Jour de l’installation

Installation Ceremony of Canada’s 29th Governor General

« Mes amis, visez haut, osez rêver. Le ciel offre des horizons infinis. À la vie qui nous unit. »

C’est en ces termes que la gouverneure générale nouvellement installée Julie Payette a conclu son discours d’installation historique au Sénat et lancé son mandat à titre de 29e représentante vice‑royale du Canada. Conformément à sa devise PER ASPERA AD ASTRA (À travers l’adversité jusqu’aux étoiles), le discours de Son Excellence appelait tous les Canadiens à se rassembler, à faire preuve d’ambition et à travailler avec ardeur pour repousser les frontières des réalisations humaines tout en relevant les défis urgents de notre époque.

« Ensemble, comme le dit si bien l’adage, nous pouvons déplacer les montagnes, n’est‑ce pas? » a déclaré Son Excellence, qui a été spécialiste de mission et ingénieure de vol durant deux missions internationales dans l’espace. « Je suis une optimiste, mais aussi une pragmatique. D’ailleurs, on voit bien avec le succès de la Station spatiale internationale (SSI) qu’on peut toujours faire mieux ensemble que séparément. Le tout est plus grand que la somme de ses parties. »

Prononcé en trois langues, l’algonquin, le français et l’anglais, le discours de Son Excellence se situait au cœur d’une remarquable cérémonie d’installation empreinte de protocole et de symbolisme et ponctuée de prestations musicales ancrées non seulement dans l’histoire et la culture du Canada, mais aussi du monde. Dès les notes d’ouverture de la Fanfare for the Common Man, pièce musicale du compositeur Aaron Copland qui servait à sonner le réveil des astronautes chaque matin à bord de la SSI, jusqu’à la puissante interprétation de l’Ô Canada de la grande vedette québécoise Ginette Reno, la cérémonie ne laissait plus de doute quant à la perspective d’un mandat voué à repousser les limites et à voir grand.

Née à Montréal, Son Excellence a été astronaute, ingénieure, communicatrice scientifique et administratrice de société. Comme l’a déclaré le premier ministre Justin Trudeau dans son discours de présentation, Mme Payette, « qu’on aura pu qualifier deux fois d’extraterrestre, fera souffler un vent de changement et résonner une voix progressiste forte! » Musicienne accomplie, sa passion pour la musique s’est reflétée tout au long de la cérémonie d’installation dans les prestations émouvantes de la chanson classique de Leonard Cohen Hallelujah, interprétée par Joannie Benoit et Mélissa Bédard, et du divertimento en ré majeur K. 136 de Mozart : Allegro, interprété par Tafelmusik. Le cheminement de Son Excellence vers la fonction de gouverneure générale a aussi été reflété dans la prestation du classique de Félix Leclerc Moi mes souliers, qui raconte le parcours de la vie d’une personne.

Dans son discours adressé à tous les Canadiens, Son Excellence a fait état de son étonnement lorsqu’on l’a invitée à servir à titre de gouverneure générale, mais, a‑t‑elle affirmé, lorsqu’il s’agit de répondre à l’appel du devoir, il n’y a qu’une réponse possible ».

« Je crois qu’ici, au Canada, nous sommes dans une position où nous pouvons plus que jamais faire une différence parce que nous sommes riches, riches en valeurs, ouverture, tolérance, entraide et compassion, et parce que nous avons décidé comme peuple de partager nos richesses autant que possible; parce que nous croyons en l’égalité des chances et des opportunités pour tous. Et j’ai été façonnée par ce pays et je crois sincèrement que ces valeurs absolument fondamentales nous unissent tous. »

Canadienne de 12e génération, Son Excellence a parlé des liens profonds de sa famille avec le Canada, à commencer par son ancêtre Pierre Payette dit St-Amour, un soldat qui est arrivé en Nouvelle‑France en 1665 et qui s’est établi dans l’île de Montréal. Un autre ancêtre, Franҫois Payette, était coureur des bois et traducteur de langues autochtones qui a travaillé pour la Compagnie de la Baie d’Hudson dans le Nord‑Ouest et dont le souvenir se perpétue à ce jour sous la forme d’une ville, d’un comté, d’une rivière et d’un parc national qui porte le nom de Payette dans l’État américain de l’Idaho.

