Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Hommage aux anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale

Ottawa, le mercredi 10 septembre 2014

 

Le 10 septembre 1939 a fort probablement commencé comme n’importe quel autre dimanche. Dans notre vaste pays diversifié, les hommes et les femmes ont accompli leurs tâches, ont visité leurs voisins et amis, et sont allés à l’église en famille.

Mais, à l’heure du souper, leurs vies ont basculé à jamais lorsqu’on a annoncé à la radio que le Canada se joignait aux alliés et déclarait la guerre à l’Allemagne.

Ces hommes et ces femmes ne connaîtraient point de paix.

Une vingtaine d’années après la fin de la « dernière guerre », les Canadiens reprenaient les armes.

À partir de ce jour, des centaines de milliers de jeunes Canadiens se sont rendus dans les centres de recrutement. Ils n’étaient pas en quête de gloire ni d’aventure, mais ils étaient calmement résolus à accomplir le travail qui s’imposait.

Ils étaient prêts à lutter pour préserver le Canada, un pays chérissant la liberté, la démocratie et la primauté du droit.

Ils entendaient vaincre un régime de tyrannie et de génocide gouverné par le poing, le bâton et la botte.

Entre ce jour funeste de septembre 1939 et la fin de la guerre, en 1945, plus d’un million de Canadiens ont revêtu l’uniforme et offert une forme ou une autre de sacrifice.

Quarante-cinq mille ont donné leur vie.

Cinquante-quatre mille ont été blessés.

Un nombre incalculable sont revenus à la maison meurtris, de corps et d’esprit. Certains ne se sont jamais rétablis.

Tous ceux qui ont servi ont dû laisser leurs familles et leurs amis, leurs foyers et leurs métiers.

Si la radio annonçait le début de la guerre en ce jour fatidique, il y a 75 ans, ce sont les histoires de service, de sacrifice et, ultimement, de triomphe de nos compatriotes sur la terre, en mer et dans les airs qui ont fait la manchette des quotidiens tous les 10 septembre, pendant les six années qui ont suivi.

Le 10 septembre 1940 : Des camps militaires en effervescence inspectés par le chef de la Défense.

En 1941 : Le Canadian Rifle Regiment atteint l’Angleterre.

En 1942 : Churchill loue l’héroïsme du Canada dans l’important raid de Dieppe.

En 1943 : Les tanks de l’Armée canadienne traversent la Sicile.

En 1944 : Des Canadiens sur le chemin de la Hollande arrivent à Bruges.

Et, finalement, le 10 septembre 1945 : Les Canadiens survivent à l’enfer lors de la libération des héros de Hong Kong.

Pour la plupart d’entre nous, ces manchettes qui racontent la vie de ceux qui nous ont précédés appartiennent à l’histoire. Mais, pour un petit groupe, elles rappellent des expériences personnelles et des souvenirs très nets.

Aujourd’hui, à divers endroits au pays, les Canadiens se réunissent pour rendre un hommage officiel à ceux et celles qui ont tant donné et sacrifié, par altruisme, durant la Deuxième Guerre. Treize de ces vétérans sont ici avec nous.

Il est vital de se souvenir des horreurs de la guerre et du courage des membres de nos forces armées.

Ainsi, nous réitérons notre engagement, en tant que Canadiens, à préserver les valeurs pour lesquelles ils ont combattu — et ont vaincu — celles‑là mêmes qui ont coûté la vie à nombre de leurs camarades, soit la démocratie, la justice et la liberté.

Chers amis et vétérans, au nom des Canadiens et Canadiennes et de tous ceux qui habitent notre nation libre, juste et démocratique, je vous remercie. Soixante-quinze ans après ce jour fatidique, nous vous sommes et vous serons à jamais reconnaissants.

Merci.