Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Cérémonie officielle canadienne au Square du Canada (France)

Dieppe (France), le dimanche 19 août 2012

 

C’est aujourd’hui le soixante-dixième anniversaire du raid des alliés sur Dieppe, une journée qui nous a laissé un héritage qui perdure jusqu’à ce jour.

À titre de commandant en chef du Canada, j’aimerais vous remercier d’être ici pour commémorer les sacrifices consentis par près de 5 000 soldats qui étaient débarqués sur ce rivage, le 19 août 1942.

Je tiens tout spécialement à remercier les anciens combattants de l’offensive de Dieppe, y compris ceux qui nous font l’honneur de leur présence parmi nous aujourd’hui.

Chacun de nous se rappelle la tragédie de la guerre d’une manière différente et personnelle, mais, ensemble, nous reconnaissons que les forces alliées ont combattu ici avec vaillance, pour une cause commune.

Cette cause, c’était la liberté face à la tyrannie. N’oublions jamais le prix considérable que nos soldats ont payé au nom de la liberté.

Durant le raid sur Dieppe, mais en fait tout au long de la Seconde Guerre mondiale, les Canadiens ont consenti d’énormes sacrifices.

Les anciens combattants de Dieppe comprennent l’ampleur de ces sacrifices, dans une mesure que peu d’entre nous peuvent réellement apprécier. 

Les habitants de Dieppe comprennent cela également, surtout ceux qui se rappellent du raid et des morts et de la destruction qui en ont résulté ce jour-là.

Souvent, l’expérience de la guerre pour ceux qui l’ont vécue, que ce soit comme soldat ou civil, ne s’efface pas lorsque cessent les combats. Pour de nombreux survivants, Dieppe n’est pas une de ces batailles lointaines reléguée dans le passé. C’est un tableau vivant qui habite encore leur cœur et leur mémoire.

Ce sont des souvenirs qui alternent entre des images d’actes de bravoure et d’héroïsme et des scènes d’une profonde angoisse et d’une souffrance indescriptible.

Nous qui sommes membres de sociétés libres et démocratiques ne devons jamais oublier la dette que nous avons envers ceux qui ont combattu à Dieppe avec le plus grand courage et la plus grande détermination.

Pour les anciens combattants, c’est sans aucun doute une pénible journée de commémoration. Or, je crois que ce n’est pas le fruit du hasard si certains qui ont combattu à Dieppe sont devenus des chefs de file de l’effort de commémoration des sacrifices qui ont été consentis durant la Seconde Guerre mondiale.

L’un d’eux est Jack McFarland, de Hamilton en Ontario, qui a été blessé lors du raid sur Dieppe. Il conservé des liens avec les Forces canadiennes et, en 2008, a reçu la Médaille du Gouverneur général pour l’entraide, pour le travail qu’il a accompli au nom des anciens combattants.

Comme beaucoup d’autres qui ont survécu à ce raid, il n’a jamais pu oublier le prix énorme qu’il en a coûté à tant de ses compagnons d’armes.

La population de Dieppe n’a jamais cessé non plus d’honorer la contribution des soldats canadiens, ce qu’apprécient grandement nos anciens combattants et le Canada tout entier.

Le monument érigé ici, au Square du Canada, témoigne de nos liens profonds, des liens qui ont été forgés en temps de guerre comme en temps de paix. La population de cette région apprécie ces liens particuliers avec le Canada qui remontent à plus de quatre siècles, soit à l’époque de Samuel de Champlain.

Aujourd’hui, cette cérémonie solennelle nous permet de renouveler ces liens.

Aux dires de tous, même des soldats ennemis, les Canadiens qui ont combattu ici étaient courageux, compétents et déterminés. En ce soixante‑dixième anniversaire du raid sur Dieppe, rendons hommage aux sacrifices consentis par ces braves soldats.

Honorons la liberté pour laquelle ils ont combattu, en renouvelant notre détermination de bâtir un monde plus pacifique, plus équitable et plus juste.

Merci.