Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Banquet d’État offert par monsieur Tony Tan Keng Yam, Président de la République de Singapour

Singapour, République de Singapour, le lundi 21 novembre 2011

 

Ayant été un éducateur toute ma vie, vous comprendrez que j’ai sauté sur l’occasion pour  me familiariser avec les relations qu’entretiennent le Canada et Singapour et leur évolution au fil du temps. 

Excellence, vos aimables paroles frappées du  sceau de l’amitié rappellent toute l’importance de visites telles que celle-ci et soulignent la valeur de ce que nous avons en commun, que ce soit en tant que partenaires commerciaux ou partenaires dans divers forums multilatéraux tels qu’APEC, l’Organisation mondiale du commerce et le Commonwealth.

Nos deux pays poursuivent également des dialogues ouverts sur le multiculturalisme et reconnaissent l’importance cruciale d’une population diversifiée pour assurer notre avenir. Le grand nombre de Canadiens venus dans votre pays pour y étudier ou y vivre, ou pour le visiter, met en lumière l’importance de nos liens avec Singapour.

J’ai souvent parlé des défis que représente un monde de plus en plus planétaire et des perspectives intéressantes qui en résultent. Le Canada voit dans Singapour la possibilité d’une collaboration accrue dans plusieurs sphères, ce qui est vital non seulement pour nos populations, mais pour le monde entier.

De nos jours, nous devons viser le succès dans une panoplie de domaines, notamment les deux qui font de Singapour un chef de file : l’innovation et l’éducation.

J’ai toujours dit que l’innovation est essentielle au succès, mais que nous devons garder l’esprit ouvert pour pouvoir apprendre de nos voisins et de nos amis. Grâce aux étroites relations qu’ils entretiennent, Singapour et le Canada fournissent aux peuples des deux pays l’occasion d’échanger leurs compétences et de les mettre en pratique.

Après tout, l’apprentissage est la pierre angulaire de toute société. À Singapour, vous en êtes bien conscients. J’admire l’engagement de votre pays en faveur de l’éducation et le succès avec lequel les choses évoluent. Vos universités sont devenues des institutions de calibre international, car vous comprenez qu’il sera possible, grâce à l’éducation, d’améliorer votre pays et le monde. Souvent, les découvertes surgissent lorsque les gens ont la liberté de rêver l’improbable et d’en faire une réalité.

Je suis également ravi que nos pays participent à des échanges d’étudiants qui permettent à nos citoyens de se familiariser les uns avec les autres. Nos institutions collaborent également au sein du programme de partenariat en recherche ANASE-Canada, lequel nous permettra de mieux comprendre les processus d’intégration régionale et leurs répercussions et d’élargir nos liens avec Singapour à divers niveaux.

De cette manière, nous encourageons tous deux la citoyenneté planétaire, si importante dans le monde d’aujourd’hui.

Nous parlons souvent de la diplomatie entre gouvernements, mais ces établissements d’enseignement s’engagent maintenant dans une nouvelle relation fondée sur la diplomatie du savoir.

En fait, notre relation est renforcée par nos liens interpersonnels étroits que cette visite saura favoriser, je l’espère.

C’est la raison pour laquelle je suis ravi d’être accompagné d’une délégation représentant des domaines diversifiés. J’invite donc Canadiens et Singapouriens à se parler pour découvrir de nouvelles façons de collaborer entre eux.

Car l’avenir de toute amitié solide reposera sur la collaboration en matière d’éducation et d’innovation et dans bien d’autres secteurs.

Avant de conclure, j’aimerais souligner un autre aspect de l’hospitalité singapourienne. Hier, j’ai visité le Jardin national d’orchidées, un endroit magnifique où l’accent que Singapour met sur l’innovation et l’éducation a laissé sa marque.

On m’a fait le grand honneur de baptiser de mon nom une orchidée, ce que mon épouse a été absolument ravie d’apprendre!

J’ai été très touché qu’on m’ait accordé ce rare privilège. C’est un geste qui en dit long, d’ailleurs, sur l’importance pour Singapour de ses relations avec le Canada. J’espère avoir réussi, grâce aux discussions et aux activités que j’ai tenues, à montrer que le Canada considère tout autant Singapour comme un ami.

Veuillez vous joindre à moi pour lever nos verres aux perspectives qui s’offrent à nous tous en matière d’innovation et d’éducation et à l’amitié durable entre nos deux pays.