Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Déjeuner avec les représentants de la Fédération des caisses Desjardins du Québec

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.

Lévis, le mercredi 21 septembre 2011

 

C’était un immense privilège pour moi, ce matin, de suivre les traces de nombreux autres gouverneurs généraux et d’être admis comme membre honoraire au sein du Groupe Desjardins, avec mon épouse, Sharon.

Partout dans le monde, des pays doivent prendre des décisions financières difficiles actuellement, c’est un fait. Or, le Canada n’est pas à l’abri des remous de l’économie. Cependant, si nous nous donnons la main pour bâtir un pays meilleur, nous aiderons à assurer un brillant avenir au Canada.

Selon moi, c’est là une des clés du succès et de la croissance soutenue du Mouvement Desjardins depuis plus d’un siècle. Fait unique, Desjardins donne aux citoyens la possibilité de se prononcer sur la façon dont ils veulent travailler à la croissance de leur entreprise et de leur collectivité.

Conscient de la nécessité d’offrir à la population d’autres avenues que les grandes banques, Alphonse Desjardins a dit un jour : « Une caisse populaire n’est pas une institution financière ordinaire […] c’est l’expression, dans le domaine économique, d’un idéal social élevé. »

L’idée était originale, et elle l’est toujours en un sens. Comme on associe un modèle social responsable aux lois de l’économie, les Canadiens, mais également des gens dans le monde entier, peuvent utiliser les moyens les mieux adaptés à leur situation pour assurer la croissance de leurs petites entreprises.

C’est précisément en raison de leur culture d’ouverture à tous que les coopératives sont si importantes pour l’avenir du Canada. Vous tous ici présents le savez fort bien. Et vous cherchez à faire en sorte que tous les Canadiens puissent prospérer, et ainsi offrir une vie meilleure à leurs familles, l’un des attributs d’une nation éclairée et bienveillante.

Mais vous assumez aussi une responsabilité envers ceux et celles qui ont sollicité l’aide de Desjardins au fil des ans. Car quiconque ouvre un compte à une caisse Desjardins s’attend non seulement à profiter d’un service hors pair, mais aussi à avoir accès à des solutions financières qu’ils ne trouveraient peut‑être pas dans d’autres établissements.

Les caisses Desjardins ont évolué dans les cent dernières années, si bien qu’elles font désormais partie des grandes institutions financières de ce pays. Le groupe laissé en héritage par Alphonse Desjardins peut maintenant se préparer au 150e anniversaire de la Confédération, que nous célébrerons en 2017, car il aura certainement un rôle à jouer. Dans cette optique, je vous adresse cette question : Qu’est‑ce que le Groupe Desjardins pourrait faire de plus pour améliorer notre pays et nos collectivités?

En vous laissant réfléchir à ma question et poursuivre votre travail en ce sens, je vous souhaite tout le succès possible, à vous qui aidez à bâtir le Canada auquel nous aspirons.

Merci.