Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Cérémonie d’investiture dans l’Ordre du Canada

Rideau Hall, le vendredi 4 novembre 2011


C’est pour moi et mon épouse, Sharon, un privilège de vous recevoir à Rideau Hall.

Nous savons ce que représente, pour vous et vos familles, votre présence ici aujourd’hui. Nous savons que c’est à la fois avec  fierté et  reconnaissance que vous vous joignez à l’Ordre du Canada.

Établi lors du centenaire du Canada en tant que pierre angulaire de notre régime canadien de distinctions honorifiques, l’Ordre du Canada rend hommage aux Canadiens qui incarnent les plus grandes qualités civiques et dont la contribution a enrichi la vie de leurs contemporains.

La devise de l’Ordre, « DESIDERANTES MELIOREM PATRIAM », proclame les aspirations de ses membres, lesquels ont fait preuve, tout au long de leur vie et de leur carrière, de leur « désir d’un pays meilleur».

Que signifie cette phrase, « ils désirent un pays meilleur? » Quelles qualités faut-il posséder? Quel héritage ces gens laissent‑ils aux générations futures?

Personnellement, je vois dans cette devise l’idée que quelqu’un est prêt à agir; à franchir l’étape suivante; ou à retrousser ses manches. Que quelqu’un est assez audacieux pour faire fi de toute prudence.

Selon moi, cette devise implique que quelqu’un a une vision d’avenir et a la conviction qu’elle se réalisera.

C’est un appel à chacun de nous pour que nous ayons suffisamment confiance en ce que nous souhaitons, que nous soyons certains de ce que nous ne pouvons encore voir.

Cela nous incite à faire preuve de détermination pour pouvoir viser un but, sachant qu’il ne sera pas nécessairement atteint de notre vivant. À poursuivre un rêve, ne serait-ce qu’en anticiper le fruit, sans pour autant le récolter.

Pensons un peu à tout ce que nous ont laissé en héritage les nombreux Canadiens qui ont agi conformément à la devise. Cet héritage dont nous jouissons, grâce au courage qu’ils ont eu, à leur générosité, à leur créativité et à leur acharnement au travail.

Pensons aussi un peu à ceux qui ont lutté pour nos libertés; qui ont enrichi notre culture; qui ont servi nos collectivités; qui ont approfondi les connaissances; qui ont découvert de nouvelles technologies; et qui ont créé et maintenu nos institutions politiques, socioéconomiques, culturelles et caritatives.

Alors pourquoi est-ce qu’une personne dont le comportement reflète la devise, c’est-à-dire qui a fait preuve de son désir d’un pays meilleur, est-elle admissible à l’octroi de la distinction honorifique la plus élevée au Canada?

C’est parce que l’Ordre du Canada célèbre l’excellence, les grandes réalisations, l’innovation et un travail bien accompli.

C’est surtout parce que cette devise rappelle aux Canadiens qu’il y a encore tant de rêves à rêver, encore tant de besoins à combler et encore tant à faire.

Car cela nous oblige à lutter pour ne pas céder à la complaisance face aux responsabilités que nous avons tous. Nous ne pouvons compter sur quelqu’un d’autre pour agir et faire notre part. Nous ne pouvons tenir pour acquis que quelqu’un d’autre le fasse à notre place, ni attendre que quelqu’un d’autre découvre de nouvelles façons de faire progresser notre pays.

Georges P. Vanier a consacré sa vie au service de son pays. En tant qu’ancien combattant des deux guerres mondiales, diplomate, travailleur social et 19e gouverneur général du Canada, il a fait l’impossible pour inciter les Canadiens à en faire autant.

Écoutez bien ce qu’il a dit durant son discours d’installation en 1959 :

« Que chacun de nous, à sa façon et dans sa sphère, si humble soit-elle, apporte une pleine participation à la réalisation de notre destinée nationale… Pour que le Canada atteigne la grandeur qui lui revient, chacun de nous doit dire "Je ne demande qu’à servir". »

Bien que cette allocution ait été prononcée une dizaine d’années avant l’établissement de l’Ordre du Canada, ces paroles en reflètent exactement la devise.

Je sais que tous les Canadiens seront d’accord avec moi si je dis que vos vies et votre travail reflètent également la devise de l’Ordre.

Pour cette raison, je vous remercie et vous félicite très sincèrement pour les normes élevées que vous être fixées; pour le temps, le talent et les trésors que vous consacrez au service d’autrui; pour l’investissement que vous faites dans la vie des Canadiens et l’enrichissement que vous leur apportez; et pour l’exemple que vous donnez aux générations futures.

Merci.