Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Discussion sur la création d’un écosystème d’innovation en Inde (Mumbai, Inde)

Mumbai, Inde, le vendredi 28 février 2014

 

Je suis ravi de prendre part avec vous à cette discussion sur la création d’un écosystème de l’innovation.

Par expérience personnelle, je sais que l’Inde et le Canada sont des partenaires naturels dans les domaines de l’innovation et de l’entrepreneuriat.

Comme bon nombre d’entre vous le savent, j’ai été un éducateur et un administrateur d’université pendant presque toute ma vie. C’est à titre de président de l’Université de Waterloo que je suis venu ici trois fois durant la dernière décennie. J’ai aussi été membre du Comité mixte de coopération scientifique et technologique Canada-Inde, qui illustre bien comment deux pays transcendent les frontières pour échanger des idées et des connaissances.

Nos deux pays ont à cœur d’encourager l’innovation et l’entrepreneuriat qui, ensemble, stimulent la productivité, la croissance économique et le développement et améliorent la compétitivité mondiale.

Notre capacité à forger des partenariats solides et avertis en dit long sur l’amitié entre nos deux nations et nos buts communs.

Et il n’existe pas de meilleur partenaire que le Canada pour promouvoir l’innovation et l’entrepreneuriat. Nous avons l’une des sociétés les plus propices aux jeunes entreprises, qui permet aux Canadiens, ainsi qu’aux étrangers, de développer leurs idées afin de les rendre économiquement viables.

L’Inde est aussi de plus en plus reconnue comme une nation dotée d’un solide écosystème de l’innovation où les entreprises en démarrage peuvent prospérer. Le nombre de jeunes entreprises technologiques indiennes a presque triplé entre 2006 et 2012, passant de 162 à 450.

Tout cela me confirme que l’Inde et le Canada sont non seulement des partenaires naturels, mais qu’ils peuvent investir en toute confiance dans les idées et la créativité de leurs peuples. Les entreprises et les investisseurs canadiens sont impatients d’amener leur expérience et leur technologie sur le marché indien. Le Canada, quant à lui, souhaite attirer les meilleurs entrepreneurs et innovateurs de l’Inde qui aimeraient élargir leurs opérations et pénétrer le marché de l’Amérique du Nord.

La solidité de nos rapports repose après tout sur les liens entre nos peuples. Si l’on considère le nombre d’Indo-Canadiens, qui dépasse le million, les nombreux accords de coopération conclus entre des institutions canadiennes et indiennes, ainsi que le dialogue auquel nous prenons part, nous verrons que nos peuples travaillent ensemble de multiples façons.

J’espère que nous arriverons à intensifier nos rapports dans le domaine de l’innovation, et je suis impatient de connaître vos opinions sur les moyens d’y parvenir.

Merci.