Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Cérémonie de citoyenneté

Rideau Hall, le lundi 17 octobre 2011


Bonjour et bienvenue à Rideau Hall, la maison du peuple canadien.

C’est pour moi un honneur de présider cette cérémonie d’allégeance qui fera de vous des citoyens canadiens.

Mais que signifie la citoyenneté? Je sais que les discussions que vous avez eues un peu plus tôt vous ont permis d’exprimer vos sentiments à l’égard de la citoyenneté canadienne et de votre place au sein de nos collectivités. Si vous le permettez, j’aimerais approfondir un peu cette question.

Nous avons le privilège d’avoir parmi nous la très honorable Adrienne Clarkson, autrefois gouverneure générale et fondatrice de l’Institut canadien de la citoyenneté. J’aimerais d’ailleurs citer ce qu’elle avait déclaré lors d’un passage à Whitehorse, au Yukon, en 2005, sur la signification de la citoyenneté :

« Une véritable citoyenneté est la capacité de prendre des décisions et d'agir là même où nous vivons. C'est  savoir se placer au-dessus de ses propres intérêts et élargir la définition de la communauté… La création d'une société vraiment bienveillante implique que l'on accorde leur place à ceux et celles que l'on ne connaît pas, dont les perspectives sont peut-être différentes des nôtres, mais qui ont aussi le droit de vivre et de travailler et d'apporter leur contribution, ici au Canada. »

Ces vérités ont été comprises par deux pionniers du Canada que nous connaissons aujourd’hui : Louis-Hippolyte LaFontaine et Robert Baldwin.

Ces deux hommes, un francophone et un anglophone, savaient qu’en travaillant ensemble, ils pourraient réunir des forces disparates et créer un pays libre et durable. Un pays où les gens d’origines et de milieux différents pourraient vivre en paix et en sécurité.

Grâce à leur collaboration, leur amitié et leur tolérance, ils ont pu jeter les fondements du Canada uni auquel ils aspiraient et, en 2017, nous célébrerons les 150 ans de la Confédération, qui est le couronnement de leurs efforts.

Dans la perspective de cet anniversaire important, je vous invite à exprimer vos propres idées sur la façon dont nous pourrions célébrer cet événement et, surtout, sur la façon de créer un Canada toujours plus averti et bienveillant.

En fait, nombreux sont les citoyens de ce pays qui se sont prononcés sur la manière de créer un pays dont nous pourrons tous être fiers.

Le mari de Mme Clarkson, John Ralston Saul, a créé le Symposium LaFontaine-Baldwin pour permettre à d’éminents penseurs et  activistes de discuter des grandes questions de l’heure, et il a écrit un ouvrage magnifique décrivant la contribution innovatrice de ces deux partenaires à l’instauration d’un gouvernement responsable et à l’adoption de changements pacifiques.

Lors du symposium de l’an dernier, Son Altesse l’Aga Kahn, lui-même citoyen canadien honoraire, a formulé ses idées sur l’harmonie mondiale et comment y parvenir, et aussi sur la société multiculturelle du Canada comme modèle de bienveillance.

Il a dit, en cette occasion, que « le monde que nous désirons n’est pas un monde où la différence n’existerait plus, mais où la différence serait synonyme d’un puissant agent du mieux‑être, qui nous aiderait à façonner un nouveau sens de la coopération et de la cohérence dans notre monde et à bâtir une vie meilleure pour tous. »

Je sais que chacune et chacun de vous a durement travaillé pour obtenir sa citoyenneté canadienne. Vous savez donc mieux que quiconque la valeur de cette citoyenneté, et vous savez aussi qu’elle entraîne des responsabilités.

En prêtant votre serment d’allégeance aujourd’hui, vous vous engagez à respecter les valeurs et les idéaux du Canada et à ajouter vos différences culturelles distinctives à un ensemble plus grand que vous.

Si je peux me permettre de vous donner un petit conseil, je vous dirais de ne pas hésiter à vous impliquer le plus rapidement possible au sein de votre collectivité.

Faire du bénévolat permet d’améliorer considérablement le sort des gens qui vous entourent; soyez audacieux et attaquez-vous aux problèmes sociaux que vous observez.

Continuez d’apprendre; vous serez surpris de ce qui peut arriver lorsqu’on garde l’esprit ouvert.

Et rêvez grand, car les nouvelles innovations n’attendent que d’être faites.

Au nom de tous les Canadiens, où qu’ils soient, je vous souhaite la bienvenue au sein de notre famille nationale. Je suis convaincu que vous réaliserez de grandes choses dans votre foyer d’adoption.

Merci.