Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Remise des prix du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada

Rideau Hall, le lundi 27 février 2012

 

Je suis ravi de vous accueillir à Rideau Hall. Depuis des années, le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada rend hommage à des Canadiens qui ont apporté une importante contribution à notre pays et au reste du monde.

Chaque jour, votre ingéniosité offre à l’humanité une multitude de bienfaits. Bien que chacun et chacune de vous ait sa propre histoire, plusieurs points en commun font de vous un groupe remarquable.

Par vos actions et votre travail, vous démontrez le rôle important que jouent les sciences et le génie. Vous êtes conscients du poids de l’éducation et de l’apprentissage. Et vous savez très bien que le partage et la collaboration ont un effet multiplicateur.  

Permettez-moi de m’expliquer davantage.

1.     Récemment, à Vancouver, j’ai eu l’occasion de prendre la parole devant une assemblée de scientifiques représentant une soixantaine de pays. Comme vous tous, ils étaient issus de diverses disciplines et de divers milieux.

Or, malgré leurs différences, ces scientifiques et ces chercheurs ont recours, tout comme vous, à la méthode scientifique, certes la plus grande innovation de l’histoire humaine, qui utilise le constat, l’hypothèse, la preuve et l’action dans la quête de progrès.

Cette méthode  sans pareil, permet de lever le voile sur les mystères du monde naturel et, comme vous le savez, a des applications pratiques dans d’autres secteurs de nos vies.

En fait, ce sont 300 ans de découvertes en mathématiques, en génie et en sciences, de Newton à Einstein, qui ont jeté les fondements sur lesquels ont été édifiées les merveilles du monde moderne, comme Internet, par exemple.

Les innovations que nous ont apportées les sciences et le génie à travers les âges ne se comptent plus, et les récipiendaires qui sont ici aujourd’hui ont apporté leur contribution à cette riche histoire scientifique.

Vous nous avez montré ce que le labeur, la détermination et l’ingéniosité peuvent nous permettre d’accomplir et que nous ne devons jamais nous reposer sur nos lauriers.

Il incombe à chacun de nous de promouvoir les sciences et de veiller à ce qu’elles soient utilisées pour améliorer le sort de notre société. Bref, nous devons faire valoir avec ardeur l’utilité des sciences.

Cela commence par l’éducation.

2.     Plusieurs des récipiendaires ici présents sont des étudiants; d’autres sont des chercheurs de diverses universités du pays.

Vous savez tous à quel point il est important d’initier nos jeunes aux concepts scientifiques, ce qui pourrait influencer leurs choix futurs.

Nous devons donc encourager nos enfants à développer l’habitude de poser des questions, base de la pensée critique et fondement de notre compréhension du monde naturel.

L’un de mes prédécesseurs, Georges P. Vanier, a dit un jour que « La qualité de leurs questions sera fonction de leur degré de compréhension… Car non seulement notre compréhension des choses nous permet de fonctionner, mais elle a également le pouvoir de nous transformer. »

Si, comme le disait Georges P. Vanier, nous évoluons à mesure que nous apprenons, c’est‑à‑dire si ce sont les éléments fondamentaux des sciences, des mathématiques et du génie qui vont façonner notre futur, il va sans dire que nous devons tenter d’encourager les jeunes à se lancer dans ces domaines, à poser les questions difficiles et à nous aider à approfondir notre connaissance du monde qui nous entoure. Et nous devons le faire ensemble.

3.     Pour illustrer l’importance de partager nos connaissances et nos expériences, j’ai souvent recours à l’image qu’utilisait Jefferson, celle d’une bougie allumée. Je l’ai d’ailleurs reprise dans mes armoiries, où elle est flanquée de livres qui représentent l’apprentissage.

La bougie symbolise non seulement un esprit éclairé, mais également la transmission du savoir d’une personne à une autre.

C’est le partage collectif du savoir qui éclaire nos sociétés et notre monde. Lorsque ma bougie sert à allumer la vôtre, elle ne fait que gagner en intensité lumineuse.

Vous êtes nombreux à avoir collaboré avec des partenaires, une collaboration dont ont découlé les découvertes et les innovations qui vous ont amené ici, aujourd’hui.

Vous savez en effet que c’est grâce au partage et au dialogue que se fait l’acquisition des connaissances et que se renforcent les idées. 

Dans son ouvrage intitulé Inventing Canada, Roy Mayer explique que nos innovateurs ont ravivé, enrichi et coloré nos vies en nous offrant leurs cadeaux si merveilleux et si pratiques, et que notre monde serait extrêmement ennuyeux et gris sans leur vitalité.

Vous édifiez un monde meilleur fondé sur l’engagement collectif de promouvoir les sciences et la raison.

Je vous félicite pour votre succès, en espérant que vous continuerez à travailler ensemble, à faire valoir l’importance des sciences et à encourager la prochaine génération.

Merci.