« Clairement, je suis fière de mes origines », a souligné Son Excellence, « mais je me suis rendu compte il y a bien longtemps que tous nos ancêtres, les miens également, avaient été guidés et accompagnés par des peuples extraordinaires, ceux des Premières Nations qui, avec leur ingéniosité, leur générosité et leur courage, de par les montagnes, à travers les forêts, le long des cours d’eau, ont ouvert le pas pour le reste d’entre nous. C’était les premiers pionniers de cette Terre, et ils le sont encore. »

Son Excellence a poursuivi en faisant ressortir la nécessité d’écouter ce que les peuples autochtones ont à nous dire dans le contexte actuel ainsi que la nécessité de réaliser la réconciliation au Canada « pour le bien de nos communautés et l’avenir de nos enfants. »

Avant de recevoir le Grand Sceau du Canada et de le confier au registraire général, Mme Payette a reçu officiellement les colliers de fonction d’Emmanuelle Sajous, sous‑secrétaire des distinctions honorifiques, et de Claire Boudreau, héraut d’armes du Canada. Les colliers confirment les responsabilités de la gouverneure générale comme chancelière de l’Ordre du Canada, de l’Ordre du mérite militaire et de l’Ordre du mérite des forces policières et chef de l’Autorité héraldique du Canada.

Faisant le rapprochement entre l’excellence et l’importance fondamentale de l’éducation et de la présence d’un réseau de soutien pour favoriser la réussite, Mme Payette a rendu hommage à ses parents, qui « m’ont donné des ailes ». Elle a conclu son discours en incitant avec ferveur tous les Canadiens à se concerter pour édifier une société du savoir qui prend soin de tous ses citoyens et de notre planète.

« L’un des plus grands privilèges que nous recevons, nous les gens qui ont eu la chance de voir la Terre de haut et d’aller dans l’espace, c’est de pouvoir observer cette planète que nous partageons tous, nous les 7,751 milliards d’humains sur la planète. Nous sommes tous de la race humaine et nous partageons ce monde extraordinaire. Ce monde extraordinaire qui nous apparaît comme une bille de marbre sur le fond infini de l’espace, avec sa petite atmosphère tout autour. Les frontières sont une invention des hommes. Cette Terre, cette planète, nous nous devons de la transmettre en bon état aux générations futures. Cette considération devrait nous accompagner dans tous nos choix et dans toutes nos décisions. À voir le nombre de jeunes personnes qui sont ici, je pense que ça va bien aller. »

Après la cérémonie d’installation et l’interprétation musicale de clôture de Florent Vollant dans le foyer du Sénat, Son Excellence est sortie pour recevoir le salut royal et assister à un survol de CF-18. Au son des pièces d’artillerie, elle a passé en revue la garde d’honneur avant de diriger un défilé à pied vers le Monument commémoratif de guerre du Canada, où elle et son fils ont déposé un bouquet de fleurs sur la Tombe du Soldat inconnu. 

Après un moment de silence devant le monument, Son Excellence s’est dirigée vers Rideau Hall, sa résidence officielle, pour ensuite procéder à une inspection de la garde d’honneur composée de membres des régiments responsables de la garde à Rideau Hall, soit le Governor General’s Foot Guards et le Canadian Grenadier Guards.

Jour historique pour le Canada

L’installation d’un nouveau gouverneur général est un évènement d’une importance nationale qui marque un nouveau chapitre dans l’évolution de la monarchie constitutionnelle de notre pays. Revivez ce jour historique en regardant l’intégralité de la cérémonie d’installation.