Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Discussion d’experts sur l’innovation et l’excellence – Une nouvelle ère : l’occasion canado-suédoise (Stockholm, Suède)

Stockholm, Suède, le mardi 21 février 2017

 

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

Je suis né aux abords de la ville de Sudbury dans le Nord de l’Ontario, au Canada. Cette ville est réputée pour son industrie minière et ses minéraux, qui ont été laissés par un impact météorique il y a deux milliards d’années.

Cependant, il n’y a pas longtemps, on y a fait une découverte complètement différente qui a mérité le prix Nobel de physique de 2015 à Arthur McDonald. Nous sommes d’ailleurs heureux de compter M. McDonald parmi les membres de notre délégation pour cette visite d’État en Suède.

C’est à l’Observatoire de neutrinos de Sudbury, un édifice de dix étages situé deux kilomètres sous terre, dans un puits de mine, qu’on a découvert que les neutrinos oscillent et ont une masse!

Il s’agit d’une découverte remarquable, et M. McDonald sera le premier à vous dire qu’elle est le fruit d’un travail d’équipe. Il est colauréat du prix Nobel avec un chercheur de l’Université de Tokyo, et des centaines de scientifiques, de techniciens, d’institutions et d’organismes du Canada, des États‑Unis, de la Grande-Bretagne et du Portugal y ont participé.

Mais pourquoi est-ce que je vous raconte cette histoire?

Pour réaffirmer le fait que la collaboration est au cœur des plus grandes découvertes, innovations et avancées de l’humanité. C’est pourquoi nous sommes si heureux d’être ici aujourd’hui.

Le Canada et la Suède entretiennent une relation exceptionnelle. Elle comporte des volets économique, scientifique, culturel et politique, et elle est ancrée dans nos liens de peuple à peuple.

Notre partenariat est de plus en plus caractérisé par l’innovation, qui constitue l’une de mes priorités en tant que gouverneur général.

Le Canada, qui souligne son 150e anniversaire cette année, admire l’excellent écosystème de la Suède en matière d’innovation. Votre pays est un chef de file de l’innovation, que ce soit dans les technologies propres, les technologies de l’information et des communications, les sciences de la santé, ou l’ingénierie et la fabrication à forte valeur.

Le Canada est impatient de collaborer et de renforcer ses partenariats avec la Suède. Les possibilités de collaboration en recherche et développement sont d’autant plus grandes que le Canada participe, en tant que membre associé, au programme de financement EUREKA et EUROSTARS de l’Union européenne. Le protocole d’entente sur la coopération dans le domaine de la science et de la technologie que nous avons signé en 2010 est un autre exemple concret.

Le Canada a la chance d’avoir un réseau impressionnant d’universités, d’hôpitaux et de collèges qui jouent un rôle actif dans la recherche. Nous avons une main-d’œuvre hautement instruite et qualifiée et nous offrons un environnement solide où apprendre et innover.

Permettez-moi d’illustrer comment nous apprenons et nous innovons ensemble.

  1. Les villes intelligentes : en avril dernier, nous avons tenu ici, à Stockholm, une rencontre de partenariat sur les villes intelligentes entre le Canada et EUREKA, durant laquelle le maire de Montréal, Denis Coderre, a fait connaître la vision montréalaise pour devenir l’une des villes les plus numérisées au monde.

  2. L’énergie renouvelable : grâce à un protocole d’entente signé en 2015, BioFuelNet Canada et le Swedish Knowledge Centre for Renewable Transportation Fuels favorisent les échanges dans ce domaine important.

  3. Les ressources et la science de l’Arctique : en 2015 également, Ressources naturelles Canada et le Swedish Polar Research Secretariat ont signé un accord de coopération pour encourager la collaboration en science et en innovation dans l’Arctique, en particulier dans l’océan Arctique. En tant que membres fondateurs du Conseil de l’Arctique, le Canada et la Suède collaborent également à la protection environnementale, à la sécurité maritime et au développement durable dans le Nord.

  4. Les sciences de la santé : ce matin, les membres de notre délégation, y compris la ministre canadienne des Sciences, Kirsty Duncan, ont visité le département de neuroscience de l’institut Karolinksa, où l’on réalise des avancées intéressantes grâce à la bourse Mats Sundin pour la santé développementale.

Il est évident que le Canada et la Suède ont des bases solides en matière d’innovation qu’ils peuvent mettre à profit.

Et nous avons maintenant l’occasion d’élargir encore davantage les relations entre le Canada et la Suède.

La discussion d’aujourd’hui devrait nous aider à cerner et saisir les possibilités de collaboration qui s’offrent à nous.

Parlons ouvertement. Quelles sont les possibilités? Quelles sont nos forces uniques, et comment pouvons-nous les utiliser pour notre bénéfice mutuel?

Ce moment est à nous. Je suis très heureux de vous voir tous ici aujourd’hui et d’être accompagné de délégués canadiens diversifiés et exceptionnels, qui souhaitent aussi renforcer le partenariat entre nos deux pays.

Puisque notre visite se déroule sous le thème des sociétés innovatrices, inclusives et durables, l’évènement d’aujourd’hui est un point fort dans ce qui s’annonce un merveilleux séjour en Suède.

Je vous remercie tous de votre présence et de votre apport au partenariat entre le Canada et la Suède.