Le léopard vice-royal
  1. Le gouverneur général du Canada
  2. Son Excellence le très honorable David Johnston
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Remise de la Médaille Vanier 2015

Rideau Hall, le jeudi 14 janvier 2016

 

Mon épouse, Sharon, et moi vous souhaitons la bienvenue à Rideau Hall pour cette célébration de l’excellence.

Aujourd’hui, nous avons la chance de remercier une personne qui a connu une carrière exceptionnelle dans la fonction publique.

Je parle bien sûr de Wayne Wouters, qui mérite pleinement la Médaille Vanier pour l’excellence dans l’administration publique.

Comme vous le savez peut-être, le mandat de Wayne en tant que greffier du Conseil privé, secrétaire du Cabinet et chef de la fonction publique a coïncidé avec les quatre premières années de mon mandat comme gouverneur général. J’ai donc eu l’immense privilège de travailler étroitement avec lui.

Wayne était le principal conseiller de la fonction publique auprès du premier ministre et du gouverneur général. Pour citer Walter Bagehot, le gouverneur général est là pour être consulté, pour encourager et pour mettre en garde. Avec Wayne comme responsable, je n’ai jamais eu à mettre en garde, mais j’ai offert beaucoup d’encouragements et de conseils. Et c’était réciproque.

Sur un sujet en particulier, les encouragements et les conseils que j’ai fournis à Wayne étaient directs et francs. Et c’était un sujet d’une importance capitale : le hockey.

Comme certains d’entre vous le savent, Wayne joue au hockey à longueur d’année, y compris dans une équipe avec ses deux fils. Je terminais donc souvent nos rencontres avec le conseil suivant :

« Wayne, laisse les replis défensifs aux garçons, d’accord?! »

À vrai dire, je n’avais probablement pas besoin de lui dire, puisque l’une de ses grandes forces, en tant que dirigeant, c’est de reconnaître qu’il dépend totalement des gens qui l’entourent.

Il sait quand laisser aux autres les replis défensifs et les échecs avant, quand jouer à la défense ou attaquer et quand tricoter avec la rondelle. Lorsque le temps est compté, il sait quand retirer le gardien. Il est aussi capable d’interpréter les conseils de façon créative : c’est d’ailleurs lui qui m’a appris que repli défensif, traduit en hollandais, signifie « arrêtons-nous quelques minutes pour prendre une bière! »

En presque trente ans de carrière dans la fonction publique, Wayne a fait ressortir le meilleur chez les fonctionnaires avec qui il a travaillé. Il vous dirait sans doute que ces derniers ont fait de même avec lui.

Faire ressortir le meilleur chez les autres, c’est l’une des visées de toute grande organisation au 21e siècle.

Aujourd’hui, les dirigeants de la fonction publique ont une responsabilité spéciale. Dans notre monde complexe qui évolue rapidement, le secteur public doit constamment innover et améliorer ses efforts, tout en continuant de servir les Canadiens.

C’est un équilibre délicat et pressant. Pendant qu’il était greffier, Wayne s’est dévoué pour relever ce défi.

Objectif 2020 est l’un de ses legs permanents. C’est un exercice sans précédent sur le plan de l’innovation et du renouvellement, auquel des dizaines de milliers de personnes ont participé pour imaginer la fonction publique de l’avenir.

Comme le veut le dicton, une génération plante les arbres et une autre profite de leur ombre.

Wayne a préparé la voie à la génération suivante. Ses contributions sont beaucoup trop nombreuses pour être énumérées, mais je tiens à le remercier pour deux choses en particulier qui interpellent particulièrement notre bureau :

(1) son superbe leadership et son soutien à l’égard de la Campagne de charité en milieu de travail du gouvernement du Canada; et

(2) son travail auprès du Conseil consultatif de l’Ordre du Canada pendant qu’il était greffier.

Wayne croit fermement en la devise de l’Ordre du Canada : Ils veulent une patrie meilleure.

Sa carrière de fonctionnaire et de dirigeant est tout simplement remarquable, et je suis ravi de lui remettre la Médaille Vanier. 

Dans son discours d’installation, le général Vanier a dit ceci : « Pour que le Canada atteigne la grandeur qui lui revient, chacun de nous doit dire : “Je ne demande qu’à servir”. »

Cette déclaration indique que le général Vanier voyait le dirigeant comme un serviteur. Au fond, c’est une question de confiance. La fonction publique du Canada est admirée ailleurs dans le monde pour sa qualité, son professionnalisme, le respect qu’elle suscite et entretient, ainsi que la confiance que lui témoignent les citoyens. C’est ce que voulait dire le général Vanier et, plus d’un demi-siècle plus tard, ses mots conservent tout leur sens. Le leadership de Wayne illustre bien, de façon inspirante, les encouragements et les conseils du général Vanier.

Je félicite Wayne pour cet honneur bien mérité et le remercie de son apport au Canada.