Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Discussion avec les dirigeants de la communauté d’affaires (Mexique)

Mexico (Mexique), le dimanche 2 décembre 2012

 

Sharon et moi sommes ravis d’être ici et d’avoir la chance de vous rencontrer. Nous sommes venus au Mexique pour représenter le Canada à l’occasion de l’entrée en fonction du nouveau président des États-Unis du Mexique, Son Excellence Enrique Peña Nieto.

Les célébrations organisées hier en l’honneur du président Peña Nieto étaient magnifiques. Nous sommes heureux d’avoir eu l’honneur d’y assister et d’avoir affirmé le soutien du Canada à l’égard de la nouvelle administration et de la transition pacifique du processus démocratique — une réalisation que nos pays ne peuvent ni balayer ni tenir pour acquis.

La démocratie et la paix sont des valeurs fondamentales pour nos deux peuples. Ces principes — et ceux la justice, de l’équité et de l’égalité — unissent les Mexicains et les Canadiens et nous donnent la confiance et la détermination nécessaires pour relever nos défis communs.

Une de mes filles — car j’ai la chance d’en avoir cinq — est avocate au Service des poursuites pénales du Canada. À ce titre, elle a participé à la formation d’avocats dans le cadre du projet de renforcement des poursuites au Mexique.

Le travail de ma fille est un exemple excellent de la diplomatie du savoir, c’est-à-dire de notre désir et notre capacité à travailler ensemble — entre les disciplines et au-delà des frontières — pour acquérir, partager et raffiner des connaissances afin d’améliorer la condition humaine.

Vous tous ici pratiquez la diplomatie du savoir — sous un autre nom peut-être. C’est ce que font les Mexicains qui travaillent pour des compagnies canadiennes ainsi que les Canadiens qui ont à cœur le renforcement des liens avec le Mexique et ses citoyens. Votre présence prouve que vous souhaitez découvrir, communiquer et améliorer les outils qui nous permettent d’innover, de commercer et de travailler ensemble.

Je suis heureux de voir autant de gens d’affaires canadiens ici présents, de même que leurs homologues mexicains représentant un éventail d’industries. Cela en dit long sur notre capacité à travailler ensemble. Malgré tout, il nous reste encore beaucoup à faire.

Dans un rapport fort à propos, le président de la Chambre de commerce du Canada, Perrin Beatty, et l’ancien diplomate mexicain éminent Andres Rozenthal soulignent que la plupart des Canadiens et des Mexicains conservent des idées stéréotypées les uns à l’égard des autres, et que ces opinions unidimensionnelles nous empêchent de transformer notre relation bilatérale conventionnelle en un véritable partenariat stratégique.

Pour moi, cette constatation ne fait que renforcer la très grande valeur de chacun de vos gestes individuels. Ce ne sont pas les pays qui commercent, qui innovent, qui collaborent ou qui échangent leurs connaissances et leur savoir. Ce sont les gens. Et ces gens y parviennent une relation à la fois.

C’est pourquoi je vous demande — je vous mets au défi — de pratiquer la diplomatie du savoir en toute connaissance de cause, de manière personnelle et délibérée.

Mettez vos ambitions mutuelles et vos talents diversifiés à profit. Exploitez le pouvoir de la diplomatie du savoir. Trouvez des moyens qui permettront aux hommes et aux femmes de nos deux pays de se rencontrer, d’échanger, de commercer ainsi que de travailler et d’apprendre ensemble.

Demandons-nous comment nous pouvons encourager les jeunes Canadiens non seulement à apprendre l’espagnol, mais aussi à s’immerger dans la vie des Mexicains, dans la culture mexicaine.

Comment pouvons-nous améliorer notre façon de faire des affaires? Comment pouvons-nous favoriser la compréhension entre nos peuples autrement que par les affaires, soit par l’enseignement, l’apprentissage, la recherche, la culture ou le sport?

Penchez-vous sur ces questions et acceptez le défi que je vous ai lancé : soyez plus que des gens d’affaires. Soyez des diplomates de premier plan qui misent sur les valeurs et les aspirations communes de nos gens en vue d’approfondir et d’élargir les relations qui les unissent. Vous contribuerez ainsi au mieux-être de nos deux pays et à celui du monde entier.

Merci.