Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Remise des prix Killam

Rideau Hall, le mardi 3 mai 2016

 

« Plus tu la chercheras, plus elle t’émerveillera »

Ces mots intemporels sont gravés à côté de l’entrée de l’immeuble du Conseil national de recherches, tout près d’ici, sur la promenade Sussex.

Je sais que les récipiendaires des prix Killam qui sont ici ce soir se retrouveront dans ces mots.

Plus vous cherchez, plus vous vous émerveillez devant ce que vous trouvez. Comme nous.

Qu’avez-vous cherché? Qu’avez-vous trouvé?

Vous avez fait des percées révolutionnaires en sciences naturelles, en sciences humaines, en génie, en sciences de la santé et en sciences sociales.

Vous avez développé de nouvelles façons de comprendre et d’aborder les défis importants.

Vous avez mis en lumière de nouvelles merveilles dans le domaine des arts et des sciences.

Votre travail est important non seulement pour les Canadiens, mais pour les gens ailleurs dans le monde!

Ce soir, nous célébrons vos réalisations avec les prix Killam et nous vous encourageons à poursuivre sur votre lancée!

Qui sait où votre curiosité et votre créativité nous mèneront?

Depuis des décennies, les prix Killam célèbrent et soutiennent le travail de nos chercheurs les plus brillants.

Vous avez peut-être entendu parler d’un des lauréats des prix Killam qui s’est démarqué sur la scène internationale l’an dernier : M. Arthur McDonald, gagnant du prix Nobel de physique en 2015 et récipiendaire d’un prix Killam en 2010.

Donc, si vous aspirez à un prix Nobel, essayez d’abord d’obtenir un prix Killam!

D’ailleurs, la recherche canadienne a connu une très bonne année. En 2015, pas moins de 24 Canadiens ont remporté des distinctions et des prix internationaux prestigieux en science, génie, santé, médecine, sciences sociales et sciences humaines. C’est 11 prix de plus qu’en 2012, notre année de référence!

Chacun des récipiendaires des prix Killam a aussi connu une très bonne année.

Vous êtes réputés dans le monde entier pour vos contributions dans vos domaines respectifs.

Et, comme vous le savez, le coût et la complexité d’une grande partie de la recherche contemporaine sont tels qu’une collaboration et une participation à l’échelle mondiale s’imposent.

Bien entendu, nous le faisons déjà, mais il existe de nombreuses possibilités d’amélioration et nous pouvons faire plus pour promouvoir nos talents sur la scène mondiale.

C’est pourquoi nous travaillons avec les conseils subventionnaires du Canada et d’autres partenaires en recherche et innovation à une initiative sur l’excellence à l’échelle mondiale, afin de proposer votre candidature et celle de vos pairs aux distinctions et prix internationaux les plus prestigieux.

Car une chose est sûre : la recherche et l’innovation de classe mondiale abondent au pays.

Si vous êtes parmi les meilleurs au Canada, vous êtes parmi les meilleurs au monde.

Je vous remercie de votre travail acharné et de votre engagement envers l’excellence.

Et je vous félicite pour cet honneur pleinement mérité.