Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Gala de remise de prix annuel de Femmes en communications et technologie

Ottawa (Ontario), le mercredi 27 avril 2016

 

Dans mon discours d’installation en tant que gouverneur général, je disais que tout ce que j’ai appris d’important dans la vie, je l’ai appris de mes enfants. 

Sharon et moi avons cinq filles : Deb, Alex, Sharon Jr., Jen et Sam. Je pourrais parler longuement de ce qu’elles m’ont enseigné!

L’une des choses les plus importantes que Sharon et mes filles m’ont aidé à comprendre, ce sont les obstacles professionnels auxquels les femmes se butent.

C’est aussi vrai pour les femmes qui travaillent en communications et technologie.

C’est pourquoi je suis heureux d’être ici ce soir pour cette célébration de l’excellence.

Les récipiendaires de ces prix innovent, et il est important de reconnaître et de célébrer leurs réalisations.

Je vous félicite et vous remercie, tous et toutes, pour ce que vous avez accompli.

Il y a beaucoup de carrières passionnantes en technologie et communications, et vous avez réalisé de grands progrès dans la conception, la commercialisation et la direction d’entreprises numériques.

Vos réussites comptent pour ce qu’elles sont, mais aussi pour ce qu’elles représentent dans la lutte constante pour l’égalité.

C’est un moment passionnant et stimulant pour les femmes dans le monde des communications et de la technologie. Le changement est partout. Pour citer Kirstine Stewart, de Twitter :

« Les technologies numériques sont alimentées par la technologie et les changements démographiques et créent un nouvel ordre mondial, qui exige un nouveau style de dirigeant. Les femmes sont naturellement bien placées pour jouer ce rôle, car elles ont les attributs et les perspectives nécessaires pour le faire. »

« Ce n’est pas seulement ma façon de voir les choses, a-t-elle continué, mais la conclusion d’un corpus de recherche grandissant qui démontre que les femmes ont largement ce qu’il faut pour diriger efficacement à l’âge de l’information. C’est ‘à notre tour’. » [traduction]

Comme elle le signale, et à juste titre, les femmes ont des possibilités, mais elles sont aussi confrontées à de nombreux obstacles.

Au Canada, la complaisance n’a pas sa place : le Canada occupe le 30e rang de l’indice mondial de l’écart entre les sexes 2015 du Forum économique mondial, alors que l’Islande et d’autres pays nordiques sont en tête de peloton.

Comme le mentionne le Globe and Mail, c’est une baisse pour le Canada, qui occupait le 19e rang en 2014 et le 14e il y a une décennie. Cette chute majeure s’explique en partie par la participation relativement faible des femmes au sein du gouvernement et l’écart salarial qui continue de s’accroître.

Comme tout le monde ici le sait, une femme qui souhaite réussir aux échelons professionnels les plus élevés doit travailler très, très, très fort.

Une chose est certaine, les femmes doivent travailler plus fort que les hommes pour réussir sur les plans professionnel et personnel.

C’est pourquoi la lutte pour l’égalité entre les sexes doit se poursuivre. Les règles du jeu professionnelles sont inégales et défavorisent les femmes.

C’est injuste et insensé.

Premièrement, l’égalité est nécessaire, cela va de soi. Toute personne, qui qu’elle soit, doit avoir la possibilité de réussir et de réaliser son plein potentiel.

Imaginez si toutes les filles de la planète avaient les mêmes possibilités d’éducation que les garçons.

Cela changerait le monde!

Ce qui m’amène à mon second point.

Pourquoi une société voudrait-elle limiter le bassin de talent qui l’alimente? Si nous ne permettons pas aux femmes d’exploiter leur plein potentiel, nous empêchons nos communautés et notre pays de faire de même. Le calcul est simple : nous réduisons nos possibilités de moitié.

Pour que le Canada réussisse en innovation sur la scène mondiale, il doit améliorer la parité entre les sexes dans tous les volets de l’économie numérique. 

L’égalité entre les sexes, c’est une question de justice et de logique.

Nous sommes encore loin d’y être, mais si nous travaillons de manière soutenue et constante dans tous les secteurs, nous progresserons.

En tant que gouverneur général et dirigeant masculin, je m’engage à promouvoir la parité des sexes et j’encourage tous les hommes à se joindre à moi pour appuyer l’égalité des femmes.

Tous les récipiendaires que nous reconnaissons ce soir ont apporté une contribution extraordinaire à l’économie numérique du Canada et ainsi renforcé nos communautés et notre pays.

Félicitations à vous tous pour cet honneur bien mérité et merci de votre travail acharné dans cet important secteur.

Je vous souhaite une merveilleuse soirée!