Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

25e anniversaire de la Fondation communautaire d’Ottawa

Ottawa, le lundi 19 novembre 2012

 

Après avoir reçu votre invitation, j’ai tout de suite envisagé ma participation à cette soirée avec un grand enthousiasme. À titre de président d’honneur des Fondations communautaires du Canada, je suis extrêmement ravi de célébrer avec vous le 25e anniversaire de la Fondation communautaire d’Ottawa et les réalisations d’une organisation essentielle qui s’emploie au service du bien dans la capitale.

Depuis 25 ans, les femmes et les hommes de la Fondation communautaire d’Ottawa accomplissent un travail qui me touche profondément. Certains d’entre vous savent peut-être que le jour de mon installation à titre de gouverneur général, je me suis engagé à rassembler les Canadiens de tous les horizons et de tous les âges pour édifier une nation toujours plus avertie et bienveillante. En termes simples : des esprits curieux et des cœurs généreux.

Une nation dans laquelle chaque citoyen pratique la philanthropie ou le bénévolat, s’emploie à favoriser l’épanouissement des enfants et des familles, et cherche constamment à atteindre de nouveaux sommets en matière d’apprentissage et d’innovation.

Certains diront que la meilleure façon de bâtir une nation avertie et bienveillante consiste à faire en sorte que les enfants demeurent à l’école et que les adultes s’acquittent de leurs responsabilités.

Cela ne suffit pas. Je veux aussi qu’en tant que Canadiens nous cherchions ardemment, concrètement et intelligemment à faire en sorte que nos concitoyens aient tous l’occasion de développer leur plein potentiel et, ce faisant, de mener des vies productives et stimulantes qui enrichissent notre pays.

Les termes « averti » et « bienveillant » ont deux sens différents, mais ils sont étroitement liés et se renforcent mutuellement. En effet, les citoyens les plus avertis et les plus intelligents ne sont pas uniquement des personnes de tête rationnelles et froides, tout comme les citoyens les plus bienveillants ne sont pas uniquement des personnes de cœur. Nous devons avoir à la fois l’esprit vif et le cœur chaud, car les actes que nous accomplissons pour aider les autres ne doivent pas seulement être inspirés par la compassion, mais aussi être le fruit d’une démarche intelligente.

Je pense que vous conviendrez avec moi que ce rapprochement étroit entre l’intelligence et le cœur, entre l’action avertie et l’action bienveillante reflète parfaitement la mission et le parcours de la Fondation communautaire d’Ottawa. Depuis 25 ans, votre organisation s’est avérée une source de compassion intelligente et éclairée auprès des personnes et des organisations pour ainsi permettre d’améliorer la qualité de vie de nos citoyens au sein de notre ville en privilégiant des façons de faire qui sont rigoureusement bien structurées, bien pensées et hautement efficaces.

Aider nos concitoyens à réussir leurs vies, à contribuer à la société et à développer leurs talents à leur plus haut niveau est un travail noble, mais aussi difficile — difficile à faire, mais aussi difficile à vraiment bien faire.

Vous y parvenez fort bien et je vous en félicite.

Vous décrivez votre travail à la fois ardu et valorisant comme la mise en contact de donateurs engagés avec des causes importantes. Un message simple, mais évocateur se dégage de cet énoncé. En établissant des contacts, vous montrez aux donateurs par quels moyens bien précis ils peuvent optimiser leur aide; vous réunissez des donateurs aux vues similaires pour augmenter l’impact de leurs contributions respectives et vous gérez les ressources de divers groupes pour que ces ressources puissent avoir des effets durables — mois après mois, année après année.

Vous faites cela depuis 25 ans. Exceptionnellement, en une seule génération, vous avez fait de votre organisation l’une des fondations communautaires les plus importantes et les plus efficaces au Canada.

Trois programmes démontrent dans quelle mesure vous avez réussi à faire du concept d’une démarche à la fois avertie et bienveillante une force active et dynamique au service du bien dans notre ville.

La Fondation communautaire d’Ottawa a joué un rôle déterminant dans notre région dans la mise en place du Programme des petits déjeuners dans les écoles.

Votre organisation a aidé à créer et à stimuler la croissance de l’organisme iSisters Technology Mentoring.

Votre organisation produit aussi Signes vitaux. Ce rapport annuel détaillé sur la santé de notre ville nous donne des indications claires sur nos succès ainsi que sur les points que nous devons améliorer et sur lesquels nous devons donc concentrer et intensifier nos efforts.

Les messages vidéo que nous visionnerons bientôt nous procureront à tous une compréhension encore plus limpide du travail réalisé par la Fondation communautaire d’Ottawa et ses partenaires, et nous permettront de voir quelques-uns des visages des personnes qui bénéficient de votre action avertie et bienveillante.

Quant à ceux qui croient que de nos jours, les organismes de charité peuvent fonctionner simplement avec un peu de chance et beaucoup de bonnes intentions, j’aimerais leur dire ceci : les organismes sans but lucratif tels que la Fondation communautaire d’Ottawa ne peuvent absolument pas se permettre d’adopter des pratiques de gestion de qualité moyenne.

Tout comme les entreprises les plus disciplinées, les organismes sans but lucratif efficaces doivent se fonder sur des règles, des processus et une démarche professionnelle solides pour être en mesure d’administrer leurs ressources judicieusement, d’entretenir assidûment leurs partenariats et de produire des résultats dans l’immédiat et sur le long terme.

