Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

L’importance de la reconnaissance de la recherche à l’échelle mondiale

le 18 février 2013

Il y a plus d’un siècle, Alfred Nobel a institué une tradition de reconnaissance de l’excellence en léguant une grande partie de sa fortune pour récompenser chaque année les plus grands bienfaiteurs de l’humanité. De nos jours, le prix Nobel sert le bien commun en soulignant et en encourageant les réalisations dans les domaines de la physique, de la chimie, de la physiologie ou de la médecine, des sciences économiques, de la paix et de la littérature. De nombreux Canadiens comptent parmi les lauréats. 

L’une des plus grandes fiertés du Canada est sans aucun doute d’avoir vu naître sur son sol au cours des 50 dernières années une communauté de chercheurs et de créateurs de niveau mondial. Par contre, notre savoir est-il reconnu à sa juste valeur à l’échelle internationale – pas seulement par des prix Nobel, mais aussi par les nombreux prix et distinctions de prestige décernés tous les ans aux chercheurs? Rendons-nous assez hommage aux travaux des sommités canadiennes du savoir et de la science? Leur succès rayonne-t-il dans le monde?

À cet égard, notre bilan laisse à désirer. Ainsi que l’a souligné le Conseil des sciences, de la technologie et de l’innovation (CSTI), les chercheurs canadiens remportent en fait une part démesurée des prix internationaux – environ un sur cinq. Les Canadiens réussissent particulièrement bien dans les domaines de l’environnement, de la médecine et de la technologie. Ce sont là des succès importants qu’il ne faudrait sous-estimer. 

Par contre, le CSTI fait un autre constat : quand il s’agit des plus hautes distinctions – le prix Nobel, le prix Wolf et la médaille Fields, par exemple – notre pays fait pâle figure. De 1941 à 2008, 19 des principaux prix scientifiques internationaux ont été décernés à des Canadiens. Il s’agit certes d’un exploit impressionnant, mais pas autant si l’on se compare aux États-Unis (1 403 lauréats), au Royaume-Uni (222), à la France (91), à l’Allemagne (75) et à l’Australie (42).

 L’écart entre le Canada et les autres pays porte à conséquence, parce que dans un monde où le savoir est une ressource essentielle, les prix sont un indicateur important de succès, tant pour les chercheurs individuels que pour les institutions qui les soutiennent. Dans un monde où la concurrence est vive, de tels indicateurs revêtent une importance cruciale, parce que dans l’univers de la recherche, rien n’attire le talent et les ressources autant que le succès.

Nous sommes tous concernés. Dans le monde d’aujourd’hui, notre bien-être dépend de plus en plus de notre capacité d’approfondir notre connaissance de la nature et de la société. En d’autres mots, le savoir devient une denrée précieuse et nécessaire pour quiconque souhaite maîtriser les défis complexes et interreliés du XXIe siècle. Célébrer et cultiver notre savoir au moyen de bourses et de prix, c’est contribuer à notre succès.

 Dans cet esprit, des organismes de recherche, des associations savantes et d’autres organisations canadiennes ont décidé de passer à l’action pour accroître la visibilité des contributions du Canada à l’enrichissement des connaissances. Cet effort concerté bénéficie de l’appui du CSTI, ainsi que des trois organismes subventionnaires – le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et les Instituts de recherche en santé du Canada.

 Notre objectif commun est de proposer la candidature d’un plus grand nombre de nos érudits et scientifiques éminents pour des bourses et prix prestigieux, tout en repensant notre manière de promouvoir leurs découvertes. Nous faisons appel à la grande communauté des universitaires et chercheurs pour signaler les occasions de reconnaissance et pour dresser des candidatures stratégiques convaincantes. Nous espérons doubler le nombre de lauréats canadiens de prix internationaux de recherche d’ici 2017. Ne serait-ce pas une merveilleuse façon de fêter le 150e anniversaire du Canada?

 Il est tellement important de rendre hommage à l’excellence, parce que nos chercheurs et savants s’attaquent à des problèmes et font avancer les connaissances en science et en génie, en santé et en médecine, en sciences humaines – bref, ils cherchent des réponses à certains des enjeux les plus pressants de notre époque. Leur succès est le nôtre, et il mérite d’être souligné.

David Johnston et
Howard Alper, président du Conseil des sciences,
de la technologie et de l’innovation