Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Présentation des lettres de créance (Saint-Siège, Viêt Nam, Koweït, Pérou)

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.


Présentation des lettres de créance
(Saint-Siège, Viêt Nam, Koweït, Pérou)

Rideau Hall, le mercredi 28 avril 2010

Je crois en effet que les liens qui nous unissent les uns aux autres par-delà les frontières et les différences sont des plus précieux et qu’il importe de les approfondir, au nom d’une plus grande solidarité à l’échelle planétaire.

C’est dans cet esprit que j’ai effectué, la semaine dernière, un troisième périple en Afrique, afin de rendre compte des efforts que déploient les populations pour en arriver à une paix durable et à une bonne gouvernance, et pour en finir avec les misères qui ne cessent de les affliger.

Partout où je me suis rendue, que ce soit au Sénégal, en République démocratique du Congo, au Rwanda ou au Cap-Vert, des femmes et des hommes font face avec courage, conviction et dignité aux défis auxquels ils sont confrontés et participent de la renaissance du continent tout entier.

C’est aussi dans cet esprit de coopération et de partage que je souhaite inscrire la cérémonie d’aujourd’hui.

Monsieur l’Ambassadeur SyVuong Ha, c’est un fils de l’Afrique, Léopold Sédar Senghor, qui est le père de l’Organisation internationale de la francophonie, dont le Viêt Nam et le Canada font partie.

Senghor y voyait « l’espoir d’une fraternité, dans le respect mutuel et le dialogue des cultures ».

C’est encore de nos jours à ce dialogue que nous sommes conviés, en tant que pays ayant le français en partage, un dialogue que le Canada souhaite ouvert et amical avec le Viêt Nam.

Le Canada compte 250 000 citoyennes et citoyens d’origine vietnamienne qui forment une communauté dynamique et qui contribuent grandement à l’essor de notre pays et à bâtir des ponts solides entre le Viêt Nam et nous.

Qui plus est, nos pays misent déjà sur une longue tradition de coopération.

Il y a deux ans, nous avons célébré 35 ans de relations diplomatiques. De plus, nous collaborons au sein de grands forums internationaux, dont la Francophonie, comme je l’ai mentionné plus tôt.

Les liens qui nous unissent ne cessent de prendre de l’ampleur, notamment grâce à l’intensification du commerce et des investissements, grâce aussi à un partenariat prometteur en matière d’éducation et à la présence active de l’Agence canadienne de développement international en vue de favoriser une croissance économique durable et équitable et de contribuer à la sécurité alimentaire.

Nous avons appris avec bonheur que le Viêt Nam est sur le point d’atteindre la plupart de ses objectifs du Millénaire, et nous en profitons pour saluer tous les efforts déployés par votre pays pour assurer de meilleures conditions de vie à l’ensemble de la population vietnamienne.

Soyez le bienvenu, Monsieur l’Ambassadeur.

Monseigneur Lopez Quintana, le Saint-Siège est une voix influente dans le concert des nations en matière de spiritualité, de droits de la personne, de justice et de paix.

Il participe avec conviction à la diplomatie multilatérale, notamment aux Nations unies, à l’UNESCO, à l’Organisation mondiale de la santé et j’en passe.

Le Canada est heureux d’être un partenaire du Saint-Siège sous l’égide de ces grandes organisations.

Nous avons eu l’honneur d’accueillir le 49e Congrès eucharistique international organisé par le Saint-Siège à Québec en juin 2008 alors que la vieille capitale célébrait le 400e anniversaire de sa fondation.

L’an dernier, nous avons commémoré 40 ans de relations diplomatiques, et l’année 2010 s’annonce riche en célébrations.

Par exemple, le 24 juin, nous marquerons cette fois le 400e anniversaire du baptême du chef Mi’kmaq Henri Membertou, et de 21 membres de sa famille à l’occasion du premier rituel de baptême effectué au Canada en 1610.

