Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Lancement de la Campagne de charité en milieu de travail du gouvernement du Canada

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.

Rideau Hall, le vendredi 9 septembre 2011

 

Nous sommes ravis, mon épouse, Sharon, et moi, de vous accueillir ici aujourd’hui.

Lorsqu’on nous a demandé s’il nous plairait que le lancement de la Campagne de charité en milieu de travail du gouvernement du Canada se fasse à Rideau Hall, nous avons sauté sur l’occasion, car cette campagne incarne tant de qualités auxquelles nous aspirons pour le Canada.

À titre de président d’honneur de Centraide/United Way, j’ai un immense respect pour le travail que vous accomplissez au nom de tous les Canadiens. Je tiens également en haute estime la fonction publique du Canada, à l’instar de mon prédécesseur, le très honorable Georges Vanier, qui a dit ceci un jour :

« Je ne saurais nommer une occupation plus noble que celle de servir, et une vocation plus exceptionnelle que celle de servir le public. »

Cela est plus vrai que jamais durant cette campagne annuelle, alors que les fonctionnaires se joignent à Centraide/United Way pour offrir à tant de causes importantes à travers le Canada toute leur énergie, leur compassion et leur créativité.

Il y a des centaines d'organisations qui bénéficient des dons obtenus par cette campagne. Que ce soit un centre qui dessert toute une communauté ou quelques bénévoles qui contribuent au succès d’une activité. Grâce à vos efforts, ces organisations reçoivent le financement dont elles ont besoin pour poursuivre leur mandat.

Et, dans chacune de ces organisations, bien d’autres bénévoles travaillent avec ardeur afin de rendre nos collectivités plus averties, plus bienveillantes et d’en faire un endroit où il fait bon vivre.

Depuis mon installation comme gouverneur général, j’invite les Canadiens à envisager de nouvelles façons de bâtir une nation toujours plus avertie et plus bienveillante en vue du 150e anniversaire, en 2017, de notre remarquable confédération. L’une des façons d’y parvenir, selon moi, est de renouveler et d’approfondir notre engagement à l’égard du bénévolat et de la philanthropie, en établissant une culture du don au Canada encore plus forte qu’auparavant. 

Dans une société démocratique, nous parlons aisément de nos droits et de nos libertés en tant que citoyens, ce qui est fondamental dans la vie de tout Canadien. Toutefois, je crois que nous devrions également parler plus souvent de nos responsabilités les uns envers les autres et envers la société à laquelle nous avons la chance d’appartenir.

Dans le Canada de nos rêves, chacune et chacun de nous est très conscient de la responsabilité qui lui incombe d’apporter sa contribution au bien collectif, que ce soit en donnant de son temps ou de sa créativité, ou une aide pécuniaire.

Cette campagne permet aux fonctionnaires fédéraux de faire preuve, chaque année, de leur sens de la responsabilité personnelle envers autrui, au sein de leurs communautés. Les bénéficiaires, des gens qu’ils n’ont jamais rencontrés et qu’ils ne connaîtront probablement jamais, sont néanmoins des voisins qui ont un véritable et urgent besoin d’une banque d’alimentation, d’un travailleur des services d’approche ou d’un traitement pour une dépendance à l’alcool ou aux drogues.

Je peux vous dire, d’après ma propre expérience, que cette campagne aide à nous ouvrir les yeux sur l’incroyable esprit humanitaire qui existe dans notre pays. Il y a plusieurs années, Sharon et moi étions impliqués dans la campagne locale de Centraide à Montréal, ce qui nous a permis d’en apprendre beaucoup sur les nombreuses et diverses difficultés auxquelles des gens font face quotidiennement. Nous n’oublierons jamais leurs merveilleuses histoires d’espoir.

J’ai appris, entre autres, que l’espoir est quelque chose de bizarre, car il est impossible d’en donner sans en recevoir une certaine dose. Le fait de donner nous rappelle qu’il est possible de bâtir une société plus équitable, une société plus juste, ce qui nous indique qu’il est de notre devoir d’y procéder. C’est ainsi que nous accroissons exponentiellement l’espoir au sein de notre société, chaque fois que donnons.

L’espoir, pour citer les merveilleuses paroles de l’éthicienne Margaret Somerville, est « l’oxygène de l’esprit humain ».

Cette amalgamation des activités annuelles de la fonction publique du Canada à la Campagne de charité en milieu de travail du gouvernement du Canada nous montre que celle‑ci correspond à notre désir d’une nation toujours plus avertie et bienveillante à laquelle nous aspirons.

Ce pays auquel nous aspirons est un pays où chaque Canadien célèbre et reconnaît l’acte du don comme étant le but ultime de la citoyenneté, et nous pouvons y arriver.

Au nom de tous les Canadiens, je vous remercie pour votre générosité et vous souhaite une campagne des plus réussies.

Merci.