Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Présentation des lettres de créance (Costa Rica, Grèce, Colombie, Chine, Ouzbékistan)

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.

Rideau Hall, le mardi 23 novembre 2010

 

Je suis ravi de vous accueillir, ainsi que vos épouses, vos enfants et les membres de vos missions, ici à Rideau Hall. Sachez que vous y serez toujours les bienvenus.

Nous avons tous que la technologie rétrécit nos frontières de plus en plus chaque jour. Que ce soit au foyer ou au bureau, partout dans le monde, les gens utilisent la technologie pour communiquer, pour fournir de l’aide humanitaire, pour développer les relations gouvernementales et pour effectuer des transactions commerciales. En cette ère de l’électronique et du numérique, les barrières géographiques s’estompent.

Cela dit, rien ne peut remplacer les rapports humains personnels, le face à face. Jamais les progrès technologiques ne pourront se substituer au genre de diplomatie que pratiquent nos pays depuis des décennies pour traiter des enjeux critiques et faire avancer les choses.

Votre présence au Canada sera productive dans la mesure où nous enrichirons les relations entre nos pays. Nous pourrons ainsi poursuivre le dialogue essentiel à la recherche de solutions aux enjeux auxquels nous sommes tous confrontés au 21e siècle. Ce dialogue nous permettra d’en apprendre davantage, les uns des autres, sur les grandes questions nationales et  internationales. Il nous aidera en outre à approfondir l’amitié que nous avons l’un envers l’autre, en resserrant les liens culturels qui rapprochent de plus en plus nos pays.

Monsieur l’Ambassador Delgado, j’ai été heureux d’apprendre que vous êtes un défenseur de l’éducation et qu’une partie de votre carrière s’est déroulée à l’Université du Costa Rica. Étant moi-même un éternel étudiant et pédagogue, je suis convaincu que des relations internationales productives bénéficient des réseaux pédagogiques mis en place par les universités à travers le monde.

Le Canada et le Costa Rica jouissent d’excellentes relations bilatérales. Les rapports étroits que nous entretenons sont rehaussés par les périples que font chaque année de nombreux Canadiens au Costa Rica, que ce soit par affaires ou pour le plaisir. Une de mes filles a d’ailleurs passé environ huit mois au Costa Rica comme volontaire pour Netcorps Canada International.

Le Canada valorise la collaboration de nos deux pays sur plusieurs grandes questions, notamment le commerce, les investissements, les droits humains et la sécurité.

Monsieur l’Ambassador Anghelopoulos, je vous souhaite de nouveau la bienvenue au Canada. Je suis certain que vous avez conservé de bons souvenirs de votre séjour à la Délégation commerciale de Grèce à Montréal. J’ai bon espoir que vous continuerez à vous sentir chez vous dans notre pays et que vous apprécierez les nombreuses et merveilleuses traditions culturelles que préservent nos dynamiques communautés gréco-canadiennes.

Le Canada se réjouit de l’épanouissement qui continue de caractériser nos relations bilatérales. Les nombreux traités conclus entre nos deux pays offrent un cadre de travail propice à des relations économiques profitables et à une coopération fructueuse. Il convient également de souligner les efforts, souvent complémentaires, que nous déployons au sein d’institutions multilatérales pour tenter ensemble de faire avancer des dossiers importants touchant l’économie, la sécurité et la culture.

Madame l’Ambassadeure Forero, je tiens à vous féliciter pour les 30 années que vous avez consacrées au service du public dans votre Colombie natale. Tout comme vous, je désire servir mon pays et j’espère avoir l’occasion de bénéficier des leçons que votre longue carrière vous a sûrement apprises.

Le Canada attache une grande valeur aux étroites relations qu’il entretient avec la Colombie. Ensemble, nos deux pays continueront de travailler à l’accroissement de la prospérité, de la démocratie et de la sécurité dans l’hémisphère. C’est pourquoi j’estime que notre nouvel accord de libre-échange est un pas important dans cette direction.

Notre famille s’est enrichie du plus beau cadeau colombien que l’on puisse imaginer. Il s’agit de nos deux merveilleuses petites-filles, maintenant âgées de 8 et 4 ans, qui ont été adoptées d’un orphelinat de Cali, en Colombie.

Monsieur l’Ambassadeur Zhang, vous êtes, vous aussi, un modèle exemplaire de service au public. Il ne fait aucun doute que le Canada saura tirer profit de votre éminente carrière de plus d’une trentaine passée en Chine et à l’étranger.

La relation qui existe entre le Canada et la Chine a un caractère unique. Je suis ravi à l’idée que nos deux pays continueront de se pencher ensemble sur des questions cruciales telles que la gouvernance, la santé, l’environnement, le commerce et les investissements. Je suis par ailleurs vivement intéressé à en apprendre davantage sur la façon dont nos pays coopèrent dans les domaines des sciences et de la technologie. Je suis convaincu que l’innovation en matière scientifique et technologique est essentielle au maintien de la santé de la communauté mondiale au 21e siècle.

Sur une note plus personnelle, je dois vous dire à quel point j’ai été fier et impressionné, lorsque deux de mes filles, les aînées, ont étudié le mandarin pendant deux ans. Les langues chinoises demeurent les plus couramment parlées au Canada.

Monsieur l’Ambassadeur Ilhomjon, vous avez un avantage sur vos collègues, car le fait de vivre à Washington vous permettra d’échapper aux longs hivers d’Ottawa! Alors que nous serons encore en train de déblayer la glace et la neige, vous aurez déjà le plaisir de voir les cerisiers en fleurs et la verdure. Une fois que la chaleur nous aura enfin rattrapés ici, vous visiterez souvent le Canada, j’en suis certain, pour profiter de la beauté et de la diversité de notre vaste pays.

Je ne peux qu’être ravi des mesures que prennent le Canada et l’Ouzbékistan pour raffermir leurs liens. Le Canada est impatient de travailler avec vous et votre gouvernement pour  explorer de nouvelles manières d’accroître notre  coopération  dans les années à venir.

Encore une fois, bienvenue au Canada! Sachez qu’il me tarde de mieux connaître chacun de vous.

Il va sans dire que les liens que vous établirez durant vos affectations ici seront enrichissants. Ces liens aideront à renforcer les relations déjà solides et dynamiques que le Canada entretient avec vos pays. Ils augmenteront en outre notre capacité de collaborer ensemble, afin de rendre notre monde plus sûr, plus durable, plus prospère et plus uni dans les années à venir.

En terminant, j’aimerais rendre hommage au chef du protocole du Canada, M. Robert Peck. Cette cérémonie de présentation de lettres de créance est la 28e et dernière à laquelle il assiste. Robert a contribué d’une manière significative au rayonnement des affaires étrangères et diplomatiques du Canada. Il s’apprête à partir en mission diplomatique. Veuillez vous joindre à moi pour remercier Robert pour son service exemplaire au pays et pour lui souhaiter le plus grand succès dans son affectation comme représentant du Canada à l’étranger.

Merci.