Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Ouverture du Centre d’accueil et d’éducation au Mémorial national du Canada à Vimy

Vimy, France, le samedi 8 avril 2017

 

Cela fera 100 ans demain que l’heure zéro a sonné et que 15 000 fantassins canadiens sont partis à l’assaut, durant la première vague d’attaque.

Le moment de vérité était arrivé, mais l’attaque de la crête de Vimy n’avait rien de spontanée.

Des mois de planification et d’entraînement ont précédé l’offensive. Le barrage d’artillerie, fracassant et puissant, a été soigneusement préparé. Les nouvelles tactiques d’infanterie ont accru les chances de réussite pour les soldats en première ligne.

Ces efforts s’appuyaient sur des renseignements détaillés, une surveillance aérienne, un étalonnage minutieux de l’armement, des tactiques au point et la triangulation, pour ne parler que de ces aspects de la préparation.

Il y avait aussi beaucoup d’innovations sociales : des cartes pour les soldats, une hiérarchie moins rigide dans les rangs, la liberté de modifier les tactiques et une confiance accrue entre soldats et commandants.

J’insiste sur ces détails pour souligner une leçon clé de la bataille : la victoire sur la crête de Vimy résulte en partie de l’apprentissage.

Bien entendu, la bravoure et l’héroïsme étaient aussi au rendez-vous. D’ailleurs, le courage de quatre soldats canadiens a été reconnu par la Croix de Victoria — la plus haute distinction militaire de l’Empire britannique.

Malgré tout, il aurait été impossible de s’emparer de la crête de Vimy sans les milliers de Canadiens qui se sont investis dans leur difficile mission. On peut fort bien imaginer leur anxiété, leurs inquiétudes et leur détermination dans les heures qui ont précédé l’attaque. Ils étaient bien préparés, mais il leur fallait un formidable courage pour passer à l’acte. Pour quitter les tranchées – pour affronter les bombardements et un ennemi résolu –, ces Canadiens ont enduré l’inimaginable. Les mots ne peuvent décrire leurs actions et détermination.

C’est pourquoi ce nouveau centre d’accueil et d’éducation a vu le jour : pour encourager le souvenir et l’apprentissage, et pour comprendre le passé afin de façonner le présent et d’orienter l’avenir.

Le Mémorial national du Canada à Vimy est si important pour notre pays qu’il a été désigné lieu historique national. La bataille de la crête de Vimy a été un moment marquant dans l’évolution du Canada.

Maintenant, nous avons aussi ce centre impressionnant pour renseigner les milliers de personnes qui visitent le site chaque année. Il racontera cette histoire importante à tous les Canadiens, mais aussi aux centaines de milliers de visiteurs d’autres pays. D’une manière non négligeable, le Monument de Vimy, ce terrain historique qui porte encore les marques des bombardements survenus il y a 100 ans, et le nouveau centre d’éducation représente le Canada auprès du reste du monde.

Je suis particulièrement heureux de voir autant de jeunes ici aujourd’hui. Demain, des milliers d’élèves de tous les coins du Canada seront avec nous.

C’est extrêmement important.

Comme vous le savez, il ne reste aucun vétéran de la Première Guerre mondiale.

Cela signifie qu’il nous incombe de nous souvenir et d’honorer la mémoire des vétérans de la crête de Vimy. C’est notre devoir solennel.

Le centre résulte d’un travail, d’une planification et d’un dévouement sans borne. Beaucoup d’entre vous y ont largement contribué.

C’est un bel exemple de collaboration entre les Canadiens et les Français, et un hommage touchant à Vimy.

Le centre a été rendu possible grâce au leadership et à la vision de la Fondation Vimy et d’Anciens Combattants Canada, qui veillera à son exploitation.

Il est le fruit de la générosité des peuples canadien et français.

Je tiens à souligner le soutien de la France, représentée aujourd’hui par le ministre Todeschini.

J’aimerais aussi saluer les Amis du Monument canadien de Vimy, qui ont travaillé sans relâche à la promotion du mémorial.

Grâce au centre, les prochaines générations de pèlerins découvriront ce qui s’est passé ici et pourquoi.

L’apprentissage nous aide à mieux apprécier les sacrifices et la bravoure des soldats et nous inspire à bâtir des sociétés toujours plus justes et pacifiques.

Merci.