Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang

Le 12 février 2018

PyeongChang, Corée du Sud

Les gouverneurs généraux célèbrent et encouragent l’excellence depuis au moins 1873, année où Lord Dufferin, troisième gouverneur général du Canada, a créé la Médaille académique du gouverneur général pour reconnaître les réalisations scolaires des étudiants canadiens.

Cent cinquante ans plus tard, Son Excellence la très honorable Julie Payette a poursuivi cette tradition vice‑royale de célébration et d’encouragement de l’excellence lors des Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang, où les représentants canadiens ont rivalisé avec les meilleurs athlètes du monde et les ont même bien souvent surpassés.

Au moment de quitter la Corée du Sud après un programme bref mais bien rempli durant lequel elle a rencontré et encouragé des curleurs, planchistes, skieurs et sauteurs à ski, patineurs de vitesse, danseurs sur glace, lugeurs et hockeyeurs canadiens, la gouverneure générale a gazouillé :  « C’est ici que se termine ce séjour à PyeongChang  » qui s’est déroulé bien trop vite à son goût.

Vite, mais jamais aussi vite que l’équipe de luge du Canada, dont les membres n’ont jamais cessé d’être encouragés et louangés dans Twitter par Son Excellence tandis qu’ils filaient à des vitesses atteignant plus de 100 km/h.

La gouverneure générale a observé la venue d’une nouvelle génération de héros olympiques canadiens, dont la patineuse de vitesse courte piste Kim Boutin, qui a remporté la médaille de bronze à ses débuts olympiques.

Et elle était aussi sur place pour ce moment marquant de l’histoire olympique canadienne.

« Les Jeux olympiques sont le summum dans le monde du sport, le simple fait de se retrouver ici est une réalisation extraordinaire », a déclaré la gouverneure générale devant une salle comble remplie d’athlètes, d’entraîneurs, de partisans et de bénévoles lors de l’ouverture officielle de la Maison olympique du Canada le 7 février.

« Tous les athlètes sont des êtres particuliers qui ont osé rêver. Il leur faut de la détermination, de la discipline et de la passion. Ils ont travaillé fort pour venir ici et ils ont beaucoup sacrifié. »

Cela a donc été un moment très émotif pour tous quand Équipe Canada est arrivée dans le stade olympique à la cérémonie d'ouverture menée par les danseurs sur glace et porteurs de drapeau Tessa Virtue et Scott Moir. Grâce aux boîtiers lumineux spéciaux installés derrière chacun des 35 000 sièges, le stade a été brillamment éclairé en rouge de la feuille d’érable à l’arrivée des Canadiens.

Bien sûr, les Jeux olympiques ne se résument pas uniquement au sport, et cette année n’a pas fait exception. Notamment, les athlètes de la Corée du Nord et de la Corée du Sud sont arrivés dans le stade à la cérémonie d’ouverture sous un drapeau représentant une Corée unifiée. L’arrivée et la participation conjointes des athlètes de la Corée du Nord et du Sud ont valu à ces Olympiques le qualificatif de « Jeux de la paix ».

« Le drapeau qu’ils portaient symbolisait la paix et un désir d’unité, a déclaré la GG. Il représentait le monde auquel nous aspirons. Un monde où tous travaillent et se divertissent ensemble. »

Avant l’ouverture des Jeux, Son Excellence a été chaleureusement accueillie par le président de la Corée du Sud Moon Jae à la Maison Bleue à Séoul en vue d’une discussion sur les relations entre le Canada et la Corée. Lors de la rencontre, la gouverneure générale a offert au président Moon un cadeau tout à fait indiqué : une photo de la péninsule coréenne prise de la Station spatiale international où elle a été spécialiste de mission.