Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Déjeuner d’État offert par monsieur Ponatshego P. H. K. Kedikilwe, vice-président du Botswana

Gaborone (Botswana), le vendredi 17 mai 2013

 

Merci de votre accueil chaleureux. Sharon et moi sommes ravis d’être au Botswana, un pays avec lequel le Canada cherche à intensifier ses partenariats.

Pendant notre séjour, nous souhaitons rencontrer le plus de gens possible, en apprendre davantage sur les partenariats existants et découvrir de nouvelles voies de collaboration.

Surtout, je suis ici pour vous montrer que le Canada chérit son amitié avec le Botswana.

Lors de mes voyages à l’étranger, je parle de l’importance de transmettre nos connaissances et nos idées aux autres pays et de favoriser les liens interdisciplinaires. Les répercussions de ces échanges se font ressentir tant au niveau des gouvernements qu’au niveau des peuples.

Nos deux pays y parviennent parce que nos peuples sont de plus en plus enclins à interagir l’un avec l’autre, à apprendre l’un de l’autre.

Voilà pourquoi je crois que les visites à l’étranger sont si essentielles : elles renforcent notre capacité à échanger et elles ouvrent la porte aux nouvelles possibilités. Je voyage donc avec une délégation d’experts canadiens qui sont impatients d’entamer un dialogue avec leurs homologues botswanais.

J’ai particulièrement hâte de visiter les installations minières de votre pays. Puisque vous êtes le plus grand producteur de diamants au monde et que le Canada est le troisième, nous avons beaucoup à apprendre l’un de l’autre. Je suis d’ailleurs curieux de voir comment vous intégrer la responsabilité sociale d’entreprise dans vos pratiques opérationnelles.

Pour créer le monde plus averti et bienveillant auquel nous aspirons, le développement doit nécessairement s’accompagner de pratiques responsables sur les plans social et environnemental.

C’est non seulement une question de responsabilité morale, mais c’est aussi une bonne façon de faire des affaires.

En fait, les initiatives liées à la responsabilité sociale d’entreprise peuvent contribuer à consolider notre relation bilatérale.

Mais, pour forger un lien robuste, nous devons accepter d’échanger nos connaissances, notre expertise, notre savoir et nos ressources les uns avec les autres.

Nous collaborons déjà dans des domaines comme le commerce, la défense et l’éducation.

Mais les possibilités sont immenses.

J’incite chacun de vous à saisir les possibilités offertes, à explorer de nouvelles voies en matière d’affaires et de commerce, de bénévolat et d’apprentissage. Gardez l’esprit ouvert, puisque la collaboration profite beaucoup plus que le travail en vase clos.

Permettez-moi de lever mon verre à notre amitié durable, ainsi qu’à la santé et à la prospérité de nos peuples.

Merci.