Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

ARCHIVÉE: Discours devant l’Assemblée législative de l’Alberta

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange par contactez webmestre@gg.ca.

Edmonton, le lundi 29 novembre 2010

 

Je vous remercie de m’avoir invité à vous faire part de certaines de mes idées aujourd’hui. 

Depuis mon installation, j’invite les Canadiens à se joindre à moi pour imaginer ce que pourrait être notre pays. Nous cherchons à devenir une nation éclairée et bienveillante, où tous les Canadiens peuvent réussir, contribuer au mieux-être de la société et développer leur plein potentiel. Nous voulons que le Canada soit un pays qui accroît et met en application les connaissances de ses citoyens afin de pouvoir améliorer le sort de tous, tant au pays qu’à l’étranger. 

Cette vision repose sur trois piliers que j’ai évoqués : soutenir les familles et les enfants; accroître l’apprentissage et l’innovation; et encourager la philanthropie et le bénévolat.

J’ai cinq filles et sept petits-enfants. Sharon et moi les considérons comme nos miracles. Inutile de dire l’importance que j’accorde à l’appui aux familles et aux enfants.

Nous savons tous que les premiers colons qui se sont établis au Canada ont appris à veiller sur leurs voisins et à s’entraider, construisant ensemble des granges et des villages dans l’espoir d’une vie meilleure pour leurs enfants. Conscients de ce que signifie bâtir une famille, ils ont encouragé la collaboration pour parvenir à leurs fins.

Vague après vague, des immigrants sont venus ici, abandonnant tout dans leur pays natal, mus par leur ardent désir d’offrir une vie meilleure à leurs enfants.

En Alberta, cet esprit de pionnier est encore bien vivant. Vous comprenez l’importance d’aider vos voisins, et je vous en félicite.

Sharon et moi avons commencé à rencontrer des familles de diverses régions du pays et à écouter leurs histoires. Nous sommes impatients d’en rencontrer beaucoup d’autres, de tous les milieux et de toutes origines, pour entendre encore plus d’histoires.

Si je vous dis cela, c’est pour souligner la valeur inestimable que représentent pour nous la famille et les enfants. Malheureusement, combien de familles et d’enfants au Canada n’ont pas la chance que nous avons. Combien d’enfants ne bénéficient pas des mêmes possibilités qu’ont mes petits-enfants.

Par exemple, Sharon a visité une réserve des Premières Nations, dans le Nord de l’Ontario, où vivent quelque 1 200 personnes. Au cours de la dernière année, trois meurtres y ont été commis, et l’école a été mise à feu par un inconnu. Le taux de suicide chez les jeunes des Premières Nations est trois fois plus élevé que la moyenne nationale.

Je me suis rendu en Afghanistan, où 30 années de guerre et de conflits sociaux ont complètement perturbé la vie familiale. L’un des projets clés du Canada dans ce pays est la reconstruction de 50 écoles et la formation d’enseignants, dans la province de Kandahar. Il y a dix ans, moins de 700 000 enfants fréquentaient l’école en Afghanistan.

Aujourd’hui, ce nombre dépasse les 5 millions, dont le quart sont des filles. Rebâtir les écoles et rétablir la paix afin de permettre aux filles et aux garçons d’aller à l’école est essentiel à la reconstitution de la vie familiale en Afghanistan.

En Alberta, vous disposez de merveilleux programmes pour les enfants et les familles, parce que vous êtes profondément convaincus que les enfants et les familles sont notre avenir.   

Comme vous le savez sans doute, la majeure partie de ma carrière est associée au milieu universitaire. En tant que pédagogue et administrateur, j’ai eu le privilège de passer une bonne partie de ma vie entouré d’étudiants, et j’ai souvent eu l’impression que ce sont eux qui m’enseignaient. 

Saint Augustin a écrit : « Pour juger de la qualité d’une société, voyez ce qu’elle chérit. » Moi, je vous dis : chérissons nos enseignants et nos professeurs.

Le Canada éclairé et bienveillant que nous envisageons se mesurera à sa façon de développer les talents de ses citoyens et à sa façon d’utiliser leurs connaissances pour améliorer le sort de l’humanité.

Un Canada éclairé et bienveillant fournira à chaque enfant la possibilité de développer ses facultés intellectuelles au meilleur de ses capacités.

Le Canada se doit de bâtir une société qui apprend, tout en prônant une société d’entraide, une société qui se tourne vers l’extérieur, au-delà de ses frontières, vers le reste du monde.

Tout cela commence par l’apprentissage. En cette ère de mondialisation, le leadership se mesure à la force de nos idées et au rythme auquel nous innovons.

Le savoir est la pierre angulaire sur laquelle nous édifions une société, et l’innovation est l’outil qui nous permet de l’améliorer. L’innovation, c’est essentiellement la conception de nouvelles idées qui permettent d’améliorer notre façon de faire. Innover, c’est voir les choses sous un nouvel angle et imaginer ce qui n’existe pas encore.

Nous devons nous poser la question suivante : comment concilier la quête de l’excellence et l’égalité des chances pour tous les Canadiens? À cette fin, nous devons comprendre que ces deux notions ne sont pas contradictoires, mais plutôt concordantes, et qu’elles se renforcent mutuellement. 

Nous devons continuer à soutenir les sciences et la recherche scientifique. L’Alberta est réputée pour ses universités. Votre province est également renommée pour ses importantes innovations en médecine, en sciences et en technologie. 

Nous voulons être une nation éclairée et bienveillante, une société qui innove, qui met en valeur les talents de tous ses citoyens et qui met leurs connaissances en application.

La tradition d’entraide chez les Albertains ne date pas d’hier. Vous accordez une grande importance à la communauté, ce qui se voit partout dans la province, aussi bien en milieu rural qu’en milieu urbain.

Vous êtes également une province extrêmement généreuse, comme en témoignent vos organismes bénévoles et vos actions philanthropiques. Les Albertains ont la réputation de s’entraider entre voisins, et je vous encourage à poursuivre vos efforts en ce sens, alors que nous tentons de bâtir un Canada encore plus éclairé et encore plus bienveillant.

Merci.