Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

« Former la prochaine génération de dirigeants communautaires »

Calgary, le mardi 13 novembre 2012

 

Quel plaisir de me joindre à vous ici aujourd’hui sur ce superbe campus dynamique!

J’attendais ce moment avec impatience. L’objectif de l’Université de Calgary de devenir l’une des cinq plus grandes universités de recherche au Canada d’ici 2016 est, comme il se doit, ambitieux, et je suis ravi de me retrouver ici en cette période si stimulante.

En fait, le titre de votre stratégie quinquennale — Eyes High (Les yeux tournés vers le ciel) — évoque pour moi le nom que le peuple des Salish‑Têtes plates avait donné à David Thompson, le grand explorateur de l’Ouest canadien au XVIIIe siècle. Ils l’avaient surnommé Koo Koo Sint, ou « scrutateur d’étoiles » en raison de son habitude de s’orienter à l’aide des étoiles.

Je sais que nous avons plus que notre part de scrutateurs d’étoiles au sein de cette université et dans cette pièce aujourd’hui, et que bon nombre d’entre eux sont des étudiants. C’est pourquoi je suis si ravi de constater toute l’ampleur du rôle déterminant que les étudiants jouent pour ce qui est d’assurer un avenir radieux à cette université et à cette communauté.

Je tenais à souligner ce rôle important des étudiants, car pour relever les défis et saisir les occasions qui se présentent à cette ville, à cette province et à ce pays, nous avons absolument besoin du talent et de l’énergie de notre jeunesse.

Nous savons tous que les étudiants sont aujourd’hui confrontés à de nombreux défis économiques, démographiques et sociaux. Cependant, ayant moi‑même passé une grande partie de ma vie à étudier et à travailler dans le milieu universitaire, je sais aussi que les jeunes font preuve d’une flexibilité remarquable, qu’ils ne craignent pas la complexité et qu’ils n’hésitent pas à remettre en question le statu quo.

Une telle attitude est essentielle à la réussite du Canada dans un monde en constante évolution. Les jeunes Canadiens se font souvent dire qu’ils sont « l’avenir » de notre pays, et cela est certainement vrai à bien des égards. Toutefois, je pense aussi que le fait de parler des étudiants principalement au futur ne leur rend pas entièrement justice, car les jeunes contribuent également à forger notre présent de façon remarquable.

Il n’y a d’ailleurs rien d’étonnant à cela puisqu’il en a toujours été ainsi.

Prenons l’exemple de David Thompson — notre « scrutateur d’étoiles ». Il n’avait que 16 ans quand la Compagnie de la Baie d’Hudson l’a pour la première fois envoyé participer à l’établissement d’un poste de traite à l’intérieur des terres! Bien sûr, il s’agissait alors d’une époque bien différente, mais ce que j’essaie de démontrer ici c’est non seulement que les jeunes peuvent changer le monde — mais aussi qu’ils n’ont jamais cessé de le faire.

Il ne fait aucun doute que les étudiants ici présents apportent de réelles contributions à la communauté, d’autant plus que leurs parcours apprentissage sont déjà bien avancés. Les membres de la faculté et les dirigeants de cette université cherchent activement à favoriser les échanges entre la communauté universitaire et l’ensemble de la communauté, et je tiens à féliciter tous ceux qui contribuent à cet effort louable.

Merci.