Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Remise des prix Killam

Rideau Hall, le jeudi 30 mai 2017

 

Je souligne que nous sommes réunis aujourd’hui sur le territoire traditionnel des peuples algonquins.

Pour citer un passage de l’ouvrage intitulé Critique de la raison pratique d’Emmanuel Kant, publié en 1788 :

Deux choses remplissent mon esprit d'une admiration et d'un respect incessants […] : le ciel étoilé au‑dessus de moi et la loi morale en moi.

Admiration et respect.

Nature et droit.

L’univers qui nous entoure et nous habite.

Voilà des questions qui occupent depuis longtemps les plus grands universitaires et scientifiques du monde et ce soir, nous en récompensons quelques-uns parmi les plus éminents du Canada.

Vous êtes chercheurs en sciences sociales, en génie, et en sciences naturelles ou de la santé.

Vous poursuivez votre quête avec un sentiment d’émerveillement et d’admiration, ainsi qu’avec une grande détermination, un travail acharné et le soutien de votre équipe.

Vous et vos équipes de recherche avez fait œuvre de pionniers avec vos impressionnants travaux qui revêtent une grande valeur et sont synonymes d’innovation.

Ensemble, vous vous attaquez à des questions importantes dans les domaines du droit des peuples autochtones, de la biologie, de l’éthique, de la génomique ainsi que de la prise en charge et du traitement du VIH et du sida.

La diversité et la portée de vos travaux témoignent de la qualité des recherches entreprises au Canada et, plus important encore, nous aident à bâtir une société plus avertie et bienveillante.

Que serions-nous sans vos recherches?

Comme Alan Bernstein de l’ICRA et Janet Rossant de Gairdner Foundation l’ont fait remarquer récemment dans un article :

« Grâce à nos recherches, l’espérance de vie d’un Canadien qui naît aujourd’hui est deux fois plus longue que celle d’un Canadien qui est né lors de la création de notre pays, il y a 150 ans. » 

Cela montre à quel point la recherche est dans le camp de la vie. Vos travaux revêtent une importance cruciale.

Cela met en évidence les avantages incontestables de la recherche pour la société, la santé et l’économie.

Il est bien trop facile de tenir ces avantages pour acquis. Cela donne toute sa valeur aux prix Killam.

Ils nous aident à comprendre l’importance de la recherche. Nous devons nous en faire une idée claire et éloquente, surtout en cette ère si complexe et où les changements se succèdent rapidement. 

De plus, les prix et les bourses procurent un grand soutien financier et une source de motivation pour les chercheurs. 

Voilà pourquoi, il y a un demi-siècle, madame Dorothy Killam a fait un don à la mémoire de son époux qui a permis de créer le Programme Killam.

Quel beau cadeau d’anniversaire pour le centenaire du Canada!

Cette année, nous soulignons les 50 ans du Programme Killam, dont les retombées sont manifestes dans toutes nos communautés scientifiques et universitaires. Vous continuez d’écrire de nouveaux chapitres de cette quête continue d’excellence dans les sciences, les lettres et les sciences humaines et le génie.  

C’est un honneur que d’avoir l’occasion de saluer vos contributions.

Je tiens également à remercier les nombreuses personnes généreuses et dévouées qui appuient le Programme Killam, notamment une personne en particulier : George Cooper.

George, qui est le fiduciaire principal du Programme Killam, nous quittera après 30 années de travail irréprochable.

Il laissera une marque indéniable de son passage.

George a été un véritable champion de la recherche au Canada et il a fait preuve d’un dévouement inébranlable à l’égard du savoir et de la fonction publique.

Il a aussi aidé à mettre sur pied la Conférence annuelle Killam, que j’ai eu le privilège d’animer lors de sa première année d’existence!

Regarde ce que tu as accompli, George! Mais je m’emballe!

George, je te remercie pour ton engagement extraordinaire à l’égard du Programme Killam et pour tout ce que tu as fait pour la communauté scientifique du Canada.

À tous nos récipiendaires du prix Killam, qui font désormais partie de la glorieuse histoire de ce programme, je transmets mes plus sincères félicitations et toute ma reconnaissance.

Je vous remercie pour votre dévouement et votre leadership. Cette récompense est amplement méritée.

Bonne soirée à tous.