De plus, le 17 octobre, le Saint-Père canonisera l’un des personnages importants de notre histoire, le Frère André, reconnu pour sa générosité, sa dévotion et son don de guérisseur.

Monseigneur, sachez que nous sommes ravis de vous accueillir parmi nous à titre de Nonce apostolique, et je garde un excellent souvenir de mon entretien avec le Saint-Père en 2006, lors de la visite officielle que j’ai effectuée en Italie et par la même occasion au Vatican où Sa Sainteté nous a reçus chaleureusement ma famille et moi.

Monsieur l’Ambassadeur Al-Sammak, soyez également le bienvenu au Canada.

Les relations entre le Koweït et le Canada sont excellentes, comme en témoigne le succès des récentes visites bilatérales.

Je suis convaincue que votre affectation contribuera à resserrer les liens économiques et la coopération déjà établie en matière de santé, d’éducation, de même que dans les secteurs de l’énergie et de la construction.

Riche en ressources pétrolières, le Koweït est l’un des six états de la région du Golfe membres du Conseil de coopération du Golfe.

Le Conseil est l’un des marchés prioritaires du Canada, et nous sommes heureux de la conclusion imminente d’un Accord sur la promotion et la protection des investissements étrangers qui facilitera encore davantage nos relations.   

Il est clair que le Canada et le Koweït partagent des points de vue et des intérêts communs.

À cet égard, je tiens à souligner les avancées du Koweït en matière d’égalité entre les femmes et les hommes, une valeur importante pour notre pays. Notamment la reconnaissance, en 2005, du droit de vote pour les femmes et du droit de se porter candidate aux élections. 

Monsieur l’Ambassadeur Al-Sammak, on m’a appris que vous aviez joué un rôle primordial dans le renforcement des relations entre le Koweït et les pays d’Amérique latine.

Vous conviendrez donc avec moi que le Pérou est un exemple de succès dans les Amériques, notamment aux chapitres de la sécurité, de la gouvernance démocratique et de la prospérité, les trois axes de la stratégie du Canada dans l’hémisphère occidental.

Monsieur l’Ambassadeur Bellina, au cours des dix dernières années, le Pérou a en effet entrepris des réformes courageuses en vue d’instaurer l’État de droit, et ces changements ont mené à plus de stabilité et à une croissance économique exemplaire. 

Le Pérou est devenu le deuxième plus grand partenaire commercial du Canada en Amérique latine après le Mexique, et nos relations bilatérales n’ont cessé de s’approfondir à tous les niveaux.

Pensons à l’entrée en vigueur, l’automne dernier, d’un Accord de libre-échange entre le Canada et le Pérou, de même qu’à la décision du Canada d’inscrire le Pérou parmi les 20 pays prioritaires de l’Agence canadienne de développement international.

Sur des questions d’importance comme la sécurité et le respect des droits humains, nous travaillons de concert dans le cadre de plusieurs forums régionaux et multilatéraux.

Le Pérou sera d’ailleurs l’hôte de l’Assemblée générale de l’Organisation des États américains à Lima, et nous espérons profiter de l’occasion pour renforcer notre coopération déjà fructueuse et porteuse d’avenir pour nos populations et celles de tout le continent. 

À cet égard, nous nous réjouissons du rôle clé que joue le Pérou dans le renforcement de la sécurité régionale, comme en témoigne son engagement en Haïti, entre autres au sein de la MINUSTAH et en tant que membre du Groupe des amis d’Haïti.

Cet élan de fraternité envers les plus démunis d’entre nous sur ce continent, surtout en ces temps particulièrement éprouvants pour le peuple haïtien, me donne confiance en une Amérique toujours plus solidaire. 

Vos Excellences, poursuivre le dialogue, resserrer nos liens, travailler ensemble en vue d’un objectif commun, accroître la solidarité : voilà ce à quoi nous devrons nous employer tout au long de votre mandat, forts de l’amitié qui nous unit.

À l’amitié, donc, et au rapprochement entre les peuples!