Votre organisation a non seulement su mettre en place de telles pratiques, elle continue aussi à trouver de nouvelles méthodes pour améliorer sa gestion des activités. Vous avez su améliorer vos politiques de gestion afin de protéger les programmes d’octroi de subventions de la volatilité des marchés.

Vous avez adopté les meilleurs principes de l’investissement responsable. Et vous avez ouvert la voie à de nouvelles façons de donner. J’applaudis les mesures que vous avez prises en ce sens et je vous incite à continuer à trouver de nouvelles façons d’améliorer vos activités parce que vous êtes une source d’inspiration pour tous.

J’aimerais prendre un petit moment pour féliciter également votre organisation mère, les Fondations communautaires du Canada, de son travail inlassable afin de m’aider à diffuser mon message en faveur de l’édification d’une nation toujours plus avertie et bienveillante au sein même des collectivités dans l’ensemble du pays.

Par l’entremise de son mouvement pour des collectivités averties et bienveillances, l’organisation des Fondations communautaires du Canada a entrepris de réaliser deux objectifs.

Premièrement, faire en sorte que chaque collectivité du pays soit servie par une fondation d’ici la célébration du 150e anniversaire de la Confédération en 2017.

Deuxièmement, constituer un réseau de fonds pour des collectivités averties et bienveillantes au sein des fondations communautaires de tout le Canada. Ces fonds donneront aux différentes fondations communautaires la flexibilité nécessaire pour se concentrer résolument sur des actions particulières visant à rendre leurs villes respectives plus averties et plus bienveillantes.

Je suis ravi d’apprendre que déjà 30 de ces fonds ont été constitués. Ainsi, les femmes et les hommes des Fondations communautaires du Canada ont véritablement concrétisé le message en faveur des communautés averties et bienveillantes.

Et je les encourage à continuer à travailler résolument à aider les Canadiens dans chacune des collectivités de notre pays à réussir leurs vies, à contribuer à la société et à développer leurs talents à leur plus haut niveau.

Dans la même optique de toujours chercher à faire plus, j’aimerais m’adresser maintenant à trois groupes de personnes bien précis. Aux bienfaiteurs et aux chefs de file des organismes de charité qui se trouvent ici aujourd’hui ainsi qu’à tous les autres au pays, j’aimerais vous inciter à contacter les bonnes gens de la Fondation communautaire d’Ottawa. Appelez‑les.

Allez les rencontrer. Voyez comment ils aident leurs concitoyens à atteindre leur plein potentiel et, du même coup, à mener des vies productives et valorisantes qui enrichissent notre pays.

Aux femmes et aux hommes de notre ville qui aimeraient faire du bénévolat avec la Fondation, faites connaître vos intérêts. Les gens de la Fondation sauront apparier vos intérêts et, encore mieux, vos compétences aux projets cruciaux de la Fondation qui reposent en si grande partie sur le travail des bénévoles.

Aux hommes et aux femmes de la Fondation communautaire d’Ottawa elle-même, je vous encourage à continuer à sensibiliser les organisations de l’ensemble du Canada et du monde entier. Partagez avec eux ce que vous avez appris de votre si grand succès pour ce qui est de rendre notre ville toujours plus avertie et bienveillante.

Et ne manquez pas d’implanter ici toutes les nouvelles idées en matière de démarches averties et bienveillantes que notre ville pourrait mettre au profit de tous nos citoyens. Faites preuve d’ingéniosité dans votre approche.

Utilisez votre ingéniosité pour poursuivre sur la belle lancée de vos 25 années de succès. Vingt‑cinq ans à faire naître de l’espoir chez ceux qui commençaient à désespérer. Vingt‑cinq ans à améliorer les vies de vos concitoyens. Vingt‑cinq ans d’une action avertie et bienveillante.

Je tiens à féliciter les récipiendaires du Prix du Gouverneur général pour l’entraide qui sont avec nous pour avoir solidifié leur communauté et en avoir fait un endroit où il fait bon vivre.

Dans le même esprit, je vous invite tous ici ce soir à continuer à aider nos concitoyens à réussir leurs vies, à contribuer à la société et à développer leurs talents à leur plus haut niveau. Faisons tout ce que nous pouvons pour faire du Canada le pays toujours plus averti et toujours plus bienveillant à la hauteur des idéaux que nous devons et que nous savons être en mesure de réaliser.

J’aimerais terminer en vous racontant mon histoire préférée :

Il y a quelques décennies, mère Teresa est venue à Montréal, L’une de nos voisines, émue par l’œuvre de cette dernière auprès des pauvres de Calcutta, lui a demandé ce qu’elle pourrait faire pour aider. Mère Teresa lui a répondu : « Vous n’avez qu’à regarder autour de vous. Vous verrez que, dans votre propre quartier, il y a une famille qui a besoin de vos soins et de votre amour. »

Peu de temps après, j’ai lu une critique à l’endroit de l’œuvre de mère Teresa. Son refuge à Calcutta permettait de secourir quelque 200 personnes dans une ville qui en compte des millions qui vivent dans la pauvreté la plus épouvantable. Son travail y était décrit comme n’étant qu’une goutte dans un océan.

Quelques semaines plus tard, je me suis rendu compte du fondement erroné de cette critique, qui analysait l’action de mère Teresa du point de vue de la physique, plutôt que de la chimie.

Merci.