Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Célébration de la fête du Canada

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.

 

Célébration de la fête du Canada

Ottawa, le mercredi 1er juillet 2009

Voilà bientôt quatre ans que je sillonne notre pays qui célèbre aujourd’hui son cent quarante-deuxième anniversaire.

Et je peux vous dire qu’il existe ici, à la grandeur de notre territoire, de Moncton à Fort Simpson, de Rankin Inlet  à Montréal, et de Vancouver à Trois-Rivières, une ressource des plus précieuses.

Cette ressource n’est ni fluctuante sur le marché des actions, ni monnayable comme les métaux et les gisements de la terre.

Mais c’est pourtant de cette ressource que le monde est en train de se redéfinir autrement et plus solidairement.

Cette ressource, c’est notre jeunesse.

Je disais, lors de mon discours d’installation, que je voulais que nos jeunes soient nos porte-étendards et qu’ils puisent à pleines mains dans ce trésor inouï qu’est le Canada.

Or, j’ai maintenant l’assurance qu’ils le sont et qu’ils le font.

Partout où je suis allée, au pays comme à l’étranger, j’ai rencontré de jeunes Canadiennes et Canadiens qui posaient des gestes de compassion, de protection, de solidarité.

Des gestes qui s’enracinent dans un lieu, une communauté, un pays et qui visent aussi une plus grande conscience planétaire.

Des gestes qui prennent plusieurs visages et qui agissent sur tous les fronts.

Qu’il s’agisse de pacifier les tensions dans certains quartiers de nos villes.

Qu’il s’agisse de reboiser, de refleurir et de cultiver notre Terre malmenée.

Qu’il s’agisse d’inventer de nouveaux langages pour dire qui nous sommes.

Qu’il s’agisse de défendre notre idéal de justice, d’équité et de liberté, parfois au péril de sa vie.

Qu’il s’agisse de participer à part entière au développement de nos communautés, comme me l’ont rappelé dernièrement les enfants de l’Arctique.

Qu’il s’agisse de déjouer la censure sur les grands circuits virtuels, pour ranimer notre espoir en la démocratie et notre volonté de nous libérer enfin de la ségrégation.

Qu’il s’agisse d’en appeler au dépassement de soi, comme la jeunesse du monde en fera  la démonstration à l’occasion des prochains Jeux olympiques et paralympiques d’hiver, que nous accueillerons à Vancouver en février et mars 2010.

Chers concitoyennes et concitoyens, tels sont les jeunes que j’ai le bonheur de côtoyer, tels sont les jeunes de ce pays.

Ces jeunes, que l’on conjugue trop souvent au futur, comme s’ils étaient inaptes au présent, sont en fait, jour après jour, notre plus puissant antidote contre l’immobilisme et l’indifférence.

Saluons notre jeunesse et ne soyons ni derrière elle, ni devant elle, mais avec elle, le regard porté par le même goût de déployer toute l’étendue du possible entre nous et de chacune de nos vies.

Grâce à notre jeunesse, nous incarnerons alors, ici et dans le monde, ce Canada qui nous fait encore rêver et dont nous voulons tant réaliser tout le potentiel.

Bonne fête du Canada! Je vous aime!