Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Guider la voie : Prix en éducation autochtone

Calgary (Alberta), le vendredi 15 mars 2013

 

Je vous remercie de m’avoir invité à prendre la parole à l’occasion de ce rassemblement d’enseignants hors pair. Je suis ravi d’être ici.

Lorsque j’ai prononcé mon discours d’installation comme gouverneur général il y a deux ans et demi, j’espérais que les Canadiens en retiennent au moins le message suivant :

Nous devons chérir nos éducateurs.

J’ai toujours voué une grande admiration à nos éducateurs, qu’il s’agisse d’enseignants dans nos écoles et nos salles de cours, ou de gens comme les aînés, les modèles et les mentors dans nos foyers et nos collectivités. Les grands éducateurs ont la capacité et la passion de faciliter et d’encourager notre apprentissage. Comme nous le savons, l’apprentissage est sans doute le moyen le plus efficace d’améliorer notre vie et de réaliser notre potentiel, et ce, aussi bien en tant qu’individus qu’en tant que société.

C’est pourquoi je suis si heureux d’être ici aujourd’hui, entouré de grands éducateurs.

Avant de devenir gouverneur général, j’ai travaillé essentiellement comme professeur et administrateur d’université. En fait, il ne serait pas faux de dire que j’ai consacré la plus grande partie de ma vie à l’enseignement et à l’apprentissage, ce que je continue de faire dans mes fonctions actuelles.

Dans un pays aussi vaste et diversifié que le Canada, l’apprentissage ne cesse jamais, et il ne devrait pas en être autrement.

Cette longue expérience m’a démontré à maintes reprises que la ligne de démarcation entre l’élève et l’enseignant bouge constamment, qu’elle n’est jamais fixe. Je répète fréquemment que ce sont mes cinq filles qui m’ont appris toutes les choses importantes de la vie. Mon commentaire fait sourire, et même rire, mais ce n’est pas une plaisanterie.

En vérité, nous sommes tous des élèves et des éducateurs, et notre plus grand potentiel réside dans ce qu’il nous reste à apprendre. Le fait que vous assistiez à cette rencontre nationale sur l’éducation, pour recevoir un prix ou pour participer à la conférence, en dit très long sur votre quête de l’excellence en enseignement.

Cela témoigne de l’importance que vous accordez à l’apprentissage.

Si vous êtes de si merveilleux enseignants et enseignantes, c’est en grande partie parce que vous êtes de si merveilleux élèves, parce que vous étudiez attentivement le monde, vos collectivités et les gens que vous servez. Vous êtes pleinement conscients du contexte propice à l’apprentissage. Et vous savez apprécier l’incroyable talent et le grand potentiel de vos élèves. Vous avez contribué à leur succès et vous comprenez la nature des enjeux qui nuisent à l’apprentissage dans beaucoup trop de salles de classe et de communautés.

Il ne fait aucun doute que l’éducation est une tâche complexe. Toutefois, lorsque je regarde l’assistance qui est ici devant moi, je suis plein d’espoir pour nos élèves et, par conséquent, pour l’avenir de ce pays. Je suis plein d’espoir, parce que vous êtes représentatifs de la grande diversité du Canada, qui nous procure un avantage certain lorsqu’il s’agit de résoudre des problèmes et de créer des opportunités. Il ne tient qu’à nous d’en profiter.

La diversité renforce notre apprentissage en nous offrant un éventail de perspectives pour nous inspirer. Cela signifie, par exemple, qu’il n’est pas nécessaire de choisir entre la science moderne et le savoir traditionnel, puisque nous pouvons combiner les meilleurs éléments des deux. La diversité, c’est partager nos idées et nos expériences et célébrer nos réussites dans le cadre de rassemblements comme celui-ci. La diversité, c’est aussi travailler ensemble pour le bien des élèves et des familles.

Je sais que les obstacles à l’apprentissage peuvent être considérables, mais votre talent et votre dévouement en tant qu’enseignants, ainsi que le dynamisme et le potentiel créatif des élèves, nous donnent toutes les raisons d’être optimistes.

Je sais par ailleurs que nous ne sommes pas les seuls à apprécier le pouvoir de l’apprentissage.

La Commission royale sur les peuples autochtones a tiré la conclusion suivante :

« Malgré les expériences douloureuses qu’ont connues les Autochtones dans les systèmes d’éducation, ils considèrent toujours que l’éducation est la clé de leur avenir. Ils sont également déterminés à ce que l’éducation tienne ses promesses. »

Lorsque je regarde les visages qui sont devant moi, je vois cette détermination.

Je voudrais en profiter pour féliciter Indspire et tous ceux qui appuient cet organisme pour avoir élargi leur portée de manière à inclure les élèves de la maternelle à la 12e année. Je vous félicite également pour le lancement de l’Institut Indspire en ligne, qui promet d’être une importante ressource aussi bien pour les apprenants que pour les éducateurs.

Au nom de tous les Canadiens, je félicite les récipiendaires de ces prix. Les résultats de votre enseignement se sont fait sentir dans vos communautés et partout au Canada. Merci d’aider nos élèves et ce pays à respecter leur grande promesse.