Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Journée internationale de la femme par Son Excellence madame Sharon Johnston

Le 8 mars 2014

Pour souligner la Journée internationale de la femme, j’aimerais vous parler de la récente visite d’État en Inde que mon mari, le gouverneur général, et moi avons effectuée en compagnie de députés, de chefs d’entreprise, de représentants des domaines de l’éducation et de la recherche, ainsi que de membres de la société civile. L’entrepreneuriat, en particulier l’apport des femmes et des filles, faisait partie des thèmes clés de notre visite.

Qu’est-ce qu’un entrepreneur? Selon Bob Dhillon, l’un des membres de notre délégation et un homme d’affaires accompli — de même qu’un Canadien d’origine indienne —, un entrepreneur est une personne qui nage à contre-courant et qui n’accepte pas les refus. Cela vaut assurément pour les femmes entrepreneures que nous avons rencontrées durant notre visite d’État. Que ce soit grâce au rendement financier ou social de leurs investissements, ces femmes exercent une influence incroyable sur leurs communautés et ouvrent la voie au développement sociétal par l’entrepreneuriat. Les valeurs de l’entrepreneuriat sont universelles et relient des pays — comme l’Inde et le Canada — au moyen de la collaboration mutuelle.

Nous avons rencontré des entrepreneures fabuleuses en Inde. Je pense entre autres à Priyanka Gupta, cadre supérieure dans une compagnie d’acier à Mumbai. À son arrivée, il n’y avait qu’une seule autre femme dans l’entreprise tout entière et les avantages sociaux laissaient à désirer. Aujourd’hui, près de la moitié de la main-d’œuvre est composée de femmes, et leurs enfants reçoivent des soins médicaux gratuits. Nous avons aussi rencontré Meera Sanyal, PDG d’une succursale indienne d’une grande banque, qui brigue maintenant un mandat politique sur la base d’une plate-forme axée sur la lutte contre la corruption. Il y avait également Shradha Sharma, la fondatrice et PDG de la principale plateforme en ligne de l’Inde destinée à des gens d’affaires de la génération montante, dont 3 400 femmes entrepreneures. Les femmes aident d’autres femmes à réussir.

L’une des entrepreneures sociales les plus inspirantes était sans doute Manju, la directrice d’APNE, une organisation sans but lucratif qui travaille avec les enfants de travailleuses du sexe pour les aider à briser le cycle intergénérationnel du commerce du sexe. Lorsqu’elles amorcent le programme, les enfants ne sourient pas. Quand on leur demande ce qu’elles veulent faire dans la vie, elles répondent « maquerelle ». Après avoir connu l’éducation ainsi qu’une alimentation et un logement convenables, elles chantent, jouent et souhaitent devenir enseignantes, médecins et infirmières. Trois des femmes qui ont suivi le programme ont obtenu un diplôme universitaire, et une d’elles a même entamé ses études de doctorat. Voilà qui en dit long sur la valeur de chaque vie humaine. Il va de soi que Manju n’accepte pas les refus!

Ces entrepreneures indiennes me rappellent beaucoup de femmes qui tentent d’améliorer la société canadienne. En guise d’exemples d’entrepreneures canadiennes brillantes qui ont utilisé leur entreprise pour améliorer les conditions sociales des femmes et des filles, je citerai trois femmes qui ont récemment reçu l’Ordre du Canada. Lise Watier, grâce à son empire de produits cosmétiques de luxe vendus dans le monde entier, appuie les femmes et les filles par ses activités philanthropiques. Heather Reisman fait appel à son empire de vente de livres pour concevoir des programmes littéraires pour la jeunesse. Finalement, Monique Leroux, chef de la direction du Mouvement des caisses Desjardins, offre du microcrédit aux femmes des pays en développement.

David et moi avons cinq filles, qui illustrent parfaitement ce que j’avance. Elles travaillent, dans leurs fonctions professionnelles ou comme bénévoles, pour améliorer l’administration de la justice criminelle et du droit international humanitaire en Amérique latine, pour aider les femmes à accéder à des postes de haute direction, pour encourager les femmes à retrouver la forme après avoir accouché, pour amener les jeunes filles à se soucier davantage de leur santé, et pour développer un programme d’apprentissage qui inclut tous les enfants ayant des défis.

Au Canada, en Inde et ailleurs sur la planète, les femmes entrepreneures améliorent notre monde par leurs réalisations sociales ou économiques. Je les salue en cette Journée internationale de la femme!