Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Remise du Prix pour services insignes

Rideau Hall, le jeudi 6 mars 2014

 

C’est un plaisir pour moi de vous recevoir à Rideau Hall, la maison du peuple canadien, pour célébrer l'excellence dans la fonction publique.

Ces dernières années, j’ai eu l’occasion de travailler avec de nombreux fonctionnaires canadiens, et je respecte d’autant plus la profession.

Que ce soit au Canada ou lors de mes visites à l’étranger, j’ai souvent dit que j’avais la conviction que notre pays a pu profiter largement, depuis des années, d’une fonction publique talentueuse et dévouée.

Je ne suis peut-être pas impartial, mais je pense que le Canada est pour bien des gens une nation avertie, bienveillante et équitable, qualités qu’ils associent également, à juste titre, à nos institutions démocratiques et à la solide tradition qui caractérise notre fonction publique.

Mais quand je parle de la « fonction publique », je parle en fait des fonctionnaires.

Car nos fonctionnaires sont les intendants de nos précieuses institutions publiques; ce sont eux qui réalisent les programmes et offrent les services si importants pour notre bien-être collectif.

Cette année, la lauréate du Prix pour services insignes nous fournit un merveilleux exemple de fonctionnaire qui, par son ardeur au travail et sa créativité, contribue à renforcer le Canada depuis des années.

Renée Jolicœur a obtenu des résultats dignes de mention qui ont bénéficié aux Canadiens, en particulier dans les domaines de l’administration des pensions, de la modernisation de la paye et du recours à la technologie pour la prestation des services.

Dans un instant, nous en saurons plus sur ce qu’elle a accompli. Qu’il suffise de dire que Mme Jolicœur a contribué énormément à l’efficience et à l’efficacité de notre fonction publique et qu’elle en a rehaussé la réputation, au Canada comme à l’étranger.

Permettez-moi de souligner l’importance de ses réalisations exceptionnelles.

Comme c’est le cas pour bien des professions, la fonction publique du Canada ne doit son existence qu’à un contrat social conclu avec les Canadiens.

Grâce à ce contrat, les fonctionnaires peuvent exercer leurs activités sachant qu’ils ont la confiance des Canadiens et de leur gouvernement. En retour, ils doivent veiller à ce que les institutions et les programmes soient efficients et efficaces, et à ce qu’ils permettent de relever les défis d’aujourd’hui et de demain.

Comme vous le savez, cela n’est pas une mince tâche. Nous vivons en effet à une époque marquée par des changements profonds qui se succèdent rapidement, à de nombreux niveaux. Il importe donc que les Canadiens prennent conscience de la complexité du travail de la fonction publique du XXIe siècle, ainsi que des pressions que celle-ci subit.

C’est pourquoi également il est si important que les fonctionnaires trouvent des moyens novateurs de servir la population canadienne.

Or, c’est justement ce que Mme Jolicœur a fait : elle a consolidé notre fonction publique de multiples façons et a renouvelé ainsi la confiance des Canadiens envers leurs institutions publiques.

Voilà qui lui mérite notre respect et notre gratitude.

Je suis certain aussi qu’elle serait la première à exprimer la même reconnaissance à tous les fonctionnaires avec lesquels elle a collaboré avec tant de succès au fil des ans.

Au nom de la population canadienne, je tiens à féliciter Renée Jolicœur pour ce prestigieux hommage, pleinement mérité, qui lui est rendu.

Je vous remercie de servir ainsi le Canada.