Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Décorations pour actes de bravoure

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.

 

Remise des Décorations pour actes de bravoure

Rideau Hall, le vendredi 19 juin 2009

Je vous avouerai que cette cérémonie est pour moi l’une des plus émouvantes qu’il m’est donné de présider ici, à Rideau Hall.

Et si j’en avais la possibilité, j’inviterais à y assister toutes celles et tous ceux qui ont perdu espoir en l’humanité et qui ont remplacé la volonté d’agir par le défaitisme et l’indifférence. Vous savez, le chacun pour soi qui fait qu’on détourne le regard.

Car la somme des actes de bravoure que vous avez accomplis et qui seront relatés brièvement aujourd’hui est en soi une leçon d’humanité et nous donne raison de croire en la bonté.

Chacune de vos histoires mériterait d’être racontée.

Chacune d’elles est remarquable, hors du commun, héroïque.

Chacune d’elles nous montre à quel point la réalité dépasse la fiction.

Chacune d’elles nous prend littéralement au cœur.

Or, c’est bien de cela dont il s’agit ici, de cœur.

D’ailleurs, ne dit-on pas d’une personne qui fait montre de courage qu’elle a du cœur?

Avoir du cœur, du courage, ce n’est pas être sans peur, comme dans les histoires de chevalerie où le héro est reconnu pour sa hardiesse.

C’est plutôt être capable de surmonter sa peur et de la transformer en action.

Ça peut vouloir dire, comme ce l’a été pour vous, aller jusqu’à risquer sa vie pour en sauver une autre.

Et la bravoure dont vous avez fait preuve n’a rien à voir avec la témérité, la force physique, ni même avec l’âge.

À titre d’exemple, deux d’entre vous n’avaient que 10 et 12 ans au moment où ils ont secouru une personne en détresse.

Dans de telles situations, ce qui décuple les forces et concentre toutes les énergies vers l’Autre qui doit être secouru, aidé, c’est la conviction profonde, inébranlable, que la vie est précieuse et qu’il faut déployer tous les efforts pour la préserver et la protéger.

Les gestes que vous avez posés nous rappellent le meilleur qui réside en chaque être humain, notre part la plus belle, la plus noble et la plus lumineuse.

Et j’estime qu’il n’y a aucun acte qui ne soit aussi digne de louanges et de reconnaissance.

Mon vœu le plus cher est que nous puissions nous inspirer de votre bravoure et tenter d’être courageuses et courageux face aux défis de notre quotidien et de notre monde.

Au nom de la population canadienne, je vous remercie. Pour les vies que vous avez sauvées. Pour les vies qui se sont enrichies par votre exemple.