Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Réception au Rivera Court du Detroit Institute of Arts

Detroit (Michigan), le mercredi 29 avril  2015

 

C’est un plaisir d’être avec vous dans cet endroit merveilleux qu’est le Detroit Institute of Arts (DIA). Merci à tous d’être ici.

Ces murales peintes par Diego Rivera sont tellement impressionnantes. Elles captent fidèlement l’énergie et le dynamisme de Detroit, de l’État du Michigan, de ce grand pays.

J’ai grandi à Sault Ste. Marie, Ontario, en face de Sault Ste. Marie, Michigan. Je me considère un peu comme un garçon de la région.

Ma mère vient du Michigan et, comme de nombreux Canadiens, je connais bien l’importance de Detroit en tant que ville et symbole.

Je crois que Darren Walker, de la Fondation Ford, a bien résumé la situation récemment en disant ce qui suit :

« Detroit est une métaphore pour l’Amérique, pour les défis qu’elle rencontre et pour les possibilités qu’elle présente. C’est une serre pour les nouvelles innovations, pour l’inventivité et pour la prise de risques. »

Cela est bien dit, et c’est exactement ce qui est arrivé au moment de conserver cette collection d’œuvres d’art si importante pour la ville, l’État et le pays tout entier.

Le DIA fait partie intégrante de votre culture, et on y trouve de fabuleux exemples de la créativité humaine dans le monde.

Je sais tout ce qu’il a fallu pour empêcher la vente de cette précieuse collection d’œuvres d’art dans la faillite de la ville, comment elle s’est révélée essentielle dans la « grande entente » qui a permis à Detroit d’aller de l’avant à une époque si difficile.

La collection d’œuvres d’art a été le principal actif financier, mais c’est le désir d’autant de gens formidables — d’autant de gens parmi vous — de travailler ensemble dans l’intérêt commun qui est véritablement à l’origine de la renaissance de la ville.

Votre dévouement et votre générosité sont absolument remarquables.

Detroit a entamé sa remontée et, de bien des façons, c’est ici même que sa renaissance a débuté. Beaucoup d’entre vous ont joué un rôle clé dans cette histoire, et je vous félicite de votre succès.

Lorsque j’y pense et que je regarde ces murales, je me rappelle pourquoi l’Amérique est si formidable et pourquoi elle est un ami et un partenaire si apprécié du Canada.

La même chose vaut pour l’État du Michigan et le Canada. Le corridor Windsor-Detroit est le plus important passage frontalier terrestre international d’Amérique du Nord. Il traite quelque 30 % des échanges commerciaux entre le Canada et les États-Unis.

Environ 2,4 millions de camions ont traversé la frontière en 2013, contribuant à des échanges commerciaux de plus de 100 milliards de dollars. Ces chiffres sont impressionnants, et je me réjouis des progrès à l’égard du nouveau passage commercial international.

Un grand nombre de Canadiens traversent la frontière pour venir vivre, étudier, travailler et se divertir ici. Plusieurs milliers de gens voyagent entre Detroit et Windsor chaque jour.

Et de nombreux Américains viennent au Canada pour les mêmes raisons.

L’amitié entre nos deux nations est sans doute l’une des plus productives et mutuellement avantageuses au monde.

Je sais qu’il reste encore beaucoup de travail à accomplir, mais le Canada se réjouit lorsque ses amis et voisins réussissent, comme vous l’avez fait.

Grâce à des gens comme vous, les perspectives d’avenir pour Detroit et l’Amérique seront des plus brillantes, j’en suis convaincu.

Félicitations pour tout ce que vous avez accompli. Je vous souhaite le plus grand des succès.

Merci.