Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Remise de bannière et médaille commémorative de la guerre de 1812 à des collectivités métisses et des Premières Nations

Rideau Hall, le jeudi 25 octobre 2012

 

Mon épouse, Sharon, et moi sommes heureux de vous recevoir à Rideau Hall, la maison du peuple canadien, à l’occasion de cette importante cérémonie commémorative.

Permettez-moi d’abord de souligner que nous sommes ici sur le territoire traditionnel de la Nation algonquine, qui couvre les provinces de l’Ontario et du Québec.

Depuis le début de mon mandat, j’ai eu la chance de rencontrer des Autochtones de partout au Canada, y compris lors de la rencontre de la Couronne et des Premières Nations organisée à Ottawa plus tôt cette année.

Lors de cette rencontre, j’ai eu le grand honneur de recevoir une ceinture wampum, en guise de cadeau sacré de l’amitié et de la diplomatie.

Sachez que cette ceinture occupe une place centrale à Rideau Hall, où elle me rappelle les pactes qui nous unissent et mes responsabilités en tant que représentant de la Couronne. Vu sa très grande signification, nous l’avons placée ici, dans la Salle de bal, pour la journée.

Comme la ceinture wampum, la Salle de bal est un symbole des liens tissés entre nous. Ici, le portrait de Sa Majesté la Reine côtoie les tableaux de certains des plus grands artistes autochtones au Canada. La diversité de ces œuvres d’art nous rappelle que l’histoire du Canada — celle de peuples diversifiés, déterminés à coexister dans la paix et l’harmonie — a commencé par l’expérience autochtone.

En tant que gouverneur général et commandant en chef du Canada, je parle souvent de la diversité comme l’une des plus grandes forces de notre pays. La guerre de 1812 nous livre un exemple qui a encore sa raison d’être aujourd’hui : malgré nos différences, le Canada est le point commun qui nous unit, et nous sommes plus forts lorsque nous travaillons ensemble.

Complexe et coûteuse, la guerre de 1812 ne se résume pas en quelques mots. Ce fut une tragédie parce que, souvenons-nous, la guerre signifie que nous ne sommes pas parvenus à nos fins de manière pacifique. Une partie de ce qui forme aujourd’hui le Canada et les États-Unis a été transformée en champs de bataille, causant de véritables souffrances.

Cependant, cette guerre nous a laissé de puissants héritages et elle a fait ressortir deux faits dont j’aimerais vous parler aujourd’hui, soit notre habileté à coopérer et la contribution précieuse apportée au pays par les membres des Premières Nations et les Métis.

Les guerriers autochtones et les soldats britanniques et francophones qui ont combattu côte à côte durant la guerre de 1812 avaient leurs propres raisons de s’unir. Non seulement cette coopération était-elle nécessaire, mais on peut en attribuer la réussite, en grande partie, à la contribution remarquable des membres des Premières Nations et des Métis.

Du déclenchement de la guerre jusqu’à la fin de celle-ci, les Autochtones ont joué un rôle essentiel dans la défense du Canada.

Malgré les deux siècles qui se sont écoulés depuis la guerre de 1812, je suis étonné de constater une continuité.

Bien entendu, certaines choses ont changé, et pour le mieux. D’abord, nous avons la chance de vivre en paix, au nord de la plus longue frontière non défendue au monde. Mais je ne crois pas que les Canadiens autochtones et non autochtones aient moins besoin les uns des autres aujourd’hui parce que nous entretenons des relations cordiales avec nos voisins américains!

Notre avenir en ce pays, à l’instar du passé et du présent, se vivra côte à côte

Et je crois que nos chances de réussite sont comparables à ce qu’elles étaient en 1812.

Depuis mon installation, j’invite les Canadiens à trouver des moyens de bâtir une société plus avertie et bienveillante. L’une des façons d’y arriver consiste à comprendre et à souligner les contributions essentielles des premiers peuples du Canada.

C’est pourquoi je suis si heureux de participer à la cérémonie de reconnaissance nationale d’aujourd’hui. En tant que commandant en chef et chef de l’Autorité héraldique du Canada, c’est un honneur de remettre, à vous et à vos communautés, ces médailles et ces bannières commémoratives de la guerre de 1812.

Au nom de Sa Majesté la Reine et de tous les Canadiens, je remercie les membres des Premières Nations et les Métis du Canada de nous avoir aidés au moment où nous en avions le plus besoin.

Merci.