Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Remise de la Médaille Pearson pour la paix

Rideau Hall, le mercredi 24 mai 2017

 

Je souligne que la présente rencontre se déroule sur le territoire traditionnel des peuples algonquins.

Quel plaisir de vous recevoir tous ici à Rideau Hall pour la 30e remise de la Médaille Pearson pour la paix.

Et je souhaite tout spécialement la bienvenue à un récipiendaire certainement très méritant : Monsieur Lloyd Axworthy.

Lloyd, avec cette médaille, on peut dire que vous avez bouclé la boucle! Je suis assuré que vous vous rappelez, comme si c’était hier, de  votre sortie scolaire de la 11e année à l’Auditorium de Winnipeg, où vous avez pu entendre un conférencier très particulier.

Son nom était, bien sûr, Lester B. Pearson.

Je me demande maintenant ceci : qu’aurait dit M. Pearson s’il avait su qui se trouvait dans la salle ce jour‑là? Un jeune idéaliste et militant qui servirait un jour le Canada comme ministre des Affaires étrangères, serait mis en candidature pour le prix Nobel de la paix et deviendrait compagnon de l’Ordre du Canada?

Savez-vous ce que j’en pense? Il n’aurait pas été surpris du tout.

M. Pearson était, après tout, un humaniste.

Il croyait en la capacité des gens de faire de grandes choses dans la vie s’ils en ont l’occasion.

Je pense qu’il savait exactement à qui il parlait ce jour‑là à Winnipeg.

Lloyd, vous partagez cette conviction.

Vous êtes, vous aussi, un humaniste qui croit au genre humain, et vous croyez aussi au pouvoir et à l’obligation qu’ont les organisations, les institutions et les États de faire du bien‑être de chaque citoyen leur plus grande priorité. 

Pour reprendre les mots de l’un de ceux qui ont proposé votre candidature pour la médaille :

« Dans un monde où les dirigeants politiques utilisent trop souvent le paravent de la souveraineté pour tirer indûment parti et profit de leurs citoyens en toute impunité, [Lloyd Axworthy] a constamment insisté sur les obligations de l’État souverain en tant que protecteur de ses citoyens et de leurs droits. »

Par cette médaille, nous soulignons et célébrons votre quête, tout au long de votre vie, d’un monde plus équitable et plus juste, un monde dans lequel tous les gens bénéficient des droits fondamentaux à la vie, à la dignité et à la protection contre les préjudices.

C’est un monde dans lequel nous souhaitons tous vivre.

C’est un monde que vous avez contribué à mettre en place pour un grand nombre de gens.

Tout au long de votre carrière, vous avez cherché de bien des façons à affranchir la population de la peur et du besoin. Toutes vos initiatives en ce sens seraient trop longues à énumérer, mais permettez‑moi de souligner plus particulièrement trois actions ou étapes de votre carrière qui illustrent bien votre engagement envers les citoyens du pays et du monde entier.

Premièrement, votre remarquable mandat en tant que ministre des Affaires étrangères du Canada, qui comprend votre travail au nom de la Campagne internationale pour l’interdiction des mines terrestres. On estime que cette initiative, qui a mené à ce qui est connu mondialement comme le Traité d’Ottawa et qui a valu à ses responsables le prix Nobel de la paix, a permis de sauver des dizaines de milliers de vies et prévenu des centaines de milliers de blessures au cours des 20 dernières années.

Deuxièmement, votre leadership et votre travail d’appui au sein des institutions internationales. À titre d’exemples : votre mandat comme président du Conseil de sécurité des Nations Unies, votre appui à la fois au Protocole facultatif concernant les enfants dans les conflits armés et au Statut de Rome de la Cour pénale internationale, et votre rôle en tant qu’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU pour la mise en œuvre de l’accord de paix entre l’Éthiopie et l’Érythrée.

Troisièmement, plus près de chez nous et d’une importance tout aussi grande, vos efforts en vue de favoriser la réconciliation et la guérison en ce qui concerne les peuples autochtones du Canada. Notamment, au cours de votre mandat comme président et vice‑chancellier de l’Université de Winnipeg, vous avez travaillé très fort pour améliorer l’accessibilité de l’éducation et aider à mettre en place un milieu d’apprentissage qui respecte les cultures et les traditions autochtones. Vous avez joué un rôle clé dans cette démarche importante qui se poursuit aujourd’hui dans tout le pays.

Pour reprendre une autre des personnes qui ont proposé votre candidature pour cette médaille, même prises isolément, toutes ces réalisations justifieraient en soi votre mise en candidature pour cette distinction honorifique.

Mises ensemble, vos réalisations au nom de la sécurité des personnes au Canada et dans le monde entier, sont tout simplement extraordinaires, et font de vous un récipiendaire hautement méritant de cette prestigieuse médaille.     

Félicitations, Lloyd, et merci de tout ce que vous avez fait pour l’humanité.