Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Création de la Médaille du service opérationnel

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.

le 8 septembre 2010

La gouverneure générale annonce la création de la Médaille du service opérationnel

OTTAWA — Son Excellence la très honorable Michaëlle Jean, gouverneure générale et commandante en chef du Canada, a le plaisir d’annoncer que Sa Majesté la reine Elizabeth II a approuvé la création de la Médaille du service opérationnel. La médaille sera décernée à des militaires canadiens, à des civils travaillant sous l’autorité des Forces canadiennes, à des membres des forces alliées intégrées aux Forces canadiennes ainsi qu’à des policières et policiers canadiens ayant pris part à d’importantes missions à l’étranger.

« Nos soldats et nos policières et policiers méritent notre reconnaissance et notre gratitude », a déclaré la gouverneure générale et commandante en chef du Canada. « Cette médaille reconnaît la contribution inestimable de ces femmes et de ces hommes qui servent leur pays en travaillant inlassablement, souvent dans des conditions difficiles, pour aider des populations dans le besoin à l’étranger. »

Cette médaille est attribuée avec un ruban distinct pour chaque théâtre d’opérations ou type de service suivants : Asie du Sud-Ouest, Sierra Leone, Haïti, Soudan, HUMANITAS et EXPÉDITION.

La cérémonie de remise inaugurale sera présidée par le gouverneur général à une date ultérieure.

Pour le dessin d'artiste de la Médaille, créé par la Chancellerie des distinctions honorifiques, veuillez cliquer sur le lien suivant pour le petit format : 
http://www.gg.ca/document.aspx?id=113&lan=fra, et sur 
http://www.gg.ca/images/osm_rendering_hires.jpg pour le grand format.

Pour de plus amples renseignements sur cette distinction militaire et sur les critères d’admissibilité, veuillez consulter la section Direction – Distinctions honorifiques et reconnaissance du site Web du ministère de la Défense nationale à www.cmp-cpm.forces.gc.ca/dhr-ddhr/.

Vous trouverez ci-joint des fiches d’information sur la Médaille du service opérationnel et sur la création de nouvelles distinctions honorifiques canadiennes.

-30-

Renseignements aux médias sur les distinctions honorifiques canadiennes :
Marie-Pierre Bélanger
Bureau de presse de Rideau Hall 
613-998-9166
mpbelanger@gg.ca
www.gg.ca

Renseignements sur les critères d’admissibilité à la Médaille du service opérationnel :
Ministère de la Défense nationale
Bureau de liaison avec les médias
1-866-377-0811
613-996-2353
www.forces.gc.ca



 LA MÉDAILLE DU SERVICE OPÉRATIONNEL

La Médaille du service opérationnel a été créée le 5 juillet 2010 pour reconnaître le travail de militaires canadiens, de policiers et policières du Canada, de membres d’une force alliée, et de civils canadiens qui, à la demande du gouvernement canadien et sous l’autorité des Forces canadiennes ou de la Police canadienne, travaillent dans un théâtre d’opérations, fournissent à temps plein un appui direct aux opérations menées dans un tel théâtre, ou servent dans des circonstances dangereuses, à l’étranger.

Propositions de candidature

Il revient aux commandants de proposer, par la voie hiérarchique militaire ou policière habituelle, les candidatures de membres de leur unité qui satisfont aux critères d’admissibilité.

Port de la médaille

La médaille sera portée après la Médaille du service général et avant la Médaille du service spécial, dans l’ordre de préséance du Régime canadien de distinctions honorifiques. Si la personne a obtenu plusieurs Médailles du service opérationnel, elles doivent être portées dans la séquence appropriée, selon l’ordre de préséance qui se trouve sur notre site Web à www.gg.ca/document.aspx?id=71.

Description de la médaille

La médaille, de couleur argent et d’un diamètre de 36 mm, est de forme ronde avec une barrette de suspension droite.

L’avers de la médaille porte l’effigie contemporaine de Sa Majesté la Reine du Canada, entourée des inscriptions « Elizabeth II Dei Gratia Regina » et « Canada » séparées par de petites feuilles d’érable.

