Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Déjeuner d’affaires pour la création de réseau entre le Canada et le Ghana (Ghana)

Accra (Ghana), le mardi 14 mai 2013

 

Je vous remercie pour votre chaleureux accueil. Je suis ravi d’être au Ghana, qui est un partenaire du Canada au sein du Commonwealth et qui est véritablement l’un des phares de l’Afrique.

Ce statut se reflète d’ailleurs dans l’étoile au centre du drapeau ghanéen, pôle d’attraction symbolique qui guide l’Afrique.

Votre pays est, de tant de façons, une source d’inspiration pour d’autres de la région et du reste du continent. Le Ghana est un modèle de démocratie, de respect des droits de la personne, et de paix et de sécurité. Le Ghana est également un moteur économique important et un partenaire commercial majeur, et ce, en grande partie grâce à des gens comme vous, qui établissez des liens avec le reste du monde et qui travaillez inlassablement à faire de votre pays un milieu de choix pour les affaires.

Depuis plus d’un siècle, les Canadiens et les Ghanéens interagissent et ont des échanges entre eux. Le Canada est aujourd’hui un foyer pour des dizaines de milliers de gens d’origine ghanéenne, tout comme votre pays compte de nombreux Canadiens. En 2006, ma prédécesseure, Michaëlle Jean, est venue ici pour souligner le centenaire des liens de personne à personne qui existent entre nos deux peuples. Aujourd’hui, nous voici à l'aube d’une nouvelle ère d’amitié et de coopération.

Au cours des dernières années, le Ghana a enregistré des gains économiques impressionnants, ce qui n’est pas passé inaperçu, ni au Canada ni ailleurs.

Au début de février, l’honorable Ed Fast, ministre du Commerce international, a dirigé une délégation au Ghana qui comptait une trentaine de délégués. J’ai d’ailleurs appris que plusieurs d’entre vous avez participé à ce programme.

Comme vous le savez sans doute,

  • un peu plus de 120 entreprises canadiennes œuvrent au Ghana dans divers secteurs, notamment les mines, l’infrastructure, la technologie informatique et l’éducation;
  • environ 45 entreprises canadiennes ont des bureaux dans votre pays, dont 10 d’entre elles utilisent le Ghana comme pôle régional en Afrique occidentale;
  • nous fournissons au Ghana des biens et des services des plus divers, tels BlackBerry®, trépans, mobilier de bureau, blé, matériel ferroviaire, ou camions;
  • nous avons en outre une école canadienne au Ghana appelée Canadian Independent College, qui accueille des élèves de la maternelle jusqu’à la 12e année, ici même à Accra. Il y a également un collège de la Saskatchewan qui offre des cours de formation professionnelle aux soudeurs, dans la région Ashanti, qui veulent travailler dans l’industrie minière.

En fait, le commerce entre nos deux pays a connu une augmentation de plus de 220 p. 100 par année entre 2000 et 2012, ce qui représente un taux de croissance remarquable. Comme vous le savez, nos relations d’affaires sont essentiellement axées sur l’échange de biens et services, le secteur de l’infrastructure et les investissements dans le secteur des ressources naturelles, plus particulièrement les mines.

J’aimerais en profiter pour parler de ces ressources, qui offrent tant de possibilités de générer la richesse et la prospérité dans votre pays et ailleurs.

Le Ghana et le Canada ont tous deux la chance de posséder d’abondantes ressources naturelles, un patrimoine qui nous offre de merveilleuses perspectives, lesquelles sont toutefois assorties d’une grande responsabilité. En travaillant ensemble à l’extraction et au développement de ces ressources pour notre plus grand avantage, nous devons en même temps être des intendants soucieux de l’environnement et socialement responsables, tant pour notre propre bien-être que pour celui de nos enfants et de leurs enfants.

Cela fait partie de nos responsabilités en tant que citoyens et citoyennes de pays modernes, progressistes et démocratiques.

Vous qui êtes des chefs de file en Afrique, vous comprenez que le succès se définit par notre capacité d’accroître la prospérité, la stabilité et la démocratie dans la même mesure. Au 21e siècle, lorsqu’il s’agit d’accroître notre richesse et notre bien-être, ce n’est pas une question de choix, mais plutôt de rien délaisser de cette équation. Une saine intendance et un développement socialement responsable sont une partie essentielle du progrès socio‑économique de tout pays.

Si nous gardons toujours à l’esprit la nécessité de respecter la démocratie, la règle du droit et les droits de la personne, je suis convaincu que les partenariats entre le Ghana et le Canada continueront sur la voie du succès. Comme le démontrent nos nombreuses réussites collectives, nous avons beaucoup en commun. C’est pourquoi l’idée de collaborer et d’échanger davantage nous ravit au plus haut point.

N’oublions pas non plus qu’avec l’évolution rapide et constante des communications en cette ère de mondialisation accélérée, les distances géographiques entre nous n’ont plus autant d’importance. Plus que jamais dans l’histoire du monde, il y a de moins en moins d’obstacles à la collaboration.

Bref, nous avons aujourd’hui une merveilleuse occasion d’approfondir nos partenariats. Cela est particulièrement vrai dans le domaine des affaires et du commerce et en ce qui a trait à nos efforts de développement.

Je me permets donc de vous encourager à appuyer un plus grand nombre de partenariats entre universitaires et gens d’affaires de manière à aider les jeunes à se développer. L’un des moyens d’y parvenir est d’offrir des stages qui permettent aux jeunes d’acquérir une discipline du travail valable et aux entreprises, de recueillir de nouvelles idées. Je cite, à titre d’exemple, l’Université des mines et de la technologie au Ghana, qui collabore avec l’Université Memorial à Terre‑Neuve‑et‑Labrador à l’élaboration d’un programme combinant études et expérience de travail dans l’industrie du pétrole et du gaz, souvent appelé programme Coop.

Forts de nos relations d’affaires et commerciales, nous pourrons nous aider mutuellement à nous développer, à prospérer et à nous diversifier. Travaillons donc main dans la main pour créer dans nos pays la société avertie et bienveillante dont nous rêvons.

Je vous souhaite la poursuite de vos succès.

Merci.