Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Dévoilement d’une statue en mémoire du général le très honorable Georges P. Vanier

La Citadelle, le vendredi 17 octobre 2014

 

C’est un grand honneur pour moi de participer au dévoilement de la statue du général le très honorable Georges P. Vanier.

Le général Vanier était un Canadien remarquable qui a consacré sa vie à son pays. Durant sa longue et mouvementée carrière, lui et son épouse bien-aimée, Pauline, ont consolidé le Canada de multiples façons.

L’emplacement de cette statue n’aurait pu être mieux choisi, la Citadelle étant l’une des deux résidences vice-royales officielles, le foyer du Royal 22e Régiment et l’un des lieux historiques les plus importants au Canada.

En plus d’avoir été le premier gouverneur général du Canada d’origine canadienne-française, le général Vanier a été l’un des membres fondateurs du 22e Bataillon du Corps expéditionnaire canadien, celui-là même qui allait devenir le célèbre Royal 22e Régiment.

Lorsque je pense aux éléments clés d’une nation prospère, je pense souvent à l’importance que le général Vanier attachait au service et au sens du devoir.

Il a dit :

« Pour que le Canada atteigne la grandeur qui lui revient, chacun de nous doit dire : "Je ne demande qu’à servir." »

Ces paroles véridiques et intemporelles expliquent pourquoi nous rendons aujourd’hui hommage au général Vanier en lui consacrant une statue de bronze, un matériau conçu pour résister à l’épreuve du temps.

La vie et la carrière du général Vanier recèlent d’exemples inspirants, le plus important étant probablement sa capacité extraordinaire à surmonter l’adversité.

Je cite souvent le général Vanier dans mes discours et, chaque année, j’ai le privilège de remettre en son nom la Médaille Vanier pour l’administration publique. Ce que je mentionne rarement, cependant, c’est qu’il a été grièvement blessé sur le champ de bataille.

Il a perdu sa jambe droite à la suite d’une attaque qu’il dirigeait dans le Nord de la France, durant la Première Guerre mondiale.

C’était en 1918, et il avait 30 ans.

Malgré sa blessure, le général Vanier a continué de servir le Canada — d’abord en tant qu’aide de camp de lord Byng, ensuite comme ambassadeur en France, puis comme 19e gouverneur général et commandant en chef.

Toute sa vie, il a également composé avec des troubles cardiaques grâce au soutien de sa famille, à sa foi et à son amour du Canada.

Il a toujours été poussé par ce que la biographe Mary Frances Coady a appelé « une qualité intérieure de l’esprit ».

Il était un ardent défenseur de la jeunesse, du bilinguisme, de la famille, de l’unité canadienne, du sport et de la condition physique, de la diplomatie, des arts et des affaires.

Il adorait visiter les villes et villages du Canada et en admirer les paysages. Mais, le plus important peut-être, c’est qu’il était réputé pour la bonté avec laquelle il traitait les gens.

J’aimerais féliciter l’artiste qui a créé cette sculpture impressionnante, Mme Johanne Lafond, et remercier toutes les personnes qui ont travaillé à la réalisation de ce projet.

La vie du général Vanier est un phare pour ceux et celles qui souhaitent atteindre de nouveaux sommets. J’espère que cette statue fera renaître le souvenir de ce remarquable Canadien.

Merci.