Le léopard vice-royal
  1. Le gouverneur général du Canada
  2. Son Excellence le très honorable David Johnston

  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Histoire

Le vicomte Monck  1867-1868

Viscount MonckLe vicomte Monck est le premier gouverneur général du Canada, poste qu'il occupe après avoir été gouverneur de l'Amérique du Nord britannique depuis 1861. Ayant consacré beaucoup d'efforts pour unir et stabiliser le jeune pays et donner naissance à la Confédération, il est nommé premier gouverneur général du Canada en 1867.

En 1861, lorsque le vicomte Monck arrive pour occuper ses nouvelles fonctions officielles, les tensions entre le Canada et la république voisine au sud sont tendues. Vingt jours avant son entrée en fonction le 28 novembre, l'« Affaire Trent » éclate -- une crise diplomatique entre la GrandeBretagne et le gouvernement des États-Unis qui menace d'utiliser le Canada comme champ de bataille -- et la guerre semble inévitable. Tout au long de son mandat, le vicomte Monck usera de son influence pour désamorcer non seulement cette crise potentielle mais beaucoup d'autres par la suite.

Les qualités de diplomate dont fait preuve le vicomte Monck dans les relations canado-américaines sont à l'égal de son talent de promoteur de la Confédération. Il aide à édifier la « Grande coalition », soit le regroupement des partis réformiste et conservateur qui est essentiel à l'établissement du fédéralisme. En Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick, il se fait l'infatigable promoteur de l'unité et joue un rôle majeur dans la préparation d'une union fédérale.

Lors d'une visite de la nouvelle capitale en 1864, le vicomte Monck voit Rideau Hall, villa qui sera achetée en 1868 par le Gouvernement du Canada de la succession MacKay, au prix de 82 000 $. Avant de s'installer à Ottawa, les Monck résident au domaine Spencerwood, près de la ville de Québec. Cependant, même après le déménagement à Rideau Hall, le trajet pour se rendre au coeur d'Ottawa demeure difficile. Souvent, le mauvais état des routes oblige le vicomte Monck à se déplacer sur la rivière Outaouais à bord d'une embarcation pourvue d'un taud pour arriver jusqu'au parlement.

Passionnée d'horticulture, lady Monck apporte des améliorations considérables aux parterres de la résidence officielle.

Le vicomte Monck est un homme qui tient à préserver sa vie privée, aimant la compagnie de sa famille et de ses amis intimes. Ceux qui le connaissaient bien ont souligné sa courtoisie, sa bonté et son sens de l'humour. John A. Macdonald s'est exprimé ainsi à propos du vicomte Monck : « J'ai pour lui une extraordinaire amitié et je serai très malheureux de le voir partir, étant donné qu'il s'est montré un administrateur des affaires publiques très prudent et efficace. »

La vie avant et après Rideau Hall

Avant sa nomination comme gouverneur général du Canada, sir Charles Stanley Monck fait ses études de droit au Trinity College de Dublin, en Irlande, puis devient député à la Chambre des Communes en Angleterre, en 1852. En 1844, il épouse lady Elizabeth Louise Mary Monck, et ils auront sept enfants, dont quatre seulement vivront jusqu'à l'âge adulte. Lord Monck est élevé à la pairie d'Irlande en tant que 4e vicomte Monck et baron Monck de Ballytrammon, comté de Wexford, le 20 avril 1849, à la mort de son père. En 1866, il est créé pair du Royaume-Uni, recevant le titre de 4e vicomte Monck et baron Monck de Ballytrammon, comté de Wexford au Royaume-Uni. Il est nommé Lord of the Treasury au sein du gouvernement Palmerston, de 1855 à 1857.

Au terme de son mandat, le 14 novembre 1868, il retourne directement en Irlande, où il devient le vice-roi du comté de Dublin, de 1874 à 1892. Lady Monck décède le 16 juin 1892, et lord Monck, le 29 novembre 1894.