l’Ordre : DESIDERANTES MELIOREM PATRIAM(Ils veulent une patrie meilleure). L’anneau est placé sous la couronne de saint Édouard.

Admissibilité

Tous les Canadiens et Canadiennes sont admissibles à l’Ordre du Canada, à l’exception des politiciens et des juges fédéraux et provinciaux en fonction. La constitution de l’Ordre permet à des non-Canadiens d’être admissibles à des nominations à titre honorifique. Les membres de la famille royale, les gouverneurs généraux ainsi que leurs époux respectifs sont nommés membres extraordinaires de l’Ordre. L’Ordre ne peut être décerné à titre posthume.

Les Officiers et les Membres peuvent être promus dans l’Ordre en reconnaissance de nouvelles réalisations, pourvu qu’ils aient continué à œuvrer au service du pays d’une manière exceptionnelle et extraordinaire. Habituellement, une promotion peut être envisagée à partir de la cinquième année de la nomination initiale.

Nominations

Toute personne ou tout groupe peut présenter la candidature d’individus dignes d’être nommés dans l’Ordre du Canada. Les nominations sont faites sur recommandation du Conseil consultatif de l’Ordre présidé par le juge en chef du Canada. Les membres du Conseil reflètent la diversité et l’excellence au sein de la société canadienne. Certains d’entre eux sont nommés en vertu de la fonction qu’ils occupent; d’autres sont nommés pour un mandat d’une période déterminée afin d’assurer une représentation équilibrée des diverses régions du pays.

Pour en apprendre davantage sur l’Ordre du Canada ou pour soumettre une candidature, consultez notre site Web au www.gg.ca/distinctions