Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Dîner d’État en l’honneur de Leurs Majestés le Roi Willem-Alexander et la Reine Máxima des Pays-Bas

Rideau Hall, le mercredi 27 mai 2015

 

Vos Majestés, c’est un grand honneur pour Sharon et moi de vous recevoir au Canada, vous et les membres de votre délégation.

Nous sommes ravis de vous revoir et de vous témoigner notre chaleureuse hospitalité, comme vous et le peuple néerlandais l’avez fait lors de nos visites aux Pays-Bas.

Je n’oublierai jamais votre investiture, à De Niewe Kerk, pas plus que le banquet donné par la princesse Beatrix le soir précédent au Rijksmuseum.

Ces occasions ont permis de souligner les points communs entre nos pays.

Dans votre discours d’investiture, vous avez parlé du lien de confiance important entre la monarchie, les États généraux et le peuple, ainsi que de votre engagement à servir plutôt qu’à régner.

Vos Majestés, j’ai été particulièrement impressionné, et je le suis toujours, par votre détermination à préserver la primauté du droit, les principes constitutionnels et les valeurs communautaires du service et du devoir.

J’aimerais prendre un moment pour fournir quelques renseignements biographiques au sujet de nos invités d’honneur.

Sa Majesté le Roi a commencé à servir son pays à l’âge de 18 ans, lorsqu’elle s’est enrôlée dans la Marine royale néerlandaise. Elle a gravi les échelons des Forces armées des Pays-Bas pour finalement atteindre le rang de brigadier-général. Elle a aussi un intérêt marqué pour la gestion des eaux — un enjeu clé pour les Pays‑Bas — et a présidé le Conseil consultatif sur l’eau et l’assainissement du secrétaire général de l’ONU. Sa Majesté le Roi est un athlète accompli et a représenté les Pays-Bas au sein du Comité International Olympique.

Sa Majesté la Reine a aussi embrassé une carrière diversifiée et stimulante. Elle a étudié et travaillé en Argentine et aux États-Unis, où elle a rempli plusieurs mandats dans des institutions financières internationales. La reine Maxima est la représentante spéciale du secrétaire général des Nations Unies pour la finance inclusive. En cette qualité, elle appuie l’élaboration d’un cadre inclusif visant à atténuer la pauvreté.

Leurs Majestés encouragent le bénévolat et ont soutenu les efforts de consolidation du secteur bénévole aux Pays-Bas.

C’est un intérêt que je partage également. Vos Majestés, je vous remercie de votre leadership et votre générosité.

Les Canadiens et les Néerlandais sont très chanceux d’avoir hérité d’une relation solide et tournée vers l’avenir, d’une véritable amitié.

Nos liens de peuple à peuple sont robustes. Environ un million de Canadiens — près de trois pour cent de notre population — ont des origines néerlandaises. Ils enrichissent chaque aspect de la vie canadienne, du milieu universitaire aux arts, en passant par la politique, les affaires et les sports.

Évidemment, votre princesse Margriet a vu le jour dans un hôpital d’Ottawa, en janvier 1943, où la princesse héritière Juliana s’était exilée avec ses filles pour fuir la guerre.

La jeune famille royale a même vécu quelque temps ici, à Rideau Hall. Elle y avait été invitée par mon prédécesseur, le comte d’Athlone, au nom de tous les Canadiens!

Comme vous le savez, cette année marque un anniversaire solennel et significatif : le 70e anniversaire de la libération des Pays-Bas. Ce jalon nous amène à réfléchir et à rendre hommage aux sacrifices consentis par ceux qui ont servi nos pays durant la guerre.

Sharon et moi sommes allés aux Pays-Bas l’automne dernier, à Bergen-op-Zoom, pour participer à la cérémonie commémorative canadienne soulignant le 70e anniversaire du début de la libération. Vos Majestés, je suis heureux de savoir que votre visite à Ottawa se déroulera sous le thème du souvenir entre nos deux pays.

Aujourd’hui, nos deux pays travaillent ensemble à de nombreuses causes communes, y compris les droits de la personne, la liberté religieuse, la démocratie, ainsi que la paix et la sécurité internationales. Nous sommes des partenaires au sein des Nations Unies, de l’OTAN et de nombreuses autres organisations internationales.

Le Canada et les Pays-Bas comptent aussi de nombreux penseurs, compagnies et universitaires de premier plan. Durant votre visite, vous rencontrerez des représentants du secteur des affaires et du milieu universitaire voués à l’innovation — un thème de grande importance pour nos deux pays, et un qui m’intéresse particulièrement et que j’ai placé parmi mes priorités.

Nous jouissons aussi de rapports commerciaux forts et dynamiques, qui sont appelés à croître avec la conclusion des négociations sur l’Accord économique et commercial global.

Avec une économie ouverte, sécuritaire et stable, une infrastructure de renommée mondiale et des activités de recherche et de développement de pointe, le Canada est une destination attrayante pour l’investissement néerlandais. Les Pays-Bas sont le cinquième partenaire commercial du Canada en Europe et sa deuxième source d’investissement direct étranger. L’investissement bilatéral a atteint un sommet record frisant les 90 milliards et pourrait continuer d’augmenter. 

Vos Majestés, durant votre séjour, vous rencontrerez des Canadiens désireux d’établir des liens et de travailler avec le peuple néerlandais. Nous espérons que votre visite mettra en lumière la portée et l’étendue de nos relations durables.

Le Canada est impatient de consolider sa connexion avec les Pays-Bas. Je vous remercie de votre visite au Canada et je vous souhaite un séjour des plus réussis.

Levons notre verre aux nombreux liens qui unissent nos pays dans l’amitié.

Au Canada et aux Pays-Bas!