Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Déjeuner d’État en l’honneur de Son Excellence monsieur Hu Jintao, Président de la République populaire de Chine

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.


Déjeuner d’État en l’honneur de Son Excellence monsieur
Hu Jintao, Président de la République populaire de Chine

Rideau Hall, le jeudi 24 juin 2010

Monsieur le Président, distingués membres de la délégation chinoise, c’est un honneur insigne et un grand bonheur de vous accueillir à Rideau Hall, en cette année mémorable où le Canada et la République populaire de Chine célèbrent quarante ans de relations diplomatiques.

En effet, nous sommes heureux d’avoir été, le 13 octobre 1970, parmi les premières démocraties occidentales à établir par la voie diplomatique des liens avec votre grand pays, et que nos populations n’ont cessé depuis d’approfondir.

Le Canada considère la Chine comme un peuple ami et un partenaire de premier plan; depuis les années 70, nous avons eu à cœur de reconnaître et de promouvoir l’importance de la Chine au sein de la communauté internationale, notamment en appuyant votre demande d’adhésion à l’Organisation des Nations unies.

Ce que nous avons accompli ensemble en quarante ans est remarquable et, pour nous, source de fierté.

Bien sûr, des liens entre nos deux pays existaient bien avant 1970 et, au siècle dernier, deux exemples de solidarité, chers à nos peuples, viennent à l’esprit.

Sur le parcours périlleux de la Longue marche, Norman Bethune, ce chirurgien canadien héroïsé par le président Mao, s’est ingénié à apporter des soins médicaux à nombre de blessés.

Et en 1961, en pleine guerre froide, le Canada a envoyé des céréales à la population chinoise frappée alors par une famine dévastatrice.

C’est grâce à de tels exemples de complicité que nos peuples ont érigé au fil du temps les fondations d’une amitié que  nous estimons précieuse et prolifique.

Aujourd’hui, la Chine est notre deuxième partenaire commercial et la troisième destination pour les exportations de marchandises en provenance du Canada.

Alors que le monde se remet d’une grave récession financière, il importe, comme vous le disiez si bien lors de votre message du nouvel an, Monsieur le Président, d’ « injecter vigueur et vitalité au développement économique » tout en « favorisant l’harmonie sociale et la stabilité ».

Certes, c’est le grand défi que nous devons toutes et tous relever et que le Canada prend au sérieux en consultation avec ses partenaires internationaux.

Dans ce contexte difficile, le Canada est impressionné par l’exceptionnelle capacité de redressement de la Chine, grâce au travail acharné, la détermination et l’ingéniosité du peuple chinois.

Il existe entre nos pays d’autres collaborations qui se font d’ailleurs de plus en plus étroites, et des dialogues de haut niveau se sont instaurés dans plusieurs secteurs névralgiques pour l’avenir de nos sociétés, qu’il s’agisse du commerce et de l’investissement, de l’environnement, de la santé, de la coopération multilatérale, de la paix et de la sécurité, et des échanges culturels.

J’ajouterais en outre que la Chine a contribué à édifier le Canada d’aujourd’hui, que nous voulons inclusif, et dont nous sommes si fiers.

Les immigrants chinois ont travaillé durement, dans des conditions souvent difficiles, voire inacceptables, pour que nous vainquions la géographie démesurée de notre pays en participant à la construction du chemin de fer qui a unifié le Canada d’est en ouest.

Notre reconnaissance à l’égard de nos compatriotes d’origine chinoise est grande, et leurs contributions nombreuses à l’essor du Canada que nous aimons touchent tous les aspects de notre réussite collective.

Mon prédécesseur, la très honorable Adrienne Clarkson, était d’ailleurs la première Canadienne d’origine chinoise à assumer la fonction de gouverneur général du Canada.

On recense aujourd’hui plus d’un million de Canadiennes et de Canadiens d’origine chinoise qui constituent donc le plus grand groupe ethnique non-européen au Canada, surtout concentré dans les provinces de l’Ontario et de la Colombie-Britannique, et plus particulièrement dans les villes de Toronto et de Vancouver.

Encore une fois, après les spectaculaires Jeux olympiques et paralympiques d’été de Beijing, qui ont précédé les Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de Vancouver qui ont eu lieu en février dernier, cette année propulse la Chine au zénith des rencontres internationales, avec la tenue de l’exposition universelle de Shanghai, à laquelle le Canada est honoré de participer.

Tout comme Montréal en 1967, la ville où j’ai vécu pendant de nombreuses années, Shanghai, à laquelle la métropole québécoise est jumelée, saura, nous en sommes convaincus, orchestrer un moment fort de solidarité mondiale et réaffirmer notre appartenance commune à un monde que nous devons protéger et célébrer ensemble dans toute sa diversité, sa richesse et sa beauté.

Il est extraordinaire que cette possibilité de resserrer nos liens de solidarité et de valoriser nos apports singuliers au patrimoine de l’humanité ait lieu avec l’Expo 2010 Shanghai dans l’Empire du Milieu, l’une des plus anciennes et illustres civilisations que le monde ait connue.

Permettez-moi, Monsieur le Président, de vous rapporter une leçon de géographie un peu fantaisiste qui a marqué mon imagination et l’imagination de nombre d’élèves canadiens de l’école primaire à qui l’on demandait de fixer une carte du monde étalée sur le tableau vert.

On nous disait qu’il suffirait de trouer la terre de part en part, n’importe où au Canada, pour arriver en Chine.

J’en avais déduit, dans ma tête d’enfant émerveillée, que nous étions des voisins des antipodes.

C’est ainsi, Monsieur le Président, que lorsque j’irai prochainement dans votre pays, accompagné de mon mari Jean-Daniel Lafond, de notre fille Marie-Éden, et d’une dynamique délégation, à la demande du Premier ministre l’honorable Stephen Harper, j’aurai l’impression d’arriver en terre de voisinage et parmi des amis de cœur, comme vous l’êtes également parmi nous.

Et je me rappellerai avec bonheur cette phrase si belle et si profonde, proverbialisée par la sagesse chinoise, et qui dit que « le fond du cœur est plus loin que le bout du monde ».

Merci de votre attention et je vous souhaite le plus fructueux et agréable des séjours au Canada.

Et longue vie à l’amitié entre le Canada et la République populaire de Chine!

(Pour la version chinoise du texte, cliquer ici)