Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Remise de la Médaille Vanier de l’Institut d’administration publique du Canada 2016

Rideau Hall, le lundi 23 janvier 2017

 

Je commencerai en citant mon prédécesseur Georges Vanier, qui a donné son nom à cette médaille.

« La valeur d’une profession dépend de celle de ses chefs de file. »

Aujourd’hui, nous reconnaissons M. James Eldridge. Jim a passé des décennies à rehausser la noblesse d’une profession réellement importante, mais mal comprise : celle de fonctionnaire.

Le général Vanier comprenait l’importance pour le Canada de la profession de fonctionnaire.

C’est pourquoi il a donné son nom à cette médaille.

Il savait qu’il faut une fonction publique forte pour avoir une démocratie moderne et représentative.

De plus, il appréciait pleinement l’importance pour les dirigeants de la fonction publique de donner l’exemple.

Il parlait de l’influence des dirigeants de cette profession.

Il faisait référence à leur façon de guider les membres de la société, que l’on s’en rende compte ou non, en donnant l’exemple grâce à leur sens du devoir, leur intégrité, ainsi que leur comportement éthique et moral.

Il disait aussi :

« Il va donc sans dire que le comportement des chefs de file rejaillit sur la bonne marche de l’ensemble de la société... »

Le général Vanier en savait long sur le leadership et la survie.

Vous vous souviendrez surement que cet homme a perdu la jambe droite alors qu’il dirigeait une attaque dans le Nord de la France, durant la Deuxième Guerre mondiale.

 Sens du devoir.

 Intégrité.

 Leadership.

 Le tout, dans l’intérêt du public.  

 Voilà ce que représente la Médaille Vanier.

Ce sont aussi les qualités qui définissent les 49 années de carrière de Jim dans la fonction publique du Manitoba.

Il a accompli de grandes choses durant ce temps.

La province du Manitoba et le Canada dans son ensemble ne s’en portent que mieux.

Je suis certain que Jim s’empresserait de dire qu’il a réussi, entre autres, en élevant et en habilitant ses collègues. Il sait que nous devons passer du « moi au nous ». C’est l’un des secrets du succès dans n’importe quelle profession, mais, peut-être plus particulièrement dans la fonction publique.

Le deuxième principe que Jim et tous les grands chefs de file de la fonction publique respectent, c’est la transmission d’information et le partage des responsabilités. Ce principe encourage la découverte et l’utilisation de nouvelles connaissances, génère des solutions et forme les chefs de file.

Le troisième principe concerne le risque. Les meilleurs dirigeants comprennent le besoin de prendre des risques calculés plutôt que de renoncer à faire quelque chose sous peine d’échouer.

En 49 ans de carrière, il est clair que Jim a pris sa part de risques.

Et, s’il est ici aujourd’hui, c’est qu’il l’a fait de manière calculée!

Une fonction publique doit être impartiale, compétente et fondée sur le mérite. Elle doit toujours chercher à renforcer la confiance publique et le bien commun. Elle doit représenter la société dans son ensemble et rendre des comptes aux représentants élus.

C’est notre contrat social, et je suis très heureux de décerner ce prix pour souligner une brillante carrière dans une profession fondamentale.

Cette distinction rend hommage aux nombreuses réalisations de Jim Eldridge.

Je vous remercie, Jim, au nom de tous les Canadiens. 

Puissent tous les membres de cette profession mériter le titre de fonctionnaire et contribuer à en rehausser la noblesse.

Merci.