Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Séance plénière d’ouverture du 6e Forum de coopération internationale de l’Ouest de la Chine (Chengdu, Chine)

Chengdu, Chine, le mercredi 23 octobre 2013  


Je suis très heureux de me trouver ici parmi vous au Forum de la coopération internationale de la Chine occidentale.

Je suis tout particulièrement ravi de me trouver ici même dans le Sichuan, car cette région et le Canada ont maintenu jusqu’ici des liens historiques de coopération.

En fait, nos relations remontent à plus de 120 ans, au moment où des missionnaires du Canada ont fondé ici des écoles et des hôpitaux, notamment l’Université médicale Union de la Chine occidentale, maintenant appelée le Centre médical de la Chine occidentale de l’Université du Sichuan. Aujourd’hui, cet établissement est l’un des plus grands hôpitaux universitaires du monde, et il coopère encore activement avec des universitaires, docteurs et scientifiques canadiens.

Il s’agit d’un formidable exemple de la force de notre relation, qui me rend d’ailleurs fier de visiter ce pays à titre de gouverneur général.

Bien que ce soit la première visite que j’effectue en Chine dans le cadre de cette fonction officielle, je connais déjà assez bien ce pays.

En tant que président de l’Université de Waterloo, j’ai eu l’honneur de mettre sur pied le Collège sino‑canadien en partenariat avec l’Université de Nanjing. Ce fut aussi un plaisir d’accueillir un si grand nombre d’étudiants de la Chine venus étudier à Waterloo. Aujourd’hui, en fait, plus du tiers des étudiants internationaux du Canada viennent de ce pays – dont beaucoup de cette région même.

Et à titre de père de famille, c’est avec fierté que je peux dire que trois de mes cinq filles ont choisi d’étudier en Chine. Elles y ont appris beaucoup et, jusqu’à ce jour, elles continuent de partager leur appréciation de la langue et de la culture chinoises avec leurs êtres chers.

J’ai visité la Chine une dizaine de fois et j’ai toujours été impressionné par la façon dont nos deux pays — tout comme nos citoyens — ont su transcender les différences linguistiques et culturelles pour trouver des moyens de travailler ensemble.

D’ailleurs, cet automne, nous avons un excellent exemple de cette coopération. En fait, Son Excellence Zhang Junsai, ambassadeur de la Chine auprès du Canada, a dit ceci « Cette année, l’automne a une forte saveur canadienne en Chine. »

Et qui pourrait le contredire?

Il suffit de songer au nombre important d’activités à connotation canadienne se déroulant en Chine au cours des prochains mois, ainsi qu’au nombre de visites de haut niveau et de missions commerciales qui s’y déroulent, dont l’une provenant de la capitale du Canada, Ottawa. Il y a aussi les multiples activités organisées au pays avec la participation d’entreprises à la fois canadiennes et chinoises, telles que la réunion annuelle du Conseil commercial Canada-Chine, sans compter l’activité à laquelle nous assistons ici même à Chengdu.

Il y a en outre les échanges culturels que les citoyens chinois entretiennent avec le Canada, notamment dans le cadre de la tournée de l’Orchestre du Centre national des Arts qui vient tout juste de se terminer. Et bien sûr, il y a ma propre visite d’État en Chine, en compagnie de délégués de divers secteurs venus discuter des enjeux importants de la prospérité, de l’éducation, de l’innovation et de la culture.

Tout cela démontre à quel point les Canadiens travaillent en étroite coopération avec les citoyens chinois pour élargir leurs relations. Les Canadiens et les Chinois exercent constamment ce que je me plais à appeler la diplomatie du savoir, en échangeant des idées et des pratiques exemplaires qui transcendent les frontières et les disciplines. Ce faisant, nous nous trouvons à accroître notre bien‑être collectif, et tout particulièrement notre bien‑être économique.

Nous pouvons d’ailleurs le constater sur place à la Foire internationale de la Chine occidentale. En allant au-delà des frontières, les entreprises de partout au monde, notamment du Canada, ont déjà réussi à rapprocher nos pays et à créer de nouveaux débouchés économiques.

Permettez‑moi d’insister sur un mot : la coopération. Il s’agit d’une pratique si importante, surtout lorsqu’elle a cours entre deux nations.

La coopération, dans ce cas‑ci, est une marque de confiance.

La confiance n’est jamais facile à gagner, et d’autant plus facile à perdre. Je vous ai déjà donné de nombreux exemples de marques de confiance qui existent entre nos deux pays, mais il ne faut surtout pas tenir cette confiance pour acquise. Notre confiance s’est construite une relation à la fois, d’une part officiellement, depuis plus de 40 ans dans le cadre de nos liens diplomatiques, et d’autre part, non officiellement, depuis plus d’un siècle, dans le cadre de nos relations interpersonnelles.

Au fur et à mesure que nous avons su renforcer cette relation de confiance, nous avons vu les occasions de succès se multiplier de part et d’autre. Aujourd’hui, la Chine est notre deuxième partenaire commercial en importance, et le Canada compte plus de 1,3 million de citoyens d’origine chinoise.

En fait, plus d’un million de Canadiens parlent le mandarin, le cantonais ou une autre langue chinoise selon le recensement de 2011. Il s’agit donc d’un million de Canadiens qui sont en mesure de réduire le fossé linguistique entre nos pays et aussi de mieux expliquer et de mieux comprendre nos intentions et nos idées.

Le Canada et la Chine reconnaissent que notre prospérité future est fonction de la mesure dans laquelle nous pouvons coopérer à tous les niveaux de la société, particulièrement entre nos citoyens.

Les Canadiens aussi bien que les Chinois devraient avoir une vision les uns des autres qui dépasse leurs objectifs, qu’ils soient de nature économique, éducative ou culturelle, et mettre l’accent sur les uns et les autres en tant qu’êtres humains qui ont tant à offrir.

Tout au long de ma vie, j’ai pu constater que c’est avant tout la profondeur et la qualité des relations interpersonnelles qui déterminent l’ampleur de nos succès mutuels. Au bout du compte, nos relations sont fondées sur les individus et c’est pourquoi je suis personnellement si heureux de me trouver ici aujourd’hui.

Au moment de commencer ce forum, j’espère que vous garderez tous à l’esprit à quel point il est crucial de toujours rechercher des façons nouvelles et créatives de coopérer les uns avec les autres. Soyez audacieux et pensez aux personnes que vous pourriez inspirer en Chine, au Canada et dans le monde entier.

Surtout, je vous souhaite à tous le plus grand succès à mesure que vous continuerez à chercher des moyens de renforcer les relations entre nos deux pays.

Merci.