Sur le revers sont représentées, de haut en bas, la couronne royale de chaque côté de laquelle apparaissent trois feuilles d’érable sur une même tige, ainsi qu’un globe terrestre et des branches de laurier et de feuilles de chêne entrecroisées.

Les rubans ont tous 32 mm de largeur avec une bande centrale représentant le théâtre ou la tâche (beige sable pour l’Asie du Sud-Ouest, vert pâle pour la Sierra Leone, bleu royal pour Haïti, vert foncé pour le Soudan, blanc pour Humanitas et gris pâle pour Expédition), bordée de chaque côté d’une bande blanche et rouge.


LA CRÉATION D’UNE NOUVELLE DISTINCTION HONORIFIQUE CANADIENNE

Le Régime canadien de distinctions honorifiques a été établi en 1967 avec la création de l’Ordre du Canada. Les distinctions honorifiques canadiennes servent à reconnaître des réalisations exceptionnelles, des actes de bravoure et un service remarquable envers le Canada ou l’humanité tout entière. La création de ces distinctions est l’aboutissement d’un processus d’approbation formel qui peut s’étaler sur plusieurs mois ou plus et qui s’achève avec l’approbation de Sa Majesté la reine Elizabeth II, en tant que souveraine du Canada.

Qui prend part au processus de création d’une nouvelle distinction honorifique?

  • La souveraine du Canada détient le pouvoir de créer toutes les distinctions honorifiques officielles. Celles-ci sont créées au moyen de lettres patentes émises par la souveraine sur l’avis du premier ministre.
  • La Chancellerie des distinctions honorifiques, qui fait partie du Bureau du secrétaire du gouverneur général, assume la responsabilité de l’administration du Régime canadien de distinctions honorifiques au nom du gouverneur général et appuie les travaux du Comité de la politique en matière de distinctions honorifiques.
  • Le Comité de la politique en matière de distinctions honorifiques, présidé par le Bureau du Conseil Privé, est composé de hauts fonctionnaires représentant divers ministères fédéraux qui aident à administrer les distinctions honorifiques canadiennes.
  • Le premier ministre est responsable du Régime canadien de distinctions honorifiques. En 1980, ce dernier avait institué le Comité de la politique en matière de distinctions honorifiques pour l’aider à établir la politique régissant le système de distinctions honorifiques. Le comité a pour raison d’être de fournir des conseils au premier ministre sur l’exercice de ses prérogatives en ce qui concerne les distinctions honorifiques et les récompenses canadiennes.
  • Les propositions visant la création de nouvelles distinctions honorifiques proviennent de sources diverses : représentants de ministères fédéraux et provinciaux, membres d’organismes au service du public et des citoyens.

En quoi consiste le processus de création d’une nouvelle distinction honorifique?

  • Les propositions reçues sont envoyées à la Chancellerie des distinctions honorifiques pour que des recherches soient entreprises et pour que l’on s’assure que la distinction en question soit conforme à la politique nationale en matière de distinctions honorifiques et qu’il n’y ait pas de chevauchement.
  • La proposition est ensuite présentée au Comité de la politique en matière de distinctions honorifiques pour fin de discussion et d’approbation.
  • La Chancellerie rédige alors le règlement, en consultation avec les parties intéressées et prépare les lettres patentes pour la signature de la Reine.
  • La Chancellerie conçoit également le dessin du nouvel insigne.
  • Si la proposition est approuvée par le Comité, celui-ci recommande au premier ministre la création d’une nouvelle distinction honorifique au moyen d’un décret par l’intermédiaire du Bureau du Conseil privé.
  • Le Bureau du secrétaire du gouverneur général, sur recommandation du premier ministre du Canada, envoie les lettres patentes et les dessins originaux au palais de Buckingham pour qu’ils soient approuvés par Sa Majesté la Reine. Une fois qu’elle a signé les lettres patentes, la distinction honorifique est considérée comme étant officiellement créée.
  • Le Bureau du Registraire général du Canada appose le Grand sceau du Canada aux lettres patentes signées.
  • L’annonce de la nouvelle distinction honorifique est faite au moyen d’un communiqué du Bureau du secrétaire du gouverneur général et l’information est publiée dans la Gazette du Canada.