Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Séance de travail sur le perfectionnement des compétences (Bangalore, Inde)

Bangalore, Inde, le jeudi 27 février 2014

 

Je suis heureux d’être à Bangalore pour participer à cette séance de travail sur le perfectionnement des compétences.

Ma visite officielle en Inde a pour but de renforcer les partenariats qui existent entre nos deux pays, en particulier dans les domaines de l’éducation, de l’innovation et de l’entrepreneuriat – en mettant l’accent sur la contribution des femmes et des filles.

Comme vous le savez, avant de devenir gouverneur général, j’ai passé une grande partie de ma vie comme administrateur d’université. Les questions d’apprentissage me tiennent donc beaucoup à cœur.

L’éducation – y compris le perfectionnement des compétences – est une priorité commune du Canada et de l’Inde, et la possibilité de réaliser de grandes choses ensemble me remplit d’optimisme.

Il est très important que nous le fassions. Soixante pour cent de la population de l’Inde sont âgés de 18 à 36 ans. La demande pour le développement des compétences est très élevée dans ce pays.

Quant aux Canadiens, ils sont impatients de travailler avec les Indiens pour relever ce défi.

Le Canada est un chef de file dans le domaine de l’apprentissage et du perfectionnement des compétences pour l’emploi partout dans le monde. Nous partageons notre vision axée sur la formation en vue d’élargir les possibilités de trouver un emploi et de participer pleinement à la société.

Au Canada, nous visons à la fois l’égalité des chances et l’excellence. Nous ne considérons pas ces deux objectifs comme étant mutuellement exclusifs, estimant plutôt qu’ils se renforcent mutuellement. Nous croyons que nous pouvons avoir les deux – voire que nous devons avoir les deux si nous voulons parvenir à notre but d’édifier une nation plus sage et plus humaine dans un monde plus équitable et juste.

Permettez-moi d’ouvrir une parenthèse pour vous citer la devise de l’Ordre du Canada, qui est la plus haute distinction de notre pays :

DESIDERANTES MELIOREM PATRIAM – devise latine qui signifie « Ils veulent une patrie meilleure ».

En dépit de tous ces merveilleux attributs qui différencient le Canada et l’Inde, je suis persuadé que chaque Indien aspire à un pays meilleur.

À titre de gouverneur général, j’ai visité des pays et des communautés en Asie, en Afrique, en Amérique latine, en Europe et dans les Caraïbes. J’ai discuté avec des gens de questions d’apprentissage et de partenariats. Je peux donc dire avec certitude que le Canada est reconnu dans le monde entier pour sa capacité à concevoir des programmes de formation et des programmes scolaires. Nos établissements d’enseignement sont réputés pour leur capacité à travailler avec les communautés et les industries en vue d’adapter les programmes en fonction de leurs besoins particuliers.

Ici en Inde, l’Association des collèges communautaires du Canada (ACCC) et ses membres ne demandent qu’à explorer le marché de l’éducation et de la formation. L’an dernier, une vingtaine d’institutions canadiennes ont pris part aux missions de l’Association en Inde.

D’ailleurs, bon nombre de représentants canadiens de l’ACCC et d’autres institutions canadiennes m’accompagnent au cours de cette visite. Tous possèdent une vaste expérience et une grande expertise dans leur domaine. Ils sont ici avec nous aujourd’hui. Je vous encourage, si ce n’est pas déjà fait, à aller les rencontrer.

Je suis ravi de voir que l’Association a signé un protocole d’entente avec la Fédération des chambres de commerce et d’industrie de l’Inde afin d’exploiter les possibilités de collaboration en matière d’acquisition de compétences. L’ACCC a également été invitée par la National Skills Development Corporation à jouer un rôle dans la création de conseils axés sur les compétences propres à des secteurs.

Ensemble, les universités membres de l’Association des collèges communautaires du Canada ont conclu plus de 400 accords avec des établissements indiens.

Ce sont là des progrès importants, et je crois fermement que nous pouvons en accomplir beaucoup plus. L’aviation, les médias numériques, l’ingénierie et les sciences de la vie ne sont que quelques-uns des grands domaines dans lesquels les institutions canadiennes et indiennes peuvent collaborer.

Je vous remercie de votre présence ici dans le cadre de cette importante discussion. J’ai hâte d’entendre vos points